Les Pages Jèrriaises

Ramadan

Countes d'un Èrv'nu 'La buonnefemme et mé,' s'fit l'Ph'lip Desclios qui veint passer eune dem'y'heuthe à bagouler, 'j'taîmes à pâler de chein qu'tu m'avais dit y'a tchiqu'temps au sujet des différentes réligiouns, et ou' mé d'mandit tchi qu'tu criais des abstinences qui nos sount prêchis, par exemplye él Carême. J'lis dis que j'té d'mandrais'.

'Les crêtchiens,' j'lis rêpounnis, 'i'craient qu'il' ount ach'vé grand mérite si duthant les tchiques semaines devant Vendredi Saint et Pâques i' tchittent dé fumer ou d'béthe de l'alcohol. I' dévraient penser ès musulmans, tchi duthant eune mais entchi - le mais d'Ramadan - né bévent ni mangent rein dutout ent'el l'vant et l'couochant du solé. Ramadan peut v'ner dans autchun mais d'l'année, et quand il arrive en êté, surtout dans les pays cauds, ch'est eune épreuve péniblye'.

'Mais bein seux y'a des musulmans qui, sans faithe la meine de rein, n'observent pas Ramadan trop strictément. Quand j'tais en Afghanistan, eune année Ramadan veint en pliein êté.

J'avais à faithe avec le Ministre éd Dév'loppement, car not' gouvernément 'tait a lus aidgi dans eun grand projet agricole, et eune matinée qu'i' faisait eune chaleu' impossiblye le Ministre me teleponit de viérs ounze heuthes et m'dit qu'y'avait eune grande diffichulté qu'avait subitement apparut dans not' projet, et qu'oulle 'tait si importante qu'i' fallait qu'i' vînesse me vaie tout d'suite.

'Mais, Excellence,' je lis dis, 'ch'n'est pas à vous de v'ner siez mé, ch'est mé qui dait aller siez vous, et puisqu'ou' dites que ch'est hardi important je s'rai à vot' office dans eun quart d'heuthe'.

'Ah, pardoun' i'm'dit, 'ch'est eune affaithe si d'licate qu'i'n'faut pas que l'mounde en sache rein, car v'là tchi f'rait damage ès rapports entre nos deux gouvernéments. Même les membres éd m'n'office n'en savent rein, et d'même i' vaut mus qu'ou'n' vînssent pas ichein, j'veindrai tout seu' siez vous, et pour que les membres éd vot' Ambassade n'en savent rein nintout j'veindra, pas à vot' office mais à vot' résidence'.

'Eh bein, mon Ph'lip, j'tais bein au fait avec chu projet agricole là et j'savais que n'y'avait autcheune diffichilté qui s'tait êl'vée entre les Afghans et nous. Et d'même je m'doutais bein chein qué l'Ministre avait en veue. Ch'tait Ramadan, et i' faisait eune chaleu' d'dgiablye, i' voulait à mangi et à béthe, surtout à béthe. 'Bouon, Excellence,' j'lis dis, 'j'vos attrendrai à l'entrée d'côté près de m'n'office privée, ouesqu' én y'erra persounne à interroumpre not' counversatioun.'

Et j'm'en fus à la maisoun, j'dis à Akbar, mon chef servant, que j'attendais eun moussieu à douze heures sus eune affaithe privée, et d'même de préparer eun grand pliat de sandwiches de jamboun et de l'mettre, avec eune bouteille de mon miyeu whiskey, sus la tablye éd m'n office. 'Et', l'lis dis, 'pas eun mot à persounne'. Car j'savais bien que j'pouvais m'fier absolument sus Akbar.

Quand l'Ministre arrivit et vit l'jamboun et l'whiskey i'm embrachit, mode Afghane, et m'dis: 'Ah chièr amin, j'vos aimouns tant car ou' nos coumprennez si bein'. Eune heure après, quand j'eumes fini la pliatt'lée d'jamboun et la bouteille de whiskey et que l'Ministre se l'vit pour s'en aller, j'lis fis eun clyîn et lis d'mandis 'Eh bein, Excellence, chutte grande diffichulté entre nous entours le projet agricole, j'éspèthe qu'oulle est résolue à vot' satisfactioun?'

Le Ministre s'êbouffit d'rithe. 'Tu sais aussi bein qu'mé, 'i' s'fit, 'qu projet marche à merveille, mais je n'pouorrais pas guaranti qu'eune aut' diffichulté né s'arrivra pas devant que l'ramadan sait fini, et qu'i' faudra que j'érveinne t'èrvaie.'

Lé Ph'lip fit la meine d'être tout êtounné. En ritounnant i's'fit: 'J'pensais que ch'tait countre la réligioun des musulmans de mangi autcheune viande qui v'nait du couochoun, oud'béthe d'alcohol. Et té, t'en servit à eun musulman, et à lus saisoun d'jeûner!

'J'n'éhais jamais crêu qu'eun bouoan métodiste coumme té éthait fait d'ité. Mais ch'est p'têt' chein qu'nous appelle la diplomatie.

'Mais mé, jén'sis pas musulman, et d'mème eune gout d'litcheu né m'est pas interdit. Et à t'entendre pâler d'whiskey v'là tchi m'a fait la gorge hardi secque.

'T'en éthais pas eune lèrmin à m'dounner?"

Le Vièr Trin'tais
8/12/1993
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises