Les Pages Jèrriaises

Adréchie au Hadgîn

Address to a Haggis

Tchi minne honnête! Hèque not' hadgîn,
Connêtabl'ye dé touos les podîns!
Bein miyeu qu'd'aut' êpinnotchîn,
qué tripes, qu'abats...
Véthe, tu vaux un discours divîn
long coumme man bras!

Assis là sus l'assiette, tout pliein,
ta hanque coumme un côti au liain:
né v'là-t-i' pon tan r'lent tchi veint
nos êmoûtchi!
Tan jus nos ravigote la faim
et l'appétit!

Lé fèrmyi adguche san couté,
et sa main d'vale pouor t'êtriper,
et ta tripâle tchait en russé
en dêgôlant.
Né v'là tan tchèrpais êtrueûlé,
bé et lithant!

Pis un châtchun gaffe sa tchulyi -
n'y'en a pon iun tchi veut s'tèrgi;
bétôt châque ventre en est remplyi
pliein coumme un oeu.
Lé maît' - quâsi à s'êbieilli -
r'mèrcie l'Bouôn Dgieu!

Y'a-t-i' tchique haînitcheux tch'aim'thait
mus gouôter un pâté Français
qu'eune trie en dêgouôsillonn'nait
en pur pilvas?
Nou trouve-t-i' autchun à tchi n'pliaît
pon un té pliat?

Tchi peûle! Tchi failli reintchivâle!
Mais tch'est qu'il a don dans sa fale?
Ès tchiêsses aussi tenvres coumme eune pâle,
maigre coumme chitchette:
eune êmânue dé tchi nou pâle
coumme d'eune stchelette.

Nouôrri du hadgîn, l'campangnard
marche vaillamment: un houmme dé part
tchi prend dans sa main un pouongnard,
épis d'pus bouôn,
êcoupèle eune armée d'soudards
coumme des tcheurdrons.

Pouvièrs tchi nos seurvil'yent des cieux
et nos enfalent pouor remplyi l'creux!
Jé n'voulons pon d'mangi ieauseux
coumme du viopîn;
ch'est d'nos bailli pouor not' bonheu
du bouôn hadgîn!


Robert Burns
Vèrsion Jèrriaise 2017, Geraint Jennings

 

 

ADDRESS TO A HAGGIS


1

Ta belle fache est honnête et heutheuse,
Bouôn patron dé la famil'ye des podîns,
Sustout t'fitchi té-même,
L'estonma, tripe, u boudache:
Tu'es hardi dîngne d'eune grâce
Vraîment long comme man bras.

2

L'assiette gronnante tchi'qu' t'emplyi,
Tan couoson comme un mont isolé,
Ta brotchette pouvait aîdji rabilyi un moulin
Si i'y avait besoin,
Quand tchi qui par tes pèrtu la rôsée sue
Comme des perles d'or.

3

San couté vait main-d'oeuvre rustique essuyer
Et t'ou tranqu'sa hardi scouôtrément,
Tranche tan brillant boudin jailie,
Comme tchelconque canne,
Et pis, Oh! tchi belle veue,
Caud, riche bouôn r'lais,

4

E'pis, corne pouor corne, i'etithe et êprouver dû,
Le Dgiâbl'ye hal'la lé drein, i'cache,
Jusq'à temps que san estonma bein gonflié, en pus tard
I'sont etreints comme des tambouors
Et pi' Lé Patron, presqu' êcliat
Chanton "Mèrcie"

5

Tchi par-dessus san ragoût Français
Ou olio f'thait eune trie aver l'tchoeu d'vomi,
Ou fricachi tch'lyi f'thait gaûmi
Auve hardi dégoût,
Èrgard auve ricangnie, et dédain
Sus tel dîner.

6

Pauvre dgiâbliotîn! i' viyiz sus san fiolîn
Mesquin comme eun ros êmorti
Sa jambe fise eun bouôn fouet,
San poing eun nouaix,
S'lanchi par innondâtion sangliant ou c'ios
Il est hardi malsain.

7

Mais èrgardez l'Campangnard qui mangi haggis,
La tèrre trembli sous san pid,
Mettez dans san raide grand poing eun couté,
I' lé f'tha suffier;
Et les jambes, et les bras, et les têtes fauctha
Comme les tcheurdrons à chorchi

8

Lé Bouôn Dgieu qui souongne l'genre humain,
Et lui don toute la nouôrrituthe,
La Vieil'ye Êcosse n'veurt pon eune piatelée êvatchi,
Qui d'goutte aux baîssinnes;
Mais, si té li'accordes sa priéthe,
Li donnez un HAGGIS.

Robert Burns
traduit par Djonnyi l'Mousse

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises