Les Pages Jèrriaises

La Coronâtion

Ph'lip et Merrienne deshallent


Moussieu l'Editeu,

J'pense bein que j'n'ai pas besoin d'vos dithe que j'fûmes en Ville Mardi, le jour de la Coronâtion.

Lundi au sé, jé n'me trouvais pas trop bein, et j'dis à la Merrienne qu'après tout je f'thaimes p't'être mûs d'resté siez-nous à nos r'pôsé, mais ou s'oppôsie tout-d'suite.

"Ouemment!" ou s'fit, "as-tu perdu la tête? Le grand jour de la Coronâtion, et tu voudrais l'pâssé sûs l'sofa, à fumé ta pipe, sans t'gêné d'la pûs grande occasion qu'notre p'tit Jèrri à jamais veu. Absolûment, Ph'lip, j'éthais honte de té si j'pouvais craithe que ch'tait là vraiement t'n'idée. A qu'menchi, tchèsque nos vaisins dithaient?"

"Je n'sais pas," j'l'y dit, "mais pourtchi s'gèné d'chonna?"

"Ou châtchit la tête." J'm'en vais t'dithe tchèsque y dithaient. Che s'sait que l'bouonhomme Ph'lip qu'menche à s'affaiblyi et tch'il est temps d'l'y nommé un papa."

"Oh!" j'l'y dit, "et bein si ch'est d'même, lé preumyi tch'y f'that chu brit-là couôre étha affaithe à mé. Enfin, puisque tu veur y'allé, j'en f'thons un jour, et fiche du restant. Une fais qu' j'éthai mint les bêtes à la têrrée, j'nos en îthions, et si yunne ou deux des vaques empliyient par avé avalé trop d'trèflye, et crèvent, tant pièthe. Hourra pour la Coronâtion!"

Eh bein, Moussieu, y faut que j'vos diche qu'à la fin du jour j'tais hardi content d'avé tait en ville. Ayant fait mûs sûs mes tchiques viages de patates que je n'm'attendais, j'dis à la Merrienne de téléfôné pour un taxi, et dans les onze heuthes nos v'la hors, la Merrienne habillyie dans sa robe de souaie, et mé dans tout man dîmanche.

Pour ne pas dêpensé trop d'sous la Merrienne fit un patchet d'sandwich et print une poutchie d'ses célèbres merveilles, et mé, sans l'y dithe un mot, j'avais dans ma pouchette deux-d'gouts d'tchiquechose pour me r'lèvé l'tchoeu si j'me trouvait fâillyi d'vant l'sé. Je f'thais aussi bein d'vos dithe qu'oulle tait viède d'vant l'mitan d'l'arlevée. J'ai tréjous trouvé, Moussieu, que l'air de la ville vos donne une tèrriblye sé. Sans doute ch'erst parsque la mé est si près.

J'fûmes ichin et là, et d'un bord et d'l'autre vais les décorâtions et êcouté la belle mûsique de la band tchi tait v'nue d'Angliétêrre, épis, après une tâsse de tais et l'restant des mérveilles j'nos mîmes en piéche pour vais la Cavalcade pâssé. Et s'ou voulez l'craithe, j'la trouvîmes si belle que la Merrienne voulit la vais quatre fais. Ch'tait vraiement magnifique!

Bein seux, Saint-Ou tait r'pésenté, et j'tiomes bein ordgilleux, la bouonnefemme et mé, d'vais chein qu'nos pâraissiens avaient parvenu à faithe pour la grande occâsion. La Merrienne tait en extâse. "R'garde la Percy l'Masuthi," comme ou s;faisait, "Si n'est pas habillyi comme un grand moussieu." Epis, pûs tard, comme la Cavalcade continuait, ch'tait, "Oh, Ph'lip, r'garde don ch't'ênorme bidet; y dait b'sé au mains un tonné. Et r'garde les quatre biancs d'Saint-Martin. Vé-tu Nelson Renouf sûs yun? Eh vé-tu l'Charles Godiaux marchant à san tout-seu en d'vant pour la Trin'té? Vé-tu l'Recteur, et l'fred de Gruchy et l's'autres à jouë à nap? Et vé-tu les deux belles juments à chu moussieu Angliais tch'à accaté la maison des Miss Gallichan aut'fais?"

"Oui," j'l'y dit, quand j'eut une chance, "et vé-tu chein qu'la pâraisse de Grouville à fait pour aidgi?"

"Nânîn," ou dit, "ouèsque-y sont?"

"Y sont siez-yeux," j'l'y dit, la seule pâraisse tchi n'tait pas intérêssie. Sans doute y'avait ocquo des tomates à plianté!"

"J'finîmes le grand jour, Moussieu, sûs la cauchie à vais les fireworks, de tchi que j'n'avons jamais veu pûs bé. Et quand je r'vîmes, ocquo en taxis, j'tiomes p't'être un mio lassés, mais au même j'pouvions dithe que j'avions pâssé un raide bouon jour. Et d'vant nos couochi j'eûmes un p'tit vêrre caud, et j'bûmes à la santé de notre chièthe p'tite Reine.

Ph'lip
Les Chroniques de Jersey 6/6/1953

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises