Les Pages Jèrriaises

Les d'vis du Bouan'homme George

J'sis beintôt enn'yié d'ouï pâler d's'Etats siez nous. Ch'n'est pas seulement Mêrayieu, mais i' faut qu'ma belle-méthe s'en mêle étou. Ou' vînt l'aut' Samedi pour passer l'Dinmanche auve nous, - l'y'a tchînze jours de ch'la, et oulle est acouo là!

J'sis bein content d'l'aver auve nous, la bouannefemme, - ou' passe san temps à r'rabilli mes cauches et aidgi à Mêrayieu à couôtre, et oulle a c'menchi à ouvrer un corset d'oeuvre pour man jour de naissance, - mais quand les femmes lus mettent à distchuter la politique n'y'à pas mouoyain d'aver eune munute de r'pos. A les ouï, les Députés d'la ville ne valent ni à pendre ni à brûler!

"Avous jamais ouï d'ité?" s'fit ma belle-méthe oprès l'thée l'aut' sé: "I' veulent mettre un bâtisse à haut a côté d'l'Hôpita tchi couot'tait chent mille louis, pour louogi les nosses! I' sont fos, ches Députés-là! Ch'est bein aîsi d'vaie qu'ch'est les sou à d'aut' tch'i' veulent dêpenser! Man doux d'la vie, mais combein qu'y'en-à, don, d'ches nosses? J'viyais un portrait de chutte maison-là tch'i' veulent bâti sus la gâzette, et ch'est comme un palais! I'r'semblye au palais chrystal que j'vis à Londres quand j'y'allîmes tan bieau-péthe et mé pour not' leune-de-myi! I' pathaît pus grand qu'l'Hôpita! J'gage'geais qu'eune fais chu bâtisse-là a haut, qu'ches âmices de Députés-là trouvethont tch'i' faudra abattre l'Hôpita pour la r'bâti, car ou' n'pathaîtra pas bein à côté du nouvieau bâtisse! Et pis les nosses lus trouvethont si confortablyes là-d'dans tch'i' n'voudront pas lus dênichi d'là pour aller dans l'Hôpita travailli!"

"Mais, ma belle-méthe," j'lî dis: "I' faut bein tch'ils aient eune pliaiche à d'meuther, ches pouorres nosses! Tu n'voudrais pas les vaie couochi d'hors! J'avais quâsi pensé d'en înviter ieune à d'meuther auve nous. Ou' pouorrait couochi dans la bouanne chambre, et ou' n'nouos couot'tait pas fort à maint'ni!" "Ah! mais dame nouffé!" Mêrayieu s'fit: "J'n'allons pon aver d'nosse à d'meuther ichîn! J'n'ai pas r'oublié qu'la fais qu'tu fut à l'Hôpita pour eune eune pétite opéthâtion à tan gros-t-orté, n'y avait pas mouoyain d'appréchi d'appréchi d'té quand nou-s allait t'vaie! Ches nosses-là taient l'tou d'té comme un tas d'bourdons l'tou d'eune rueuque! Tu'étais assis-là dans eune grand' tchaise comme un moussieu auve ta gambe allouongnie sus un ouothilli, et d'la maniéthe que tu lus faithais des siféches et qu'tu lus r'gardais dans l'yièrs nou-s éthait dit qu'tu n'avais jamais veu eune femme dévant!" "Bon!" j'lî dis: "J'n'avais pon r'mèrtchi qu't'étais jalouse dévant, mé! Tu sai bein que l'Docteu Bein'clift voulait m'garder acouo eune sémain à l'Hôpita!"

"Oh! Mais! m'mèe," s'fît Mêrayieux en r'gardant ma belle-méthe: "Lé ouai-tu, ch't'homme-là? Mé, jalouse? Et de tchi? Man péthe-benîn! Mé jalouse d'un pouôrre êmanue de beintôt chînquante-sept ans? Mé qu'éthais peut mathier l'couôsin du bieau-fréthe à l'Avocat Patriarche!"

Mafîngre, ma belle-méthe prînt ma part, - pour eune fais: En m'faisant un clyin, ou' mînt s'n'ouvrage de côté et nouos dit: "Allons m's'êfants: I n'faut pas vouos entr'picagni. Ou-s avez bein adonné touos les deux, et George d'la Forge n'est pas piéthe que d'autres hommes que j'ai connu dans ma janesse. I' sont tous d'eune sorte quand eune janne hardelle lus fait des bieaux-bieaux! Mais ch'n'est pas la fouaibliesse des hommes que j'tions à distchuter: Ch'tait la dêpense de nos sou par des Députés tchi pensent pus à faithe dé lus tchian et gagni des vouaix dans l's'êlections qu'à couoyer les sou des pouorres gens tch'i' sont supposés d'èrprésenter dans l's'Etats!"

"Quand nou veint à penser, - chent mille louis pour eune maison pour louogi tchiques nosses! Ch'est si riditchule que nou sé d'mande comment qu'un homme dans ses bouans sens peut proposer d'ité à eune Assembliée d'hommes tchi sont supposés aver des p'tits boudîns dans la tête!"

"Si j'tais Député, mé, j'saithais bein comment louogi les nosses de l'Hôpita. J'ai r'mèrtchi que touos les sièrs les aubèrges sont pliennes dé gâs a dêpenser lus sou à goudaller d'la biéthe a la pliaiche de les donner à lus femmes pour acater d's'habits et s mangi pour lus mousses. Jé f'thais ches rein-tchi-vâles-là payer l'doubl'ye pour la biéthe, et pis jé f'thais les propriêtaithes de ches auberges-là dêgorgi ches sou-là ès Etats. Quand i' l'y'en éthait assez pour les nosses, nou pouorrait lus en bâti iun, - mais pas un palais!"

George d'la Forge
Les Chroniques de Jersey 7/2/1948

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises