Les Pages Jèrriaises

1901


La buonne Année, amin lecteu'
J'vos la sou'aitons dé bein buon tcheu.
F'chin la Nouvelle Chronique oquoth une feis,
Qui vos fait part de ses miyeurs souhaits
Pour la Nouvelle Année.

V'là d'ghês neu chents dêjà finie:
A peine i semb'ye 'tait alle q'menchie!
Et bein pourtant la v'là dêjà bein l'yain.
Et j'vos sou'aitons en vos chatchant la main
Une buonne Nouvelle Année.

J'cryaimes d'en avé une volée
Dévant q'mil neu' chents fusse passée
Achteu! Comme l'ombre d'un p'tit nuage oul est horte.
Faut espéthé q'la sienne qu'est à la porte
Essa une buonne Année.

Dans la campagne, au puorre fermi,
Qui peut à peine ses dettes peyi.
Un mot d'encouothagement, d'consolation,
Faut espéthé amin q'chutte feis j'éthons
Une buonne Année.

Au labuotheux dans sa chaumièthe,
Au pitcheux d'pierre dans la carrièthe.
A la vieille grand' mèthe qu'ouvre aupi du feu,
Au p'tit qui dort dans l'ber j'sou'aitons d'buon tcheu
Une buonne Année.

Es pèthes et mèthes, ès fils et filles,
Es habitants d'campagne ou d'villes
- Une nouvelle page d'la vie jé v'nons d'tuonné
Oh qué j'piessons tous, l'suns et l's'autes avé
Une buonne Année.

Au vièr pêtcheux qui risque sa vie
En baté sus la mé marrie
Pour souvent n'avé pas grand chose, hélas!
Piesse le succès couronné san travas
Dans la Nouvelle Année.

Es pauvres, ès riches, ès p'tits, ès grands,
Es grands messieux et ès puorre gens.
Qu'ou séyis sus la terre ou sus la mé
J'sou'aitons à tous n'importe là ouèst q'ché s'sait
Une buonne Année.

Si ch'na té q'malheurs jusqu'ichin
Piesse la prospéthité vite v'nin.
Allons! A l'oeuvre ov un nouveau cuothage
Et q'ché s'sait pour chatchun, dans chaque mênage
Une buonne Année.

Allons, amins; n'faut pus gronné
N'faut pus nos pliaindre, ni murmuthé.
Vive le travas, et pis à bas l'ordghi:
J'sou'aitons à tous pour vos encouothagi
Une buonne Nouvelle Année.

Et j'châtchun d'nous faiche dé san mus:
N'ya pas personne qui piesse faithe pus.
Et j'vos sou'aitons pour les précheins chent ans
A tous oquo une feis en terminant
De buonnes Années.

Nouvelle Chronique de Jersey 9/1/1901

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises