Les Pages Jèrriaises

La Bouonne Nouvelle s'lon Mar, Chapitre 6

Vèrsets 1-22

Et i' s'en fut et vînt à san pays et ses discipl'yes acanté li. Et au Sabbat, i' s'êcantit à ensîngni au sŷnnagogue et bein des gens fûdrent êmèrvilyis en l'ouïyant et dîdrent, "Dé iou qu'il a tout chennechîn? Et tchi sagesse qu'il a r'chu pouor pouver graie dé tchi si mangnifique? Ch't'î-chîn n'est-i' pon chu tchèrpentchi, fis Mathie, fréthe Jacques et Joses et Judâs et Simon? Et ses soeurs né sont-i' pon ichîn parmi nous?" Et i' 'taient morfondus.

Et Jésû lus dit, "Nul n'est prophète dans san pays, parmi ses couôthîns, et siez li." Et i' n'griyit pon d'grand travas là-bas, sénon qu'i' dgéthit tchiques estropiés en m'ttant les mains sus. Et i' fut êmèrvilyi viyant lus mêfianche. Et il allait et r'allait par les villages et ensîngnait, et i' rassemblyit la douzaine et i' l's envyit en pathes et i' lus baillit du pouvé sus les mauvais esprits et i' les c'mandit dé n'rein patchi pouor lé c'mîn, sénon un bâton - sans pouque, sans pain, sans pouch'tée d'sou - en s'caûchant d'sandales mais sans mett' deux câsaques. Et i' lus dit, "Quand ous entrez dans eune maîson, restez là d'en par l'temps qu'ou tchitt'tez, et quand ou tchitt'tez d'siez les cheins tchi n'vos f'thont pon la beinv'nue ni n'vos êcout'tont, craînch'-ous du ponsi d'vos pids à seule fîn d'les lichonner. Véthe, j'vos dis: à la jug'gie ché s'sa mus pouor Sodôme et Gomôrre qué pouor chutte ville-là!"

Et i' lus en fûdrent en prêchant à seule fîn qu'les gens r'pentîssent, et en cachant un amas d'mauvais esprits et en onguennant un tas d'malades et en les dgéthissant.

Et l'Rouai Hérode en ouït pâler (car nou-s'en avait côn-r'pété), et i' dit, "Jean l'Bâptîseux a 'té souôl'vé des morts, et il en a don du grand scîn."

D'aut's dîthaient, "Ch'est Élie." Et d'aut's dîthaient, "Ch'est un prophète, ou iun tch'a 'té env'yé par les prophètes."

Et quand Hérode ouït chenna, i' dit, "L'chein dé tchi j'copis la tête, ch'est bein Jean tch'a 'té souôl'vé des morts."

Ch'est en tchi Hérode, li, avait env'yé ses soudards à seule fîn d'blioutchi Jean, et l'avait emprisonné, pa'ce qu'il avait êpousé Hérodias, la bouonnefemme à Ph'lippe san fréthe. Jean avait dit à Hérode, "Ch'est contre la louai d'prendre la bouonnefemme à tan fréthe." Et Hérodias avait 'té si mârrie contre li qu'oulle avait voulu l'tuer mais ou n'avait pon peu l'faithe car Hérode avait peux d'Jean, sachant qu'i' 'tait un bouon et saint houmme, et 'tait à l'seurvilyi car i' l'ouïyait prêchi dé tchi tchi l'pozzlait, mais i' l'êcoutait d'bouôn tchoeu tout coumme.

Et né v'là un bieau jour, et Hérode 'tait pouor fêter s'n annivèrsaithe auve un dînner d'campangnie auve ses grands hoummes, et ses chent'nièrs et les grôsses têtes dé Galilée.

 

Vèrsets 22-25

La fil'ye à Hérodias entrit et dansit. V'là tchi fit du pliaîsi à Hérode et ès cheins tchi dînnaient auve li, et l'rouai dit à la hardelle, "D'mande autcheune chose qué tu veurs et j'm'en vais t'lé bailli." Et i' lî juthit, "Chein qu'tu mé d'mand'das, jé t'lé bâdrai - qu'ché sait-i' même la maîntchi d'man rouoyaume." Ou l'tchittit et dit à sa méthe, "Tch'est don qué j'dai d'mander?" et ou dit, "La tête à Jean l'bâptîseux." Et ou couothit au rouai et d'mandit, "J'veurs qu'tu m'donne, achteu et chenna sus eune assiette, la tête à Jean l'bâptîseux."
 

Vèrset 26

Et l'rouai fut hardi tristre, mais i' n'voulait pon la r'nonchi, viyant ses sèrments et les cheins tchi 'taient à tabl'ye acanté li.
 

Vèrsets 27-56

Et dêliêment l'rouai avait env'yé un soudard, l'ayant c'mandé d'li'apporter sa tête. Et i' s'en 'tait 'té à la prison et li'en avait copé la tête. Épis il avait apporté la tête sus eune assiette et l'avait baillit à la hardelle, et la hardelle l'avait r'bailli à sa méthe. Et quand ses discipl'yes en avaient ouï la nouvelle, i' 'taient v'nus prendre san corps et l'avaient èntèrré.

L's apôtres lus r'assemblyîdrent auve Jésu, et i' lî racontîdrent tout chein qu'il' avaient grée et ensîngni. Et i' lus dit, "V'nez touos à eune carre paîsibl'ye et r'pôs'-ous un brîn." Y'en avait un tas dg'ieux tchi v'naient et r'allaient, et i' n'avaient pon même un moment pouor mangi. Et i' lus en fûdrent dans un baté, à lus touos seuls, à eune carre paîsibl'ye. Et l'amas d'monde les vîdrent parti, et hardi dg'ieux les r'connûdrent et i' couothîdrent là-bas par la tèrre dé d'dans toutes les villes et arrivîdrent d'vant ieux et lus rassemblyîdrent l'avant à li.

Quand Jésû vînt, i' vit un amas d'monde et en eut pitchi, car i' 'taient des brébis sans gardeux, et i' s'êcantit à lus ensîngni un tas d'tchi.

L'heuthe allait sus l'tard, et ses discipl'yes vîndrent lî dithe, "Ch'est un d'sèrt qué chennechîn et il est tard. Lâque-les lus en aller à seule fîn qu'i' piêssent lus dêhaler dans les clios et villages du vaîthinné pouor acater du pain, viyant qu'i' n'ont rein à mangi."

Et i' lus rêponnit, "Bailliz-lus à mangi!"

Et i' lî dîdrent, "Si j'nos'n'allons, j'pouôrrons-t-i' acater à deux chent sous d'pain pouor lus en bailli?"

Et i' lus dit, "Combein qu'ous avez d'pains? Allez vaie!" Et i' lus en fûdrent démander épis rêponnîdrent, "Y'en a chînq, épis deux paîssons étout."

Et i' c'mandit qu'touos lus assiévîssent en dgaîngues sus la bliête, et i' lus assiévîdrent par chents et par chînquantaines. Et i' prînt les chîn pains et les deux paîssons et r'gardit l'ciel, et bénit les pains et les chârit en en baillant ès disciply'es à seule fîn qu'i' piêssent sèrvi l'monde. Et i' spartit les paîssons entre lé monde, et il' en mangîdrent et fûdrent rassâsiés.

Et nou-s'en ramâssit douze pann'lées d'miettes dé pain et d'paîsson, et y'en avait dans les chîn mille gens à mangi l'pain.

Et dêliêment i' c'mandit ses discipl'yes d'lus embèrtchi dans l'baté et d'nagi à l'aut' bord, à Bethsaîda, jusqu'à ch'qu'i' pûsse lâtchi les gens lus en aller. Et i' les tchittit et s'en fut dans les montangnes pouor d'la priéthe. Et quand vînt l'sé, lé baté 'tait au mitan d'la mé, et i' 'tait à san tout seu sus la tèrre. Et quand i' vit qu'il' avaient du train à nagi viyant qu'i' y'avait un vent d'but d'vièrs la quatrième heuthe d'la niet, i' vînt à ieux en marchant sus la mé et 'tait pouor les pâsser d'un bord.

Quand i' l'vîdrent à marchi sus la mé, i' criyaient ieux qu'ch'tait eune êmânue et briyîdrent. I' l'avaient touos veu, ieux, et i' 'taient gênés. D'un co i' lus pâlit et dit, "Séyiz tchoeuthus! Ch'est bein mé. N'ayiz pon d'peux!" Et i' s'appréchit du baté et vînt à ieux, et l'vent s'baîssit, et i' 'taient ieux divèrsément êmèrvilyis et bein morfondus. I' n'avaient rein comprîns pouor l'pain; ch'est en tchi i' 'taient têtouongnes.

Ayant crouaîsi la mé, il' arrivîdrent dans la contré d'Gennesaret, et y'amathîdrent lé baté. Et quand il' avaient dêbèrtchi, nou l'èrconnut d'siette et parcouothit toute chutte contrée là-l'tou, et nou s'en d'mentait d'tchithier les malades sus lus tchaîthièrs iou qu'nou ouïyait qu'i' s'trouvait, et iou qu'il allait, ès villages, ès villes, ès clios, ès marchièrs, n'en v'là-t-i' pon qu'il' êtrav'laient d's estropiés, et lî pliaidgaient qu'i' touchîssent au mains raîque l'ouôlet dé s'n habit, et touos les cheins tchi l'touchîdrent, fûdrent dgéthis.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises