Les Pages Jèrriaises

Le R'tou du Pêqueux

 

un paîsson

 

Ah! men bouon houm' s'en va r'venin,
J'en sis rêjouie!
I m' semblle l'vêir le long du k'min:
Ah! qui m'enniie.

Ne l'vei-tu pon, di-mei, Mallé;
L'vei-tu, ma fille?
Devrai, devrai, j'sis au m'sespé:
S'rait-i en ville.

Car ch'était vrainment sen baté:
Il est à terre.
S'rait-i restè, ah! qu'est qui seit,
A prendre un verre.

Si par malheur, i se cauffait:
I n'a pon d'tête.
Men doue, men doue. qu'est qu'en d'veindrait?
S'rait-i si bête?

Je n'le crei pon, devrai, nenni:
I n'est pon l'homme:
Si voulait beire, che s'rait siez-li,
Du jus de la pomme.

Êcoute, êcoute, ouvre nous l'us;
Ch'est tei, men Jêmes:
Pouore garçon, tu n'en peux pus.
Bon! tu-as des brêmes.

Et de l'angulle et du horfit,
Et tout pllein d'raies;
Du lieu, du haut, avous pêqui,
Et un tas d'raies?

Pour deux longs jours, tu-as navigui:
Par ten visage
Tu deit bein être fatigui
Oprês ten viage.

Ah! men bouon homme veint de r'venin,
Mei vla tranquille:
Je n'irons pus guetter sus l'k'min,
Betté, ma fille.

 

A. A. L. G.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises