Les Pages Jèrriaises

La Galopinade de not' Vaîzin

A L'ÉDITEUR DE L'ALMANACH DE LA CHRONIQUE.

MONSIEUR L'ÉDITEUR, - Il y a quelque temps, en fouillant dans les vieilles paperasses de défunt mon père, j'ai trouvé entre autres la pièce suivante, écrite dans notre bon vieux patois jersiais : je vous la transmets. Si vous croyez qu'elle vaille la peine de figurer dans votre intéressant annuaire, et qu'elle puisse tant soit peu captiver l'attention de vos nombreux lecteurs, je vous prie de l'insérer ; sinon, jete-la au feu, et n'en parlons plus : ce sera une pièce manquée, voilà tout.
Je ferai remarquer une fois pour toutes aux lecteurs, que je raconte, - je n'invente pas.

Ayant lu la pièce attentivement, (avec beaucoup d'efforts, soit dit en passant,) j'ai cru devoir la diviser en trois parties : 1° Avant l'aventure ; 2° L'aventure ; 3° Après l'aventure. Et lui donner pour titre :

La Galopinade de not' Vaîzin !

___________

1° AVANT L'AVENTURE.

Not' vaîzin de tchi j'pâle je n'le noumezai pas il est bein connu par ilo, est l'pus faîrre ivrouogne que la tèrre pièsse porté. I' n'fait pas pus d'ses daeûx djézêts que d'ses daeûx pattes : i' n'pense pon à aoûte chôse qu'à faize un entonnaeûx d'sa goule d'pis l'matin jusqu'au sé, et lésse sa pouôre famme et ses pouôrs avèrs à enhanné et à gémi, tandi qu'li est au cabazet à avalé san bein ! Tout est en r'nônchâcion sièz li : il a unne jiment, la pouore quédolle, n-ou lî conteté touos l's-os, v'là tch'a la hezèque du dos coume un râzeu, sans menti ! I' y-a ses bêtes-à-cornes, qui n'ont que l'tchèrpent. I' craoûlent sus lus gambes quand n-ou les mènent au cllos, là où i' n'y-a pas pus qu'dans la main à brinoté. Aussin illes en bâlent du lait ! Le beurre tch'est fait d'la crèmme de chu lait-là ne donne pon la bile par être tro grâciaeûx ! - Et pis, il y r-a les bêtes-à-saie dans lus mues tchi r'lièzent la gâzètte d'pis Lundi matin jusqu'au Dînmanche au sé. Sa famme, la malhaeûzaeûze criatuze ! tchi n'a pon pus d'forche qu'un bibèt ! n-ou vait si bein qu'ou' souffre. - Mais janmais n'se plliaînt. Si v'là tchi continue, il en s'sa bétôt dêbâtè, ch'est bein saeûx ! Et ses pouôrs p'tits avèrs, touos en g'nilles et nueûs pids, et quâsi rein à mangi. Tchi tristrèsse, mon doux ! mon doux !

INFÉRNALLE BOUESSON !

Ah ! vaîzin, vaîzin ! n-ou-z-est amaoûrtou d'tan coumèrce, n-ou-z-en a honte, ma fé. Tu tcheur à fièrres engambèes à ta ruinne, va ! Et pis oprès, tch'est qu'tu f'ssâs, té et ta couès ?

IVROUOGNE QUE TU-ES !

Comme vous le voyez, Mons. l'Editeur, mon bonhomme de père d'était pas amateur de la bouteille ; non qu'il fût “tie-tôt'leur,” loin de là ; mais il était partisan déclaré de la modération en toutes choses. “La litcheu,” disait-il, “est bouonne à sa pièche ; le chein tch'en prend pour se gâté est unne fichue bête, là !”

Toutefois, comme il n'est point de règle sans exception, je dirai que le bonhomme, aux jours d'élections, ou d'assemblées de paroisse, où l'on avait eu à discuter vivement le mérite des candidts, ou à soutenir ou à opposer, selon le cas, quelques mesures, il fallait bien, disait-il, se rafraîchir le gosier, qui était sec comme du “tondre.” En revenant à la maison, les jambes étaient bien un peu faibles quelquefois ; mais jamais le bonhomme n'était “gâtè.” Oh non, vraiment ! - Mais procédons à la deuxième partie de l'histoire, à

2°; L'AVENTURE.

Ch'est not' vaîzin tch'en eut i'unne, unne avantuze la s'mainne passèe, Mêcrédi au sé. - I' v'nait d'pâssé sa sézèe à ivrouogni oprès l'Egllîse ov' d'aoûtres itès coume li. Chutte bordèe-là, il avait goudalè tant, tchi n'avait pus un liar' dans sa paoûte. Il en avait prins unne tèlle guédochie tchi n'counnaîssait pus fache d'houme ni d'annima. Mais, av-ous veu la rûze de notre ôti ? Quand il est bein lêtè, il a ocouo bein l'avie de n'allé dans les qu'mins que du meins tchi peut. I' sait tchi fait ma, ou l'viyiz bein. I' cope à travèr les cllos pour ergângni sa tâniéze, coume la brute tch'il est.

Quoé que s'siyons dans l'haoût d'l'êtè, i' faîzait bein bas Mêcrédi la nièt, i' pazaît. Et pis ch'tait êpaîsse de lunne, et i'tchiyait d'la brousse à vèrse, et n-ou-z ézait copè la biâze au couté, n-ou n'viyait pon la main d'vant sé. Mais notre ôti s'en bote : i' counaît le qu'min coume dans san lièt, et i' n'se fiche pas mal du restant. I' s'en r'venait dôn briyant coume un êragi, la chânson que l's'ivrouognes aiment si bein :

I' nos faoût d'bouon' biéze
A béze, à béze, à béze !
I' nos faoût d'bouon' biéze ;
Allèz bein vite en tréze !
Et du bouân vin biân,
Et biân, et biân, et biân,
Et du bouân vin biân.
Tout piain d'êpices dedans.
Ha, ha, ha !
La, la, la !”

Not' mule d'ivrouogne briyait don à goule dêmachonnèe, en tchiyant ichin et là à quates pattes ; mais i' pouvait ocouo bein, à forche d'grapiné, se r'mèttre sus ses pids. Oprès tch'il eut travèrsè un prè là-bas, i' vint au fôssé du cllos au couôsin Phlippe. I' chèrfouolyi unne bouonne pôse pour la brèque, mais comme i'n'y viyait lèrme, i' n'put janmais la trouvé – la brèque. Mais têtouogne coume touos l's'ivrouognes, i' ne r'tchulit pas tout d'maînme : i' grimpe amont l'fossè tout drait d'vant li, le travèr des ronches et du gean. I' mèt ses hardes en brédelles, mais i' s'en fiche bein, li ! I' n'en heurle pas meins le r'fraîn d'sa chânson, Ha, ha, ha ! et parveint à la fin à grimpé jusqu'au haoût du fossè. Tout fi d'avai si bein erpazé d'sa b'souogne, i' heurle ocouo pus haoût Ha, ha, ha !... Finissant par La, la, la! i' saoûte à bas d'l'aoûte bord dans l'cllos............. Mais en tchiyant i' fit l'pus ênorme brait ! un brait âfraeûx, êfriyablle ! Et dans l'maînme moment, un' aoûte ênorme brait, ocouo pus fort, ocouo pus êfriyablle, rêponds au sien ! Et d'vant qu'notre ivrouogne eusse ieu l'temps de dize daeûx fais iunne est daeûx, i' s'sent emportè coume unne fumèe, sans savé où est tchi va !................................

I' s'aperchu bein tch'il 'tait êtchèrfochi sus l'dos d'tchique bête, néze coume de la sie ; car i' n'pouvait pon la veis en tout. Ch'est là qu'la paeûx l'prins : i' d'puzait d'sueu, et ses g'vaeûx se mâtîdrent si drait, tch'il en perdit bein vite sa castchètte. Et pis, i' faîzait des heurles, mes bouonnes gens ! que n-ou l'ézait ouï, sans menti, au p'tit fîn meins, d'un bouân couplle d'milles. I' heurlait : “Au s'cour, au s'cour ! le d'jâblle m'emporte ! J'vos en prie, saoûvez-mé ! Ah véze ! i' m'emporte en anfé ! Au s'cour, au s'cour !” - Mais à unne tèlle heuze de la nièt, tch'est qu'allait v'nin à san s'cour ? I' n'y-avait corp-d'âme par les qu'mins. Aussin, il eut biaoû braize, personne ne vint, et la bête galopait, galopait, en as-tu en veur-tu, coume unne êratèe. Et l'aoûtre tchi s'agripait sus san dos, coume un marmoûzèt sur l'dos d'unne trie ! Ch'tait dôn galope et galope, sans triève ni mèrcie. Les daeûx objets : iun portant l'aoûtre, continuaient dôn à braize touos les daeûx coume de-z-êragis. Chein tch'êpouvantit l'pus not' vaîzin, ch'est quand la bête eut fait un bond, et qu'oulle l'fit drissê sus san co, i' trouvi souos ses griffes daeûx ênormes cônes. Chutte fais-lo, i' n'en d'mandit pas d'aoûtre, i' r'quémenchit coume de pus belle à heurlé : “Au s'cour ! au s'cour ! le d'jâblle m'emporte. Ah! v'nèz vite, j'vos en prie ! au s'cour ! au s'cour !”

Enfin, coume n-ou dit en ses tèrmes, i' y-a un but à tout. Oprès avai bein j'vaoûchi et galopè, la bête tch'était sans doute – et n-ou peut bein l'pensé – bein lâssèe d'porté un' tè fardé, voulit s'en dêbarassé. Don, v'nue à unne cârre du cllos – p't-être pour la chinquantième fais – ou fait un saoût, ou s'mâte sus ses d'jézêts d'driéze, et en r'tchiyant tchièt sus ses g'nors, et vos êlingue notre houme par sus la banque ! Là ! ramâsse-té !

.........................................................................................................................................

3° APRÈS L'AVENTURE.

L'ivrouogne avait preumiézement tchêt sus l'haoût du fôssè, et pis avait erbôndi et s'en 'tait allè boulant avaoût la banque dans la route, et tchit tout san long dans l'canné, à maintchi mort, et l'co quâsi dêslotchi par la sécousse, et l's'os tout êcrazès. I' n'a janmais peu dize combein d'temps tchi fut là êtrav'lè.

Tout d'maînme, oprès y-avait unne volèe, i' parvint à s'dêpiaoûtchi, et à se r'buté. Mais i' n'savait pus où-est tch'il 'tait. I' s'mînt à marchi coume un fo pour ertrouvé san qu'min. A la fin – pus par chance que par bein joué, ch'est saeûx – i' s'ertrouvi oprès d'sa bijuque. Il 'tait dêjà biaoû jour.
Notre houme êprouve l'hus il 'tait dêclianquetè. Vite, i' l'ouvre et entre ; i' travèrse l'allèe, et grimpe à quates pattes amont les d'grès et s'en va coume unne balle se nichi au lièt. - Oui, ma fé ! dans l'êtat tch'il 'tait ! I' d'gouttait coume un' anneton ; couèrt de bos du haoût en bas, et atou ses bottes à fièrs et à piatènnes, et à siez rangs d'cliou, il alli s'cliuté souos les courtuzes ! I' faoût d'mandé si les lincheur' fuzent douozès !
A ch't'heu, sa pouôre mînzézablle famme tch'était dêjà l'vèe et assise à pouêssi unne caoûche pour se-n-ivrouogne li-maînme, ouit bein tchique foussenotetie dans les d'grès : ou creu que ch'tait l'tchan tch'avait montè à haoût. Malgrè sa mînzéze, ch'est unne famme bein propre, - la femme de not' vaîzin : ou n'alloue ni cats ni tchans d'allé à haoût dans les chambres-à-lièt. Ou se l'vit dôn bein vite, ou prînt le g'nêts dans la coniége, et monti à haoût, en criant : Attend', man baloque, tu t'en vas d'scendre pus dêlièment qu'tu n'as montè, va ! - Quand ou fut v'nue au haoût du d'grè, ou s'arretit un p'tit brin pour erprendre san vent. Mais tch'est qu'ou oué ? Ch'est coume le brit d'un moulin-cônelle. (Ch'tait not' achocre tchi grénotait ch'tait ses mâchouézes tchi jouait si bein !) - Tch'est qu'il est à biâtchi-là, dôn, chu tchan ? se fit-alle. En maînme temps oulle entre dans la chambre-à-lièt. La premié chôse qu'oulle apercheu, ch'est l'mûzé de s'n'ivrouogne de mâle tch'était bein catinè dans les lincheur', des lincheur' qu'oulle avait mins touos fiâmbants nêts l'jour de d'avant ! - Ou' savèz, oulle en resti qu'ou n's-avait pon s'oulle entrezait ou s'ou r'tchulelait, du coup qu'chonna lî bâillit dans l'estouma !...

Eh bein ! le crézait-n-on ? chutte minzézable criatuze, tchi n'a que l'tchèrpent, tchi n'a qu'l'herbi ; tchi d'ordinaize n'a pon pus d'forche qu'unne puche ; quand ou vit la scênne, fut prinse d'unne tèlle fuzie qu'ou r'trouvi des nèrs. Atou san g'nêts ou s'en fut oprès l'lièt, et c'menche à tour de bras à quétilli sus san moussieu d'ivrouogne coume sus paîlle. Ch'tait quétille et quétille en as-tu en veur-tu. Notre ôti, tch'avait l'zièrs frumès n'l'avait pas veûe appréchi, - ch'tait li tchi fut surprîns. Ah ! s'lî fît-alle, ivrouogne, salope, bruta qu'ou-z-êtes ! ou faites vot' nièt à ivrouogni, et pis quand il est jour ou vos v'nèz tout habilli vos fouorré dans mes lincheur' ! Lev-ous hors de là ! - Ch'tait li tchi heurlait, ou pouvèz l'craize. I' criait : Mallé, Mallé ! j't'en prie êcoute-mé ! Mais pus i' briyait, pus ou capuchait ! Mallé n'voulait pon êcouté. Ou fît tant et si bein qu'oulle l'fît dêcampé hors du lièt oprès qu'oulle l'eut fanmaeûsement bein quétilli. Ou vos li-ên baîllit tant, tandi qu'oulle le t'nait tchi s'en souveindra pus d'un jour, j'vos garântie. Il en est ocouo tout maeûzi.

Et v'là chein qu'il eut pour sa painne ! Et ou fît diâtrement bein, criy-ous pon ?

….....................................................................................................................................

Oprès tch'il l'eut bein supllîmentèe ou' voulit bein clliatchi le g'nêts bas sus l'piânchée, et êcouté chein tch'il avait à dize pour sén-n-èstchûze. I' racôntit don à sa Mallé coument il avait 'tè êfritè en s'en r'venant sièz li, et coument il avait ieu unne hôriblle course malgrè li, êtchèrfochi à j'va sur l'dos au vièr Nique, tchi l'avait emportè comme le vent, unne distance êfriyablle ; tch'il 'tait bein saeûx et certain que lyi, sa pouôre chiéze Mallé, et ses pouôrs petits avèrs, ni personne d'aoûtres, ne l'ézaient r'veu, si n'avait pon, par un grand bonheu, pensè à la fin à criié au Bouân Dji de lî v'nin en aîde. Ch'est chein tchi fît, - il assaeûzi à sa famme que ch'tait la vézitè, - et que dans l'maînme moment le Djâblle l'êlîndjit par sus sa tête et ch'es z-ênormes cônes tchi t'nait agripèes à ses mains. - Dépis sa bordèe, n'ou n'peut li-ôté l'idèe qu'ses hardes ont unne oudeu infectèe d'soufre, et qu'ch'est chein tchi fait qu'il êternue tréjous d'maînme. Quand n-ou lî dit qu'ch'est un maoûvais fraid tchi prins chutte nièt-là, i' vos rêpond, tout mâri, tchi sait bein mus, li !

….....................................................................................................................................

L'histouéze que j'veins d'êcrize est la puze vézité : ch'est l'houme et la famme – lûs daeûx – tchi m'l'ont racontèe. Not' vaîzin, endrait mé, a r'mèrciè sa famme pour la bouonne dêgraîssaeûze qu'oulle lî baîllit, et lî juzi tchi ne r'bézait pus : tch'il 'tait, chutte bouonne fais-là, djézi de s'n'ivrouonenie. - N-ou vèrra bein, vaîzin, s'tu tcheindras ta pazole ! - Et pis i' dit ettou tchi n'veur pus avai affaize au vièr Nique, tchi lî fît unne si mortèlle paeûx !

Sa famme et li sont à ch't'heu milieurs z-anmins t'chi n'aient janmais 'tè d'pis l'jour de lus neuches. Pièssent-i' y resté !

….....................................................................................................................................

UN MOT D'ECSPLLICÂCION.

Le d'jâblle tch'emporti si bein not' vaîzin, ch'tait l'bśu du couôsin Phlippe, tch'il avait laîssi à la tèrrèe chutte nièt-là. Le pouôr annima galopit tant d'feis à l'entou d'chu cllos atou sa chèrge que ch'tait, sans menti, coume unne aize de grange. Et l'pouôr bśu, li, est tout êhantchi : Phlippe, san maître, dit tchi ne r'féza pus grôsse boutique ; car i' crait, à l'vais marchi, tch'il a la hézèque du dos avâzièe. Ch'n'est pon étounant, vraînment.

Et v'là chein qu'l'înfèrnalle bouésson peut faize. Le chein tchi s'mèt à baize c'menche par le p'tit et finit par s'y-habitué et d'veint à la fin un faîrre ivrouogne. Et pis l's'hôreur' s'en mêlent, et bein souvent la ruinne, hêlâ !

Le chein tchi n'peut s'gouvèrné, tchi n'béve janmais d'litcheu, - ch'est-là l'mus : tchi béve, si-en cas, du café, ou du tée,ou d'l'iaoû shucrèe.

Et i' ne s'sa janmais soûs, ni n'éza janmais l's'hôreur' !
__________

Voilà, Mons. l'Editeur, l'aventure du voisin de feu mon père. Si elle peut procurer, dis-je, quelque plaisir à vos lecteurs jersiais : je veux dire ceux qui comprennent le bon vieux patois de leurs ancêtres, et qui n'ont point honte de le parler, - ce sera la meilleure récompense pour celui qui est toujours

Votre vieil ami,
C. DU MONT...
Nov. 1885.
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises