Les Pages Jèrriaises

Tchi changements!

Le Ménage ès Feuvres
St. Ouën
Lé 17 dé juilet, 1976

Moussieu l'Rédacteu

Nou vait bein, en faîsant c'mîn l'tou d'L'Êta et des p'tites vallées ichîn et là, qué ch'est l'tourisme tch'en gângne. L'temps pâssé touos les côtis 'taient tchultivés et ch'tait mangnifique dé vaie touos les p'tits clios en pente couvèrts dé rangies d'vîngnes dé patates dévant la dêfouithie. À ch't heu i' sont à paître ès coucous. Sans doute, nou n'pouvait pon y mett' la tchéthue. I' fallait les foui et les plianter à la bêque et les dêfoui à la frouque. I' n'y a pus d'main d'śuvre pour faithe d'ité dû travas.

Quand j'vai dans la gâzette qué l's ouvrièrs dé tel et tel maîson d'conmèrce sont en grève viyant tch'i' n'gângnent qu'entre trente ou quarante louis la s'maine, et qu'tchique chef dé sŷndicat s'est mîns dans la tête tch'i' dév'thaient en aver chînquante, v'la tchi m'fait penser ès vielles gens tchi gângnaient lus vie trantchilement à labouother la tèrre, foui les côtis à la bêque et les dêfoui à la frouque. Un bouan foueux pouvait foui dans les chînq pèrques dans sa journée dans l'clios probabliément mains dans l'côti mais sans doute les clios 'taient généralement fouis à la tchéthue. Quand v'nait la dêfouithie un bouan dêfoueux pouvait dêfoui dépis vîngt-chînq à trente pèrques par jour à la frouque.

I' travaillaient dû dans chu temps-là et 'taient contents d'lus sort. I' n'avaient pon d'chefs dé sŷndicats à lus sûfflioter à l'ouothelle tch'i' dév'thaient prendre avantage du fait qué les prix des patates s'en aller d'valer iun d'ches jours et qué l'temps 'tait propice pour sé mett' en grève pour pus d'gages.

Combein longtemps qu'l'agritchultuthe s'en va duther comme mêtchi ou vocâtion d'fanmil'ye quand la généthâtion d'fèrmièrs d'à ch't heu dispathaîtra? Les fis d'fermièrs sont en train d'êt' êdutchis jusqu'ès dents. Iun d'ches jours i' y'étha pus d'"Bacheliers ès Arts et ès Scienches" qué d'ouvrièrs par les c'mîns, et i' voudront gângni lus vie pus aîsiement qu'à fèrmer. Ou n'mé criyiz pon? Eh bien, èrgardez l'tou d'vous et contez combein d'garçons d'vraies fanmil'yes Jèrriaises dans vouot' vaîsinné tch'ou criyiz tchi lus mettront à fèrmer quand i' tchit'tont l'Collège Victoria ou Haut Lieu!

Et en pâlant d'êducâtion pourtchi pèrdre l'temps d'aller à l'êcole jusqu'à dgiez-huit à vîngt-chînq ans (à mains d'vouler êt Docteu ou Avocat) quand un gratteux d'routes peut gângni eune quarantaine dé louis ou pus la s'maine?

Si nouos anchêtres pouvaient r'vénîn i' trouvéthaient tant d'changements tch'i' sé d'mand'daient s'il' 'taient en Jèrri. Dans lus temps i' gardaient l's êfants, garçons et filles, en cotillons mème longtemps auprès tch'i' pouvaient marchi. À ch't heu i' sont en braies à peine s'i' peuvent lus t'nîn d'but. Nou n'viyait janmais eune femme en braies dans lus temps et s'i' y'en avait ieune tch'avait d'courts chéveux ch'tait eune tchuthiôsité, et à mains qu'ch'fûsse lé rêsultat d'maladie oulle 'tait mal veue. À ch't heu, nous vait pus d'femmes en braies qu'en cotillons et un tas d'hommes ont d'longs j'veux et souvent nou vait un coupl'ye marchi dans la rue habilyis en braies et auve des courts ou longs j'veux touos les deux, et nou s'sait pon létché des deux tch'est garçon ou fille.

Et hardi d's anciens n'ont pon veu l'moto ni l'avion, car j'ai veu l'arrivée des deux en Jèrri et j'n'ai qu'appréchant d'huiptante-chînq ans. Et i' s'saient êtonnés d'vaie les routes pavées d'tathe. Les touos vièrs 'taient accouôteunmés au pité dans les c'mîns, mais nouos péthes et grand-péthes ont connu la route féthée atout des pièrres câssées et du gravi. Les touos vièrs es'saient êtonnés d'vaie les maîsons couvèrtes de chînment, et i' n'séthaient pon tchi faithe des salles dé bain.

À bein près la seule chose tch'i' r'connaîtraient es'sait l's églyises parouaîssiales et lus chînm'tchiéthes, lé Vièr Châté et l'Châté d'Gros Nez. I' n'pouorraient pon acater des braies d'bâthin et à pliatchet ni des c'mînses dé molleton.

Mais l'pâssage du temps f'tha tout vaie, et i' faut penser qué l'préchain siècl'ye apportétha autant d'changements comme i' y'en a ieu dans l'drein, et qué si j'pouvions r'vénîn vaie Jèrri dans chent ans d'ichîn il est tout probabl'ye qué j'y vèrrions autant d'changements comme nouos anchêtres dé y'a chent ans vèrraient s'i' r'vénaient à ch't heu. Et y'a des chances qué dans chent ans d'ichîn y'étha acouo cèrtains r'ligieux tchi s'sont à prédithe qué la fîn du monde est en veue!

Dans l'entrétemps, ch'est à nous d'êprouver à faithe nouot' d'vé, arrive tchi voudra, dans "l'état oû il a plu à Dieu de nous appeler" comme nouos l'dit l'Caticème dans la Litourgie.

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises