Les Pages Jèrriaises

Chorchièrs et tchéthauds

Aigre, en Charente,
France

Lé 6 d'septembre, 1975

Moussieu l'Rédacteu,

Y'a acouo des gens tchi sont superstitieux, mais rein à compather au temps jadis. Même dans man janne temps (j'pâle dé y'a eune huiptantaine d'années) les gens criyaient ès chorchièrs et tchéthauds. Lé tchéthaud 'tait un d'senchorchéleux. Cèrtains anciens disaient tchiquefais tch'il 'tait sept fais chorchi. D'aut' l'appelaient un blianc chorchi. Sans doute y'avait des gens tch'i' n'criyaient pon à la chorchel'lie, et i' pathaît qu'les chorchièrs n'avaient autchun pouvé sus ches-là.

J'ai connu un vièr fèrmyi d'St. Brélade tch'y criyait fiabliément, à la chorchel'lie. I' m'dit eune fais qué quand il 'tait janne iun d'ses anmîns 'tait à traithe sa vaque, et qu'un chorchi vînt lî pâler. I' s'mâtît à côté d'la vaque et pâssît sa main sus san dos et ses hanques, et lî dit: "Ou n's'en va pon t'donner d'aut' lait, ta vaque. Oulle est à sé!"

Et i' n'put pon lî haler eune aut' goutte dé lait. "Mais si j'avais 'té à sa pliaiche," mén anmîn St. Bréladais m'dit, "j'éthais tué chu out au travèrs dé chorchi-là. J'sai bein tchi faithe dans un cas d'même, car j'ai connu un tchéthaud tchi m'a donné des r'mièdes - et les chorchièrs mé laîssent trantchil'yes. I' savent bein qué j'sis trop malîn pour ieux. Dans un cas d'même i' faut prendre eune piéche dé douze sou, îngrînflier eune crouaix d'ssus, chèrgi s'n arme et la mett' dédans auve la poudre et la tither par dessus l'dos à la vaque, et l'chorchi tchait mort!"

Et y'avait des farceurs tchi prannaient avantage des cheins tchi s'criyaient enchorchelés, et i' lus jouaient des farces. J'rencontris un St. Jeannais y'a tchiques années tch'en avait connu iun, d'ches farceurs-là, dans san janne temps. I' m'en contit tchiques histouaithes et j'm'en r'souveins d'ieune ou deux. I' pathaît qu'iun des vaîsîns du farceux s'criyait enchorchélé, et comme i' li contait ses mînséthes, au farceux, ch'ti-là li dit qué ch'tait tel et tel tchi y'avait joué un mauvais tou, et quand i' l'vèrrait appréchi dans la route i' fallait touanner sa tête dé côté et êcopi, et qué si l'enchorchéleux l' viyait êcopi il en f'thait autant, mais qué s'i' pouvait êt' lé preunmyi à êcopi i' romp'thait l'enchorchellement.

Et pis l'farceux s'en allit siez l'souô-disant chorchi et li dit qu' l'aut' l'avait enchorchélé et l'consilyit d'êcopi chaque fais tchi l'vèrrait. Lé rêsultat fut qu'les deux c'menchîdrent à s'entre dgetter, et châque fais tch'i' s'rencontraient il êcopissaient dans la route en même temps. Mais un bouan jour lé souô-disant chorchi s'muchit driéthe lé fossé à dgetter l'autre, et comme ch'ti-là arrivait à la brecque du clios dans san hèrnais, i' s'butit d'un embron et êcopit deux-s'trais fais. Lé pouorre baloque tchi s'criyait enchorchélé eut peux, et i' fit un té saut dans san hèrnais tch'il êffritit san j'va et l'j'va prînt la pathe amont l'clios et tchulbutit l'hèrnais dans l'fossé. "Eh bein, i' m'a ieu quand même!" i' s'fit.

Eune aut' fais, iun d'ches farceurs-là tch'aimait eune fais à baithe ouït qu'un homme tch'i' connaissait bein s'criyait enchorchélé. Il allit l'vaie et li dit tch'i' savait bein tchi faithe pour lé d'senchorchéler. I' fallait eune boutelle plieine dgieau-vie et d'tchi à mangi sus la tabl'ye siez li lé préchain vendrédi au sé. Lé v'la y'aller chutte séthée-là auve un anmîn pour compangnie. Quand i' vit l'ieau-d'vie et un bouan r'pas sus la tabl'ye, i' mâtit l'bouanhomme atout s'n arme chèrgie dans l'allée driéthe la porte dé d'vant. Et pis i' li dit qu'entre ch't' heuthe là et minniet l'chorchi veindrait à la porte et tch'i' fallait li mither s'n arme drait entre les deux ièrs quand il ouvrithait la porte, mais tch'i' n'fallait pon tither l'arme, car lé chorchi tchèrait mort quand i' la vèrrait, l'arme, et tch'i' n'fallait pon bouogi d'driéthe la porte ni dithe eune pathole dévant qu'la porte ouvrisse!

Né v'la don l'bouanhomme mâté driéthe la porte auve sén arme, et nouos deux farceurs assis à la tabl'ye à mangi du bel et du bouan et à baithe sén ieau-d'vie. Auprès tch'il' eûdrent bu et mangi à lus tchèr content et tch'il' 'tait à feunmer lus pipes au pid du feu, lé bouanhomme, tch'avait fraid et 'tait lâssé d'êt' début, et tch'avait faim, vînt dans la tchuîsinne èrgarder l'heuthe et lus dit: "Ch'est drôle, né v'la pâssé onze heuthes et l'chorchi n'est pon 'couo v'nu!" "Ah mais i' n'veindra pon à ces sé!" l'farceux li dit. "Ou-s-avez bouogi d'driéthe la porte et pâlé, et j'vouos avais dgèrni tch'i' n'fallait pon bouogi ni dithe un mot!"

 

George d'la Forge

 

 

Viyiz étout:

 

 

Les Pages Jèrriaises