Les Pages Jèrriaises

Rêverie (Fragment)

.

Parfais quand veint le ser, que j'nai rein à faire,
Je m'amuse à rêver, r'passant dans ma memouaire,
Chein que d'pis chinquante ans le monde m'a apprins,
En traversant la vie et en couorant les c'mins.

Pour chacun i's'trouv'ra quiq'trouble ou bein quiq'gêne,
Un sujet ou un autre à causer de la peine;
Ofuche un fol amour troubliera la raison,
Car i faut tot ou tard qu'il ait une saison;
Le temps est déja lloin quand j'allais à l'école,
Et sans trop de regret aisiment j'm'en console;
Pourtant je n'y-étais pas nullement malheureux,
J'apprenais mes leçons et j'aimais bein les jeux;
Mais s'i m'fallait derché erkemenchir la vie,
Che ne s'sait pas chonna qui me f'rait l'pus d'envie;
Je chouaisirais pus tôt l'âge qui vaint oprès,
D'espérance remplli, à l'air ouvert et frais,
Qui débordant d'santé, de pliaisir et d'jeanesse,
De la jouaie et d'l'amour va chantant l'allegresse.
Mais à qu'est que je pense v'la qui sert, je n'sis pas fort malin,
De crere qu'nou s'en va ecouter man gnolin ;
Qui s'sait jeane deux fais nou n'serait fo que iune,
Nou-za chance une fais de gaffer la fortune,
P'têtre bein même deux, mais oprès tout s'en va,
Comme un cercle qui touanne, en rouolant en ava;
Quiqu'uns paraissent nés pour jouir des beins d'la vie,
Et a d'autres lus sort pouorrait bein faire envie;
Mais le bon ov le ma est si entregâchi,
Que l'bonheur ou l'malheur est l'pus et l'mûx muchi;
Qu'est qu'est content d'sen sort ? I.n'y'a quasi personne;
“I faut prendre le temps comme l'bouan Dgui le donne,”
Est chose bouanne à dire; au fait est nou content?
Nenni, quasi tréjous nou-z-a quique tourment;
Ofuche la minsere ou le ma nouos désole;
L'adversité pour tous est une rude école:
Ofuche je viyons manquir tous nos projets,
D'la traitresse fortune en tout temps tristres jouets;
Ofuche l'ambition nouos mene et nos gouverne,
Pour trouver opres tout que che n'est qu'une herne.
Heureux qui dans chu monde, instruit par le malheur,
Ne s'attendra janmais d'y trouver le bonheur;
Qui sans trop de pllaisir et sans trop de tristesse,
Prouve le vier dicton: "Content'ment passe richesse."

 

Un St.-Louorenchais.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises