Les Pages Jèrriaises

Le fermyi et l'marchand

Ph'lip R'va sûs l'Bridge

.

         

Moussieu l'Editeu,

J'ai tchitté à foui dépis l'autre matin, et si j'n'avais pas r'chu une lettre de la banque m'imformant que l'gérant s'sait bein content de m'vais au pûs tôt, pas yunne des patates tchi m'restent îthai en ville. J'métt'rais tout en câsse et j'éthais une vendue au mais d'Novembre, quand, bein seux la s'menche vaudra de sept à huit ch'lins la bouaite. Malheutheusement, y faut que j'trouve des sous ach'teu, et don j'pense bein que je s'sait forchi d'allé ocquo m'laissi volé sûs l'bridge une fais ou deux.

Pour vos explitchi l'affaithe. Quand sé qu'les patates avaient fini à quarante-chinq ch'lins, je m'décidit tout-d'suite d'allé l'préchain matin avec un viage tch'avait tait dêfouï par un couplye de frouques que man biau-fils, le Henri, m'avait prêté pour l'arlevée. Y'en avait bétôt chinquante bathis, epis ch'tait d'tchi-bé. Ch'est d'la nèthe terre par siez nous, et n'y'a pas miyeur dans l'Ile.

Eh bein, Moussieu, j'fut bein d's'appointé, car quand j'arrivit sûs l'bridge le prix avait baissi et les marchands dîsant tch'y n'avaient pas d'ordres ne mordaient pas du tout. Pour une bouonne dem'ieuthe j'restit là sans être appréchi d'personne, et quand, à la fin, un gros pend'loque tch'avait l'air d'avé pâssi une rude niet, me fit un bid de trente chelins j'l'y donnit man bilyet, mais j'vos assuthe que ch'tait à contre-tchśu. J'n'osais pas resté pûs longtemps, car j'avais dans l'idée qu'la Merrienne me f'thait des rouaux si j'ne r'venais pas en temps pour dîné.

Ach'teu, quand vint l'sé, après qu'oulle avait ruminé la tchéstchon pour une heuthe ou d'même, ou m'pôsit la tchéstchon que tous les férmiers taient sans doute à distchuté. "Dis-mé, Ph'lip," ou s'fit, "pourtchi qu'les patates sont à quarante-chinq un sé et à trente le préchain matin? Tchèsqu'en est la cause?"

"Va permi les marchands," j'l'y dit. "D'mande à yun, d'mande à l'autre, d'made à un traisième et tu s'sas aussi savante à la fin comme au qu'mench'ment. Tu 'entendras pour seux que n'y'a pas de d'mande -"

"Arrête un mio," ou s'fit, "ch'est bein drôle que si l'Angliétêrre veur nos patates le Mardi, ou n'en veur pas l'Mêcredi. A ma veue, ch't'extchûse-là ch'est du gniolin."

"Y s'poûrrait," j'l'y dit, "mais ch'est du gniolin tch'appauvrit l'fermyi et pérmet au marchand d'accaté un neu moteur et d'allé prom'né sa femme ou sa tu-sais-bein-tchi le Dîmanche arlevée. Mais y'a autre chose puisque tu d'mande des raisons. Le jour même qu'un fermyi en Angliétêrre met sa frouque souos une vigne et ramâsse trais ou quatre patates grosses comme des śux d'bantine, ah! Touos les marchands vos disent que l'Angliétêrre est à foui, et qu'ch'est à-bein-près fini pour Jêrri."

"Mais ch'est absurde chonna," ou s'fit.

"Ch'là s'pouôrrait," j'l'y dit, "mais ch'est une absurdité tch'a coûté chi ès Jêrriais. Et ch'n'est pas d'agniet que ch't'histouaithe-là cirtchule, car oulle avait tait inventée quand j'tais tout mousse. J'me r'souveins d'avé entendu man bouon-homme de pèthe, r'venant du bridge, dithe à mémée que tout tait fichu parsque les patates angliaises taient sûs l'marchi."

"Eh mé étout," ou s'fit, "mais avec chonna, tu sais, Ph'lip, y n'fait pas oublié qu'les marchands ont lûs diffitchultés étout. Pense, par exemplye, ès gages tch'y faut péyi toutes les s'maines dans la saison, et même en hivé. J'crais bein qu'y'a pûs d'une niet dans l'couothant d'l'année quand ils ont assez d'peine à dormi tranchillement."

"Tu'as raison, Merrienne," j'l'y dit, "et, pour dithe vrai, j'aim'thais mus être fermyi que marchand. Quand j'vais dans les stores et que je r'garde la dgainge d'ouvriers, la maintchi à rain-n'faithe, tch'y tendent lûs mais à la fin d'la s'maine pour des louis et des louis, je m'dis a mé-même que j'ai bein d'la chance de n'être qu'un poûore fermyi tch'y peut allé s'couochi sans être trop gêné."

"Vèthe," ou s'accordit, "et l'soigni et à l'empêchi d'faithe trop d'bétises."

Les femmes, Moussieu l'Editeu, ont tréjous la dernièthe parole -.


Ph'lip
19/6/1954

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises