Les Pages Jèrriaises

L's Habits du temps passé

Trenton, Michigan
U.S.A.

Lé 11 dé juin, 1966.

Eileen Le Sueur Moussieu l'Rédacteu,

Quand j'vais les femmes atout lus robes en d'ssus du g'nou et généralement à maintchi habilyies par les c'mîns ichîn en Améthique, v'la tchi m'fait penser ès changements dépis les vièrs temps quand j'tais mousse y'a septante ans en Jèrri. A m'n idée, les g'nouors né sont pon la partie la pus êlégante du corps humain, et j'mé d'mande pour tch'est qu'les modistes d'nouos jours encouothagent les femmes à les montrer d'même! Et nou vait un tas d'femmes en braies, et a ch't heu qu'les garçons gardent les j'veux longs, nou-s est souvent oblyigis dé r'garder deux fais pour s'asseûther si l'objet qu'nou vait dans la rue est fille ou garçon!

Eune aut' chose tchi m'frappe comme étant laid à vaie est la manièthe qué les jannes filles graient lus j'veux. Dans bein des cas i' n'sont pon graies en tout. I' sont laissis tchaie comme i' veulent sus l's êpaules, et les filles sembl'yent craithe qué ch'est bé quand lus j'veux bouchent un yi et la maintchi d'la fache! I' n'y a pon bein longtemps, i' les m'ttaient en haut d'eune manièthe tchi r'sembl'ye à eune rueûque dé mouque à myi, mais nou n'en vait pon tant d'chutte mode-là à ch't heu. Espéthons qué l'passage du temps s'en va les r'anm'ner à la mode pus raisonnabl'ye du temps passé!

La feunm'thie par les femmes est dév'nue si formidabl'ye tch'i' m'sembl'ye tch'i' feunment pus qué l's hommes, dé nouos jours, ouaithe tch'i' faut avouer tch'i' n'feunment pon autant dans les rues comme j'en ai veu en Angliétèrre et en Jèrri! Chein tchi m'nâvre entouor la feunm'thie, mé, est d'êt' assis à mangi au conteux d'un café ou restaurant, et d'aver du monde d'un côté ou d'l'autre tchiquesfais des deux côtés en même temps à feunmer des cigarettes. Souvent i' les gardent aleunmées entre lus daigts quâsi souos vouot' nez, et i' faut heunmer chutte feunmée-là en mangeant! Ichîn en Améthique, la louai d'à ch't heu forche les marchands d'cigarettes à înmprînmer eune annonce sus châque patchet à dithe qué la feunm'thie peut êt' mauvais pour la santé, mais v'la tchi n'en a pon empêchi la vente il' en vendent pus qu'janmais!

Hélas! Où-est tch'i' sont houors, les bouans vièrs temps ? Lé temps passé eune femme s'habilyait comme eune femme! Des bouans forts souliers en tchui auve des talons respectabl'yes et solides, et des cauches dé laine sus les pids. L'vêtement dé d'ssous à femme, dé tchi nou n'mentionne pon l'nom, est si p'tit qu'nou peut quâsi l'patchi p'tit assez pour lé mett' dans la pouchette dé veste! La raison qu'jé l'sai bein ouaithe qué jé n'sis pon mathié, est qu'nou-s en vait tant sus la ligne les jours dé lavage! L'temps passé il' 'taient faites dé bouan fort coton et d'valaient jusqu'au g'nou ou en d'ssous, et avaient d'la dentelle ou du brodage au bas! Les cotillons les femmes en m'ttaient l'temps passé et les robes trainaient quâsi à terre, et tchiquefais les cotillons avaient eune belle pétite dentelle au bas étout. Quand eune femme pranait eune pouangnie d'robe et d'cotillons au côte, à bein près à hauteu du g'nou, pour les l'ver jusqu'au d'ssus d'la gu'vile du pid pour l's empêchi d'trainer sus l'trottouaithe ou dans la route ou dans l'pité quand i' tchilyait d'la plyie, nou viyait d'la dentelle et du brodage. Man bouanhomme! V'la tchi faisait un homme frémi! Et quand eune femme l'vait robe et cotillons quâsi jusqu'au g'nou pour monter dans la vainne ou dans l'quèrre, nou viyait tant d'dentelle qué ch'tait assez pour faithe un homme s'qvanni, sans pâler d'frémi, car nou peut dithe qué, d'vant la mathier, tout ch'qu'un homme viyait d'sa janne fille tchi n'tait pon couvèrt d'habits ou d'dentelle dans chu temps-là, 'tait sa fache et ses mains! A ch't heu? Nou vait tant d'gambes et d'g'nouors et d'géthéts qu'nou n'y prand pon d'avis!

Dans chu temps-là, les femmes mettaient des cors, lachis raides en drièthe, pour sé rap'tichi la tâlle. Ou' pâlez dé p'tites tâlles! Ch'tait bein aisi pour un homme dé mett' san bras l'tou d'la tâlle de sa janne fille à ch't êpoque-là! Et pis, les femmes fouorraient eune baleine en d'vant et en d'dans du cors pour sé garder draites. Chutte baleine-là 'tait pliate et a bein près un pouce trais-quarts dé laize et dans les tchinze pouces de long. Jé n'sai pon trop bein pour tch'est qué ch'tait appelé eune baleine. I' m'sembl'ye qué Papa, tch'avait navidgi hardi, m'dit quand j'tais mousse qué les preunmièthes faites sèrvi en Jèrri 'taient des dents d'baleines rapportées par les naviguants au large, mais y'a si longtemps d'ch'la qu'ch'est p't êt' tchiquechose qué j'ai rêvé!

Et les chapieaux des femmes valaient la peine dé vaie, dans l'temps jadis! Il' 'taient grands, et souvent couverts dé fleurs et d'plieunmes et d'ouaisieaux, et y'avait tréjous eune bouanne touaison dé j'veux d'ssous viyant tch'i' n'taient pon copés courts comme à ch't heu!

Quand v'nait la fraid d'hiver, les femmes sé gardaient caudes atout des cotillons d'rouoge fliannet, et eune capote lus gardait l'co et la tête cauds l'tou d'la maison et dans l'bel, et pour aller dans l'vaisinné ou boutitchi!

George d'la Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises