Les Pages Jèrriaises

La Vaccination

Merrienne a peux

Moussieu l'Editeu,

"Ph'lip," la Merrienne me d'mandit, Mêcrédi au sé, "tchèsque-tu crai de chutte vaccinâtion? Tout l'monde en pâslent, et à matin j'ai ouï qu'y'a au mains une douzaine de personnes au liét après avé tait vacçinés. Y m'semblye que l'affaithe est sérieuse, mais sans doute les docteurs savent chein tch'y sont à faithe."

"Oh, quant à chonna, ch'est bein seux," j'l'y dit. "Chinq ch'lins pour une djobbe tchi prend une demié-minute n'est pas tant pièthe."

"Chinq ch'lins," ou s'fit, "mais j'pensais qu'nou pouvait avé chonna fait pour rain. J'l'avais liut dans la gâzette."

"Et ch'tait vrai," j'l'y dit, "mais ch'est l'Comité d'la Santé Publique tch'y paie les docteurs, ch'est pourtchi ch'est l'public tch'y dait trouvé les sous."

"Et crais-tu qu'ch'est nécéssaithe?" ou d'mandit. Après tout de tchi qu'le Comité a peux?"

"Même parmi les docteurs," j'l'y dit, "y'en a tch'y dîsent que ch'est absolûment nécéssaithe, car y'a d'chutte tèrriblye maladie tchiquebord en France, mais étout y'en a tch'y n'craient pas qu'la vacçinâtion est autre chose que du gniolin. Mé, j'fut vacçiné en huiptante-chinq, quand j'tais tout p'tit mousse, mais v'là tchi n'eut autchune êffet, car chonna n'print pas."

"Mé étout," ou dit, "comme prèsque tout l'restant, et j'fut si mal que l'docteu eut à r'venin pour me dgéthi. Pépée tait bein mârri quand il eut san compte, et voulait envié une Remontrance au docteu pour m'avé empouaisonnée, mais n'y'eut ni paiement ni emontrance, et chonna finit d'même."

"Y'a une chose tch'est seuze et cértaine, Merrienne," j'l'y dit. "Si par malchance la maladie v'nait ichin, les touristes ithaient ailleurs pour lûs vacances, et la Ville s'sait ruinée. Par chonna nou vait bein que l'Comité est forchi d'prendre toutes les précautions possiblyes."

"Vèthe," ou dit, "j'vais bein chonna, et chein que j'vais étout, Ph'lip, ch'est qu'je f'thons mûs té et mé d'être vacçinés au pûs vite. Ch'est trop ristchi de resté comme je sommes. Va téléfoné au docteu de v'nin la preumié chose d'main-à-matin."

"Oui," j'l'y dit, mais n'bougeant pas, "et tandis qu'j'y sommes, Merrienne, j'l'y dithait étout d'apporté assez d'chutte pouaison-là pour le tchan, et l'cat, sans pâslé du canârien et d'la biche. Aussi bein en faithe une djobbe."

"La Merrienne me r'gardit comme s'oulle éthait voulu m'mordre. "T'y r'vela," ou s'fit, "quand y'a tchiquechose de sérieux à considéthé, tu l'touônne en riditchule. Mais tu n'rithas pas si yun d'chais bouons jours, ayant attrapé la maladie, y faudra t'envié à l'hopita, et tu pouôrrais jamais n'en dêshallé sinon dans ta bouaite."

"Que tu ès charmante assise, ma vieille," j'l'y dit. "Ch'est pliaisant d'entendre chais patholes consolantes. Mais, n'oublie pas que si nou m'enviyait à l'hôpita, tu'éthais à y v'nin étout même su tu'n'éthais pas la maladie. Et sans autchune doute le cat, le tchan et tan chier canârien ithaient bein vite souos la tèrre. Pense à chonna d'vant tâchi d'm'êffrité d'la sorte."

La Merrienne ruminit pour yunne minute ou deux, épis oulle dit, "Si tu m'dis la véthité, Ph'lip, j'vais bein qu'y'a pûs d'une chose à considéthé. Y n'faut pas allé trop vite, et j'en r'pâsl'lons d'main. Avec chonna, si nou d'mandait au docteu d'crié pour vais tchèsqu'il en pense?"

"Fais comme tu voudras," j'l'y dit, "mais bein seux qu's'y veint, y n'veindra pas pour rain. Y faudra péyi pour être vacçinée ou pour l'avé consulté. Les docteurs sont comme les Hommes d'Affaithes. Tch'y vos faichent du bein ou tch'y vos faichent du ma, y faut mettre sa main dans sa pouchette. Crais-mé, bouonnefemme, et laisse le docteu trantchille. J'peux m'grai avec les sous qu'j'éthais à dêpensé autrement. Faut allé nos couochi et oublié tout chu gniolin-là."

Mais dans les trais heuthes du matin la Merrienne me rêvillyit, s'pliaignant qu'ou n'se trouvait pas bein, et j'fut forchit d'app'lé l'docteu après tout.

Et, Moussieu, tout ch'qu'oulle avait, ch'tait une simplye suée d'frais. mais j'en éthait pour djais ch'lins quand'même!

Ph'lip

 

Viyiz étout:

 

 

Les Pages Jèrriaises