Les Pages Jèrriaises

Les changements sont en mode!

Fort Lauderdale, Florida,
U.S.A.
Lé 2 d'dézembre, 1967.

Moussieu l'Rédacteu,

"Oublies-tu tan p'tit Jèrri quand tu'es 'chîn?", man fréthe Percy mé d'mandit l'aut' jour quand j'tions en c'mîn pour La Floride.

"Eh bein," j'lî dis, "Jé n'sis pon oublieux d'ma sorte, et j'n'ai pon 'couo mangi d's oubliettes! J'm'èrsouveins d'man traîsième annivèrsaithe dé jour dé naissance comme si ch'tait a ch't heu! J'tais sus les g'nouors à nouot' tante Ada L'Feuvre (1880-1910) dans la tchuîsinne a La Forge. Ou' v'nait d'mé laver les mains et la fache, et ou' m'dît: 'Tu'as trais ans aniet!' J'm'èrsouveins, étout, tch'i' tchiyait d'la plyie avèrse, et qué j'la viyais ruisseler ava les carrieaux d'la f'nêtre!

"Jé n'pouorrais sans doute pon t'dithe qué j'm'èrsouveins d'tout ch'tchi s'est passé dans ma vie d'pis chu jour-là. Il a passé gentiment dg'ieau l'tou d'La Corbiéthe dépis chu temps-là! Mais dé chein qué j'peux vaie l'tou d'nous ches jours, lé passage du temps n'a pon amendé la jouaie d'vivre. Ch'est vrai tch'i' y'a bein pus d'conforts par les c'mîns et qu'les gens gangnent lus vie pus aîsiement, mais v'la tchi n'lus a pon enduèrchi l'caractéthe. Tant pus tch'il' ont des beins d'la vie, tant pus il' en veulent - mais san travailli pour! J'liêsais eune articl'ye dans la gâzette ichîn en Améthique l'aut' sé tchi dîsait qu'à l'av'nîn la technologie étha tellement avanchi qué l'travas d'l'homme sé f'tha dans un coupl'ye d'heuthes par jour! I' n'nouos est pon prédit tch'est qu'les travailleurs f'thont l'reste du temps. P't êt' mêché!

"Quand j'tais mousse en Jèrri, à mains qu'un garçon fûsse fis d'moussieu ou d'pathents tch'étaient riches, il allait à l'êcole jusqu'à treize ans - l'âge voulu par la louai - et pis i' c'menchait à travailli pour gangni sa vie. Si ses gens pouvaient y'affaûrder et tch'i' n'avaient pon bésoin d'li sus la fèrme, il appranait p't êt' eune vocation. I' fallait pouver affaûrder à l'maint'nîn pour eune volée, car un apprenti n'tait pon supposé êt' payi duthant les trais preunmiéthes années d'apprentissage. S'il 'tait au-fait et appranait vite, y'avait des chances qu'san maître lî donnîsse quand-mème tchiques soi comme présent à Noué et v'la tch'aidgait à l'garder en habits et bottes. Ch'tait pûtôt des bottes à cliou qu'nou m'ttait dans chu temps-là. Mess Maugi, Laïesse, les faîsait sus m'suthe, et i' duthaient bein pus longtemps qu'des bottes d'acat.

"Les fis d'hommes dé vocation, comme les forgeurs et tchèrpentchièrs, appranaient généralement la mème vocation et travaillaient dans la forge ou la tchèrpent'tie du péthe, et l'mêtchi continnuait d'péthe en fis pour bein des généthâtions. D'autres allaient en mé, sustout quand i' y avait d'grand' fanmiles de garçons dans eune fèrme. Ch'tait l'grand tch'était favorisé en louai et tch'héthitait la fèrme, et les piêsnés savaient bein qu'lus av'nîn n'tait pon garanti à fèrmer et i' lus en allaient en mé. Tchiquesfais i' travaillaient à bâti des navithes dans les chantchièrs - y'en avait au mains quatre à Gouôrray. L'Dictionnaithe Jèrriais d'l'Académicien L'Maistre nouos dit qué l'drein navithe bâti en Jèrri pour aller à Tèrre-Neuve d'valit d'sus l'chantchi à Mess Jean Picot d'chu village-là dans les 1886. Et y'avait sans doute des chantchièrs où'est tch'i' bâtissaient des navithes dans La Baie d'St. Aubîn étout. Nou peut dithe qué les Jèrriais navidgaient les navithes tch'i' bâtissaient, et y'avait tant d'Cap'taines Jèrriais qu'un vièr diton nouos dit qué 'Touos l's hommes ou lus femmes sont Cap'taines en Jèrri!'"

"Dans l'tché d'ches chantchièrs-là qué l'Dawn - tch'emportit p'pèe et m'mèe à La Côte en 1901 - fut bâti?" Percy mé d'mandit.

"Eh bein," j'lî dîs. "Lé Dawn né fut pon bâti en Jèrri. I' fut bâti pour les Robîns dans un chantchi à La Pointe St. Pièrre, tout près d'Malbaie et pas bein liain d'Percé où'est qu'tu fus né."

"L'as-tu veu té-mème, lé Dawn?"Percy mé d'mandit.

"Oui dgia!" j'lî dîs, "J'l'ai veu pus d'eune fais dans la cauchie en Jèrri. J'allis-là vaie les navithes auve Papa L'Feuvre quand j'tais mousse. Il avait 'té naviguant lî-mème et ch'tait san pliaîsi d'aller les vaie en s'pronm'nant sus la cauchie quand il allait en ville.

"La dreine fais qué j'lé vis l'Dawn 'tait quand i' passait La Corbiéthe auve p'pèe et m'mèe et nouos fréthes Sydney et Jean Giffard à bord, en c'mîn pour Paspédgia. J'tais à la f'nêtre dé ma p'tite chambre à haut à La Forge à l'vaie passer. Janmais jé n'l'oubliethai. Fraînque 'tait auve mé, et j'avions l'tchoeu gros d'les vaie aller, et r'gret d'n'êt' pon auve ieux à bord étout."

"Tch'est qu'en est dév'nu, du Dawn?", Percy mé d'mandit.

"I' pathaît tch'i' finnit ses jours en naufrage sus la grève à St. Pierre dé St. Pierre et Miquelon au large d'Tèrre-Neuve!" j'lî dis. "Ch'est un fanmeux vièr naviguant d'Jèrri, Maît' Léopold Godfray, tchi m'la dit, jé n'crai pon tch'i' y'a autchun aut' Jèrriais en vie aujourd'aniet tchi connaît l'histouaithe des vièrs navithes à vailes aussi bein comme li!"

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises