Les Pages Jèrriaises

La Nouvelle Année

San Antonio, Texas
USA
Lé 30 dézembre, 1967

Moussieu l'Rédacteu,

Né v'chin la nouvelle année tch'appraiche, et des vièrs comme mé sont tréjous r'connaissants qué L'Bon Dgieu lus pèrmet d'en r'vaie acouo ieune  ! La vie est eune aventuthe si intéréssante qué nou vit tréjous en espéthance. Quand nou-s-est pus près d'huiptants qué d'septante, nou-s-apprécyie d'autant pus la préchaine qué nou-s-a la chance dé vaie  !

Ch't année n'a pon 'té pus heutheuses pour l'Améthique. Y'a ieu du deu dans bein des maisons à cause dé la dgerre du Viet-Nam, et i' n'pathait pon y'aver d'fin en veue. Et j'avons des p'tites dgèrres ichin et là dans l'pays à cause des bastaudes et d's escarmouches entre l's Améthitchains d'souche Africhaine et la police. Lé gouvèrnement a passé des louais pour asseûther l'amendement du sort dé la vie des gens d'couleu, et lus donner l'opporteunnité d'lus dêhaler et d'aveindre lé même nivé d'prospéthité joui par lus bliances fréthes. Malheutheusement, ches louais-là n'ont pon 'couo ieu l'éffet voulu. V'là tchi prend du temps, et comme nouos l'dit l'vièr diton Jèrriais. ''V'la tchi n'fait pon grand éffet qué d'env'yer d'l'ieau à fa mé  !'', et ch'est à bein prés ch't éffet-là qu'les privilèges tch'il' accordent sont déjà garantis par eune ''Constitution'' fédérale tchi prèche eune évangile d'égalité pour touos ses citouyens  ! L'affaithe n'amende pon vite assez pour pliaithe ès gens couleuthés, et les politiciens n'amendement pon l'affaithe quand i' promettent des choses tch'i' n'peuvent pon faithe – pour l'amour d'aver des vouaix à la préchaine élection  !

La dgèrre contre la pauvrété en Améthique n'a pon aidgi ès pauvres, et la crianche dé nouot' Président qu'la Trésorerie à Washington peut produithe assez d'sou pour faithe la dgèrre au Viet-Nam et aboli la pauvrété en Améthique – et aédgi à touos les nouvieaux pays d'Afrique et d'Asie à en faithe autant étout – sans hauchi les taxes ichîn, n'est pon chârée par touos l's aut' Améthitchains  ! Et pis – acouo comme nouos l'dit un diton Jèrriais – "Nou n'peut pon enrichi un publyi  !" Et les Saintes Ecrituthes n'en sont pon liain d'la véthité quand i' nouos disent qué les pauvres es'sont tréjous auve nous  !

Eune aut' chose tchi pathait géner cèrtains des savants (en affaithes économiques) est la crainte qué la dévaluation d'la livre stèrling par l'Angliétèrre aie l'même éffet sus l'dollar, viyant qu'les deux sé sont tréjous souôt'nus iun et l'autre dans les finnances du monde. J'tais hardi amusé d'ouî au tout c'menchement d'la nouvelle dé dévaluation qué le ''Scotch Whisky'' couôt'tait mains à acater ichin dépis qué l'dollar s'en allait valer pus vis-à-vis du louis. Comme ch'n'est pon d'tchi qué j'mé d'mente d'acater. Jé n'sai pon tch'est qu'en est. J'aime mus du lait doux, et j'sai bein tch'i' n'a pon hauchi dreinement. Mais y'a eune chose tch'est bein cèrtaine – ichin comme en Jèrri – ch'est qué l'conmèrçant n'y pèrdétha pon d'un côté ni d'l'autre  ! S'i y'a d'la renchiéthe, ché s'sa l'pouorre dgiàtre tch'acate au d'bit tchi la paietha, l'fèrmyi, l'ouvriyi et vous et mé  ! Ch'est l'conmèrcant et l'boutitchi (lé ''middleman'' comme nou dit en Angliais) tchi n'y pèrd janmais. I' s'fait seux d'san coup, li  !

Enfin, ch'est bein d'tout dithe, mais tch'est qu'nou peut faithe pour changi tout ch'qué nou crait tchi va mal  ? Voter pour changi l'parti tchi gouverne actuellement quand veindra la préchaine élection  ? J'viyais dans la gâzette l'aut' jour qu'un homme avanchait l'opinnion qu'eune ''démocratie'' (à la mode Angliaiche et Améthitchaine pon Russe  !) est la pus difficile dé toutes les modes dé gouvèrnément à controller, vivant qu'tout l'monde peut y dithe san p'tit but  ! Eh bein, ch'est à touos nous d'éprouver à amender les choses d'eune manniéthe ou d'l'autre dans l'année tchi s'en va naître, et n'oublier pon tch'i vaut mus vivre en espéthance qué d'créver au m'sespé.

J'pouvons c'menchi par faithe nouos bouannes résolutions d'nouvelle année. J'en ai tréjous ieune à consilvi à touos les Jèrriais  : Ch'est d'faithe lus mousses pâler l'Jèrriais  ! Autrément nouot' bouanne vielle langue s'en itha à grande pas  ! L's années s'en vont naître et ou' s'en va dispathaître si les jannes né r'tcheinnent pon l'privilège et l'honneu d'pouver s'entre souhaiter une bouanne nouvelle année dans la langue dé lus anchétres !

Quant à mé j'vouos souhaite tout bonheu, prospéthité et bouanne santé. Moussieu l'Rédacteu en mil neu chent souoxante-huit et la même chose à touos vos lecteurs  !

George d'La Forge
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises