Les Pages Jèrriaises

Who is the culprit?

J'soumes d'avis, Lonore et mé, qu'y'a tchiq vilain sale peule de la ville qu'a yeu l'affront d'voulé s'motchi d'nous, et d'mett' Mess Pain en rislée parmi les gens qui nos counaissent et nos portent réspé.

Du pèrsi Y'avait du persi, Oh! y n'mantchait pas d'persi, la séthée du 14 Fevri - assez pour asaisounné la soupe des villais pour huit jours - mais pas un seul brin qu'nous éthait voulu vaie entré la famille des Pain. Lonore m'disait en plieuthant quand j'en r'palimes, "Mémée; j'aimthais mus resté fille oquo un an putot que d'mé mathié ov eun' houmme ov tchi je n'voudrais pon ètr' veue sortant d'la Chapelle!"

Eh ben! pour vos dithe, la séthée d'Valentine, quoué qui fisse un temps péthissabye qu'nou n'ethait pon mins un tchan galeux d'hort, j'sortimes touos les très d'viers neuf heuthes pour allé exploré les carres de rue, et faithe les chent pas autou du Ouaisbridge, du Parc, a Quatrebras, souos les bouais d'Plaisance, partout la ou-ès qu'y'ethait chance de vaie des messieurs ov du persi a lus boutounnièthe. Pour né pon les faithe s'ennyé a attendre, j'nos décidimes a allé chatchun d'sen bord, et coumme j'apprehendais un mio a laissi Lonore sorti toute seule la niét, san péthe lis dounni l'manche d'un marté d'forge pour s'en servi en cas qu'tchiq' un lis manq'thait d'respé, et j'l'envyimes d'jetté les carres pas loin d'la ou-ès qu'un policeman l'entendrait crié au s'cour.

J'rentrimes siez nous d'viers onze heuthes, l'un souontre l'aute. Un mio tard, p't'ètre, mais j'avaimes décidé d'mème en cas qu'y'ethait tchiq' clerque de banque ou jenne avocat qui n'ethait p't'etre pon 'té libre pus bouonne heuthe dans la séthée. J'rentrimes touos les très d'viers en mème temps, trempés, crottés, lassés, Lonore plieuthait, mè j'grénottais, et Piteur - Piteur avait l'vé l'coude et choppi chinq fais en ramontant les d'grès.

A la preumié carre ou-ès que j'fut mé, j'trouvi rin: ni a la deuxieme ni a la trèsieme. A la quatrième j'trouvi un sale petit mousse qui m'dit qu'un moussieu y'avait dounné quat' sous pour mé dithe qué le moussieu n'tait pon v'nu viyant qu'sa féthresse n'y'avait pon rapporté sa bouonne q'mînze en temps, mais dé m'dithe que si m'plîaisait de r'vené Mardi tchi vint en tchinze, y s'sait là fiablément.

J'dounni eunne talmouse a ch't'affronté d'mousse, et j'm'en fut auprès d'la féthe-a-bétes. D'eunne auberge a côté, y sortit un peule qui criyi a ses camarades "Ere's the ole' lady!" et y m'print par le bras pour m'faithe entré. J'y'alloinyi eunne bouonne paffe, et un coup d'pi a y'un d'ses camarades qu'etait a rithe sus l'pas d'la porte, et j'm'en r'vint siez nous, bin marrie, coumme ou pouéz créthe.

En plieuthant, Lonore nos conti qu'oul avait trouvé un grand haut moussieu souos un bouais, ov du persi tout autouore le riban d'san chapé, qui l'avait faite assiéthe sus un banc, y'avait offert eun' cigarette, avait mins san bras autouore de sa talle et sa tète sus léspaule a ma fille, et y'avait d'mandé dans combin d'temps qu'sen troussé s'ait prèt? car y comptait s'mathié dans l'couothant du mais pour r'èmné sa femme au Brezi ou-ès qu'il 'tait foreman d'eunne manufactuthe pour faithe du café ov de la moulée d'scie. Apres avé d'visé oquo tchiq' temps ov Lonore et y'avé dounné l'portrait du chaté dans tchi qui d'meuthait au Brézi, y y'emprunti un èstchu "pour n'avé pon a chanji eunne bille de djiz louis a ces-sé, qui dit" et la tchitti en disant qui vindrait l'lendemain paslé a ses pathents. Ch'fut la l'seul qu'Lonore vit, et si y'en avait d'aitres a attendre pour yi aillieurs..... tant piethe pour yeux!

Quant a Piteur, jé n'pumes pon faithe Angliais ni Francais de ch'qu'il avait veu. Il 'tait caud-d'béthe j'vos ai dit, et ben qui prétent qu'nouffet-d'ja! y n'sut pon nos dithe combin d'brins d'persi il avait veu a battre la strade. Y faisait eunne fret d'tchan, qui dit, et il entri béthe eunne tasse de coco dans eunne auberge ou-ès qu'y'avait un moussieu ov tchi y s'mint a d'visé sus l'haut prix du tcherbon et d'la peine qu'y'avait a mathié ses filles coumme nou voudrait. Y dounni en avis a Piteur dé s'proumné ov sa fille sus l'Esplianade, endret les "stores" des marchands d'patates et d'guano.... les seules gens, qui dit, qui gagnent des sous en Jerri ach't'heu.

Tout chu d'vis la, Piteur, je n'y ajouote pon grand foué! que j'dis. D'pis l'temps que j'le sermounne, que j'le r'primande, que j'lis dounne de bouons avis, il éthait deu s'amendé; esch-pon? Mais j'ai bieau lis pâslé du matin au sé, et souvent ben avant dans la niét, j'cré pus-a-co qui n'fait qu'd'empiéthi.

Mais pour en fini. J'cré qu'tchiq'un nos a joué eunne trique! Ch'tait pour se fichi d'nous qu'ches valentines fudrent èscrites par la mème persounne; et toute not' couorrie, nos habits trempées, et la pièche d'èstchu a Lonore - car, coumme y fallait s'y'attendre, chu ouèdre du Brezi n's'est pon montré - n'a servi a rin du tout. Tchiq'un s'est motchi d'nous! S'motchi d'ma Lonore! Pour savé tchès qui nos a joué chutte salle trique la, j'doun'nais... j'doun'nais... ma miyeu bonnet!

Laizé Pain

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises