Les Pages Jèrriaises

La Nouvelle Année

San Antonio, Texas,
U.S.A.

Moussieu l'Redacteu,

Nouos r'véchîn au c'menchement d'eune autre année, et d'vant êcrithe autcheune aut' chose j'm'en vais vouos souhaiter - à vous, ès lecteurs dé vouot' supèrbe gâzette, et à touos m's anmîns en Jèrri et ès cheins tchi sont à l'êtrangi et tchi m'ont fait l'honneu d'liéthe mes lettres - eune raide bouanne année pour mil neu chent septante.

I' s'en vont vite, l's années, et les vièrs anmîns étout. L'êté passé j'allis en condithe huit dans l'chînm'tchiéthe! Quand j'arrivis en Jèrri y'a vîngt-trais ans, y'en avait acouo un tas par les c'mîns, d'mes vièrs anmîns. J'avais chînquante-chînq and mé-même à ch't êpoque-là, mais j'n'avais pon 'couo rêalîsé qué jé m'vieillisais. J'allais vaie des gens auve tchi j'avais 'té à l'êcole, et quand j'tapais à la porte et qu'eune danme mé disait "Est-che lé janne ou l'bouanhomme Mess Tel-et-Tel qu'ou voulez vaie?", j'rêponnais - sans penser pus liain qu'man nez - "Ch'est l'janne, si-vouos-pliaît! pensant qué ch'tati un homme dé m'n âge et mé tchi m'criyais janne! Mais quand l'janne v'nait à la porte et tch'il avait à qu'si san p'pèe, tchi c'menchait à grisi, v'là tchi m'faîsait rêalîser qu'ma jannèche 'tait dêjà eune affaithe du temps passé. Et j'sis r'connaîssant d'êt' acouo du rang des vivants ouaithe qu'appréchant d'la huiptantaine!

Ch'est probabliément à cause dé m'n âge, et d'aver 'té Louothi et Consèrvateur toute ma vie, qué j'n'approuve pon d'un tas d'choses qué j'vai dans la gâzette. J'veins d'en r'chéver deux - les cheinnes des six et treize dé novembre - et la preunmié nouvelle tchi m'frappe est qu'les porteurs dé lettres sont en train dé d'mander pus d'gages, chîn s'maines auprès qu'Jèrri a ieu l'honneu d'êt' pèrmîns d'aver ses propres tîmbres, et qué L's Êtats pathaîssent êt' en faveur dé payi lus membres. et pis l's êcoles privées veulent bein pus d'sou tch'i n'ont 'té accordées par L's Êtats d'en par ichîn. Né v'là chein tchi s'arrive quand nou lus accorde des subventions. I' n'ont pon 'couo apprîns l'vièr diton qué "l'Ambition du gros mouoché fait lé p'tit!" I' c'menchent par d'mander p'tit et finnissent par èrcliâmer qu'ch'est lus drouait et nouot' déver d'lus donner l'gros! I' font exactement la même chose ichîn en améthique et ch'est eune embête pour les politiciens tchi veulent la vouaix Catholique dans l's êlecetions, mais tchi savent bein qu'l'églyise et l'êtat sont s'pathés ichîn, et qué L'Congrès n'peut pon légalement voter des sou pour autcheune réligion! Quant au paiement des membre d's Êtats, jé n'peux pon sénon penser qué l'vièr ordgi Jèrriais d'vouler sèrvi san p'tit pays sans rêcompense est eune affaithe du temps passé étout!

Dans ma lettre du 4 janvyi, 1969, j'disais qu'la tonnelle souos L'Mont d'La Ville es'sait probabliément finnie duthant l'année. Eh bein, j'n'en 'tais pon fort houors d'la vaie, et si j'en vai l'heuthe l'êté tchi veint j'éthai probabliément l'pliaîsi d'cachi man moto souos l'Mont. Mais les changements pour lé mus qu'j'espéthais d'vaie dans la condite des mauvais sujets pathaîssent empiéthi à la pliaiche d'amender. Il est dév'nu nécessaithe, par exempl'ye, dé nommer un Souos-Magistrat pour La P'tite Cour viyant tch'i' sont pus nombreux qu'janmais, et i' pathaît qu'l'Île a bésoin d'eune neuve prison pour rempliaichi la vielle. J'espéthe qué les souô-dîsant réformateurs né s'en vont pon faithe comme en Améthique - bâti eune prison si confortabl'ye qué les malfaiteurs lus y trouvent mus qu'siez ieux! Et j'vai pus d'vol'lie qu'janmais dans la gâzette. Nou sé d'mande même comment tch'i' peut y'aver tant d'voleurs tchi pathaîssent rêussi sans êt' attrapés dans eune pétite Île comme Jèrri!

Eune aut' drôle dé chose est qu'auve les nouvelles méd'cinnes et boulets d'nouos jours, lé grand nombre d'docteurs, la milyeu nouorrituthe, l'êducation hygienique modèrne et les soins d'la direction d'La Santé Publyique, y'a pus d'malades qué janmais et il est considéthé urgent d'agrandi l'hôpita acouo eune fais. Où'es qu'tout chennechîn s'n va nos m'ner? Tant pus qu'nou donne au monde tant pus il' en veulent, et i' s'en va beintôt êt' à la mode d'aller à l'hôpita! Où'est tch'est l'vièr temps qu'les gens avaient peux d'aver à y'aller? Il' avaient mème horreu d'aver à y mouothi!

I' faut enfîn qué j'pense qué tout est pour lé mus et l'amendement d'l'Île, et j'souhaite bouanne santé et bouanne chance à tous dans la nouvelle année. J'espéthe qué l's anciens qu'j'allais vaie à La Maîson St. Marcou l'êté passé - La Tante Vîne, les danmes Boutilyi (nées J'valyi et Maugi respectivement), et Madanme John Malzard - es'sont acouo souôriantes quand j'arrivethai en Jèrri l'êté tchi veint, et j'dév'thions tous r'mèrcier L'Bouan Dgieu pour la Méthe-Supérieure, la soeu Marie-Gabrielle et toutes les bouannes réligieuses tchi sont dévouées à San sèrvice et au sèrvice des anciens sus la tèrre en mème temps. Et j'souhaite eune bouanne saison ès fèrmièrs tchi travâllent si dû pour si p'tit!

George d'La Forge
1970
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises