Les Pages Jèrriaises

Charles Picot - "C. du Mont"

20/9/1840 - 9/5/1921

Charles Picot Lé Révérend Charles Picot fut né au Bouôlé dans La Trinneté l'vîngt d'Septembre 1840. San péthe 'tait Charles Picot, fis Charles, et sa méthe 'tait Souky Nancy Mathet, fil'ye dé Jean Mathet et Ann Lé Tchêne.

I' c'menchit san travas coumme maît' dé Français à l'êcole dé Saint Matchi au Dou dé D'mi. Lé 17 dé Mar 1859 i' s'mathyit auve Adelaide Lé Gros. Lus preunmié êfant, Charles Nelson, mouothit à l'âge dé trais mais, mais eune fil'ye, Adelaide Carlotta Anna Alberta, fut née au mais d'Dézembre 1870.

Pouor la fîn d'1878, Charles Picot fit eune d'mande à l'êvêque dé Ouînchêtre pouor dév'nîn minnistre. I' d'vînt dgiâcre lé 21 d 'Juîn 1881 et auprès un an i' fut ordonné comme prêtre à l'églyise dé Saint Nic'lesse à Dgédéfort et fut appouinté coumme tchuthé dans la Pâraisse dé Saint Louothains, où'est qu'lé Recteu allait sus l'âge.

Charles Picot c'menchit à êcrithe des histouaithes pouor l'Almonnas d'la Chronique (s'lon sa nécrologie ses noms d'plieunme 'taient "C. du Mont" et "Le Tchan du Bouley" - j'avons raîson à craithe qu' "Carolus P", ch'est li étout). I' faîthait sèrvi un Jèrriais d'l'Êst - nou dîthait quâsiment du Faldouais, auve des z - et m'ttait bein des mots tchi n'taient pon faits sèrvi dans l'Vouêt, et né v'là pouortchi qu'nou trouve dans ses r'cits des patholes qué nou n'trouve pon dans l'Dictionnaire Jersiais-Français, ou bein l'Révérend Picot aimait hardi faithe sèrvi des rares mots.

Épis, Charles Picot fut appouainté coumme tchuthé en Dgèrnésy dans la Pâraisse dé Saint Pièrre du Bouais. Quand sa fil'ye mouothit à l'âge dé 19 ans en 1889, l'auteu Dgèrnésiais Denys Corbet êcrivit eune élégie. L'Révérend Picot prêchit l'sèrmon à l'entèrrement du Douoyen d'Dgèrnésy en 1892, et bétôt auprès èrvînt en Jèrri où'est qu'i' d'vînt minnistre à la Preunmié Tou.

En 1902 l'Révérend Picot d'vînt minnistre à l'hôpita et à la prison. I' d'vînt étout tchuthé à l'églyise dé Toussaint. Lé 7 dé Mar 1915, i' m'nit l'entèrrement d'sa femme. En 1920 i' s'èrtithit d'la prison et d'l'hôpita.

I' mouothit l'neu d'Mai 1921 siez li à 19 Simon Place, Saint Hélyi. I' fut entèrré à La Trinneté.

Gaï Faxe 1895
La Biânche Damme 1886
La Ch'valelie et le Ch'va à biânche tête 1907
La Damme du Vivié (La Danme du Vivi) 1908
La Faîzezie d'nièr-beurre 1890
La Fille ès daeûx galants 1913
La Galopinade de not' vaîzin! 1885
La Maîson troubllièe 1892
La Méze et sa fille 1906
La Sèrvelle de la St. Jean 1889
Le Bélângi 1911
Le Sabat des Chorchièr' 1891
Les Cris des Vièr' Mannièr' 1909
Les Fraoûdeur' 1905
Les Jannes filles d'â-ch't'heu! 1913
Les Soudar' à Cotiyon 1914
Unne Bordèe d'chasse 1903
Unne aoûte Bordèe d'chasse 1904
Unne êlection du temps pâssè 1910


Eune pièche "Deusse-Trais mots ès jannes filles de Jêrri", sinnée "Charlot" et publiée dans l'Almonnas d'la Chronique pouor 1878, semb'lye êt' d'sa plieunme étout - et ch'est à craithe qu'il avait êcrit les pièches sinnées "Jean du Valon" car il' ont la même manniéthe d'êcrithe.

Les Cris des Tombelènes, eune histouaithe en Français auve d'la convèrsâtion en Jèrriais, sinnée Carolus P., fut publiée dans l'Almonnas d'la Chronique pouor 1881. Ch'est probabliément dé Charles Picot.

 

 

Les Pages Jèrriaises