Les Pages Jèrriaises

Êtes-ous à la mode?

San Antonio, Texas, USA.
Lé 8 dé janvyi, 1977.


Moussieu l'Rédacteu,

La nouvelle année m'a apporté deux gâzettes dé Jèrri, les cheinnes du 4 et du 11 dé novembre, 1976. Comme j'chittis Jèrri pour mé r'vénin en Améthique lé neuf dé dé chu mais-là, les nouvelles dédans né sont pon rêellement des nouvelles, mais les gâzettes n'en sont pon mains les beinv'nues. Quand nou-s-est à l'étrangi, mème l'intitulement "Jersey Evening Post" fait hardi d'pliaisi à vaie!

Les portraits dans la gâzette vouos ramémouaithent la bieauté d'l'Île, et d'vaie les portaits dé pèrsonnes qué nou connait est quâsi comme si nou les rencontrait. Et j'ai r'mèrtchi à ches drein qué nou c'menche à vaie iun ou deux hommes nouvieaux-mathiés tch'ont lus j'veux copés raisonabliément courts. V'la tchi m'fait espéther qué j'allons èrquémenchi à pathaître civilisés. Les modes, comme les temps, changent. Pour tchiques années j'avions adopté l'contraithe des vièrs temps. L's hommes ont gardé lus j'veux longs et les femmes les ont copés courts. Lé temps pâssé, ch'tait l's hommes tchi portaient les braies. Les femmes en m'ttaient étout, bein dentell'lées, souos lus cotillons, et si nou-s-avait la chance d'appèrchéver un mio d'dentelle par hâsard d'un jour venteux, nou-s-en frémissait quâsi! Et pis braies et cotillons d'vîndrent si courts qué nou n'viyait qu' gambes! I' faut admettre qu'en général ch'tait un pliaîsant spectacl'ye et qué ch'tait profitabl'ye pour les maîsons d'conmèrce tchi vendaient des leunettes, car un tas d'hommes lus înmaginnaient tch'il' en avaient bésoin d'neuves!

À ch't heu, les robes ont ralouangnit et les longues braies sont r'vénues à la mode, mais tchi laies braies! I' sont tellement larges dans l'bas tch'i' couvrent souvent la londgieu des souliers, et i' trainent à tèrre et sont souvent êchinmées. Et y'a d's hommes tch'ont adopté chutte laie mode-là étout, même pour lus habits du Dînmanche. La chose èrmèrquabl'ye est qué l'monde pathaîssent craithe qué v'la tchi pathait bein. Je n'peux pon en r'véîn! À m'n idée, i' n'y'a qué les frégatîns tchi pathaîssent bein auve des braies d'même.

Les gens m'dîsent qué j'm'habile à la vielle mode. Il' ont raîson. Ch'est viyant qué j'sis vièr Jèrriais dans l'âme et qué j'mé fiche dé la mode. J'continnue à mettre un fa jusqu'au moment tch'il est ûsé. J'en mets acouo iun qu' j'acatis là auve lé Juge Francis Vibert Le Feuvre, dé mémouaithe respectée, en 1946, et ouaithe qué l'fa a trente ans il est acouo bouan assez pour lé mettre et à aller à l'églyise. Et l'principe dé couoyer est tellement enchéthinné dans ma carcasse qué j'racc'mode acouo mes cauches. I' duthent si longtemps qué les pathes qué j'ai ieu d'données à Noué dans l'couothant d's années ont atchumulé au point qué j'sis seux d'pouver vivre à chent ans sans aver à en acater!

Nou m'a souvent d'mandé comment qu' j'ai fait mes sou. J'n'ai janmais seu comment faithe des sou, mais j'savais bein comment en gângni et pis en sauver et couoyer mes dêpens autant qu' possibl'ye, et ch'est d'mème qué j'ai atchumulé tchiques hèrpins pour êt' îndépendant dans mes vièrs jours. J'sis ordgilleux d'pouver dithe qué j'n'ai janmais d'mandé pour pus d'sou qu' les gages accordés à autchun des maîtres pour tchi j'ai travailli, et j'n'ai janmais consenti à joindre autchun syndicat d'travailleurs. Et j'sis d'avis qué touos les cheins tchi veulent rêellement travailli peuvent trouver du travas s'i' sont prêts à en entréprendre d'autcheune sorte en attendant d'en trouver dans lus vocâtion ou capacité.

Dans la gâzette du 11 dé novembre j'vai qu'eune femme a 'té êlue Vîngtnyi pour la Vîngtaine du Rouoge Bouillon. En prîncipe, j'n'ai rein contre les femmes à prendre part dans l's affaithes dé pâraisse. Mais ch'n'est pon raisonnabl'ye, à m'n idée, dé s'attendre qu'eune femme s'en va pouver combattre les malfaiteurs tchi sont par les c'mîns d'nouos jours, et ch'est seux qué v'la tchi s'en va donner pus d'travas ès hommes dé la Police Honorifique d'aver des femmes parmi ieux, car il' éthont à faithe pus d'travas ieux-mêmes.

J'm'èrsouveins qué quand il' eûdrent la preunmié femme dans L's Êtats nou criyait qué v'la tchi s'en allait boulevèrser tout, mais y'en a deux-s'trais dans La Chambre à ch't heu et v'la tchi n'a pon fait grand' difféthence. Mais ch'est eune aut' affaithe d'aver à env'yer eune femme à arrêter un vacâbond ou un ivrouangne tch'est à m'nichi d'quétilyi ses sembliabl'yes, affolés et ébédés par la bouaisson, dans eune aubèrge!

Enfîn, j'avons vêtchu l'travèrs d'un tas d'changements dans la vie et ch'est à nous, anciens, d'êprouver à nouos accouôteunmer ès changements et nouvelles modes, en espéthant qué ch'est tout pour lé mus et qu' ch'est partie d'nouot' destîn sus chutte tèrre.

George d'la Forge
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises