Les Pages Jèrriaises

I'n'ya rein qui sait seur' dans chutt' vie

J'ai veu l'Solé se l'vé
Eblouissant et bé,
De ses rayons glorieurs
Dorant tout's les hauteurs
Et réjouissant jusqu'ès vallons:
Et touos cheux qui l'viyaient
D'un' mêm' voix s'écriaient:
"Ma fé! - bain seure anien,
Si je n'nos trompons bain,
Un jour de tout' biauté j'avons."

Chu mêm' Solé j'ai veu,
Le mêm' jour d'vant mié-jeu,
Tout-à-fait obscurci -
Par d'épais nuag's muchi -
Sa biauté éblouissante orte:
Et le jour qu'nou disait
Qui si bain promettait
J'ai veu n'touôné qu'un temps
De plies, orag's et vents
A n'pas mettre un chan à la porte!

Chen est d'même avec l'homme:-
S'en auror' tréjous donne
Le prospé tout charmant
D'un sort gai et brilliant,
D'un trajet sans minsèr' ni peine.
Le pouôr' corps! I'n' peut vais
Que des pliaisiers et joies
Tout étalés pour li;
Et de bouon queur i' rit
A l'idée que malheur advenne.

I' s'est pourtant trompé!
A pein' dans l'monde entré,
D'un saquet ses idées
Se trouv'nt tout's culbutées,
Et i' vait qu'est qu'les hommes et la vie:
Aucuu' foi siès les gens -
Et la vie que tormens -
Et l'espéranc' lié-même
Qu'un' pouôr' minsérabl' louême
Qui n'est l'vée que pour r'êtr' vit' flianquie.

Nan! i' n'tard' pas à vais
Que les bouonn's gens qui craient
Que les homm's sont sincères
Quand i' pâl'nt qu' i' sont frères
Sus des bâtons bain pouôris se tiennent.
Nan! i' n'tard' pas à vais
Que la Pein' bat la Joie,
Et que l'minsérabl' queur
Dans bain trop d'cas se meurt
Hélas! d'vant que la vie ne s'éteigne.

Ch'est coumm' chla qu' not' Solé
Se trouv' vite env'loppé
Dans des nuag's qui souvent
Ne nos quitt'nt qu'au moment
Que not' carrièr' trompeuse est finie.
Et ch'est ainchin, viyiz,
Que les chains qui se fient,
Sus apparenc's de bé,
Ne maqu'nt pas de s'trompé,
Car n'ya rein qui sait seur' dans chutt' vie!

L.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises