Les Pages Jèrriaises

L'Influenza

Moussieu l'docteu', dites-mé, jé vos en prie
Tch'èqu' ch'est qué chutte nouvelle maladie
Dé tchi tout l'monde a tant dé peux?
Nou dit qu'au nez y'l's ont la roupie
Qu'y'l' esternuent les jours et les nyits
Et qué v'là tchi les fait hôrriblyièment nerveux!
Y veinne bein ennyiès
Dé mouôchi lus nèz
Pûs souvent qu'y n'faûdrait lé faire -
Bon! tchi faîchent dès empliettes
Y'ià des mouôchèts d'pouchette
A vendre à bouan marchi dans la rue d'Drière!
Cherchir-ous lé pus habile
Des docteurs dé la Ville
Si ou z'êtes enrouès ou enchiffrénèz?
Du bouan syrop dé colimachon,
Dé navet, dé cârotte, ou d'aut' faishon
Vos cliergira lé gôsi, - si ou l'èsprouvez!
Y'ien a tchi disent
Qué ch'nest pas bêtise
Dé supper deux d'goîuts dé tchiq'chose lé matin;
Et chès' la par crainte
Dé happer la complainte
Bévent du qu'menchment du jour jusqu'à sa fin!
Mais les teetôt'leurs
Et les Goudde Templeurs
Disent qué lé contenu du pot à thaie
Est autrément millyieu
Qu'aûtchunn' litcheu'
Quand maîme ou né s'rait qu'à tren' trais dégrès!
Pour mé, jé n'sais pon occuo
Si un tâs dé litcheu ou syrop
Pour chu mâ là est un bouan r'miède;
Ché n'est pon bouanne affaire
Qué d's mettre trop à bère
Quand, dans aûtchun temps, l'estoûma' est viède!
Pour dé mé, jé sais bein tout coumme
Qué, quand j'ai du fraid, qu'un stiffeur dé rhum
Bein mêlè ov du jaune chucre, ou ov du mi,
Et lé sausepeinn' mins sûs l'feu tout près dé bouôllyi
Vos cache... bon... bon... hélas! Et... et... tchum!
Tch'est don qui m'tchin? vite, vite du rhum,
Pot à thaie,
Tren' trais dégrès,
Syrop... mouôchet d'pouchette,
M'y v'là happè... ménn' affaire est faite!
Roupie au nèz...
Dites... mais ou m'exchus'rèz
Jé n'peux pon vos en dire pus long ânnièt,
Jé... jé... tremble... jé m'en vais mé couler au lièt!

JP

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises