Les Pages Jèrriaises

Séyis Philosophes!

Qu'un pouorre avé, par accident,
Laisse tchaie un vaissé et le d'piche
Nou lis chante ma', le pus souvent;
Nou lis fait toutes sortes de m'niches,
Et même nou l'talmouse tout d'un coup,
Bieau qu'che n's'sait pon sa faute en tout!

Parfais quand nou-z'est à s'prom'ner
I' veint d'la pl'yie ou bein d'la grille,
Nou-z'est trempès d'vant qu'arriver
A maintchi c'min d'san domicile...
Nou grounne et nou groumache sus l'temps
Vaithe, et même avec des serments!

Quand l'thée a l'goût enfumâtchi,
Ou qu'y'a trop d'sè dans les patates,
Que la bouanne femme - ou n'sait coumme tchi -
A mal fait la sauce de tomates,
Nou fait des grignes sus touos les sens,
Pustôt que d'mangi à belles dents.

Quand nou n's'entend pon de ches mus
Ov un vaisin qui n'vos aime dghéthe
Nou décide qu'il en ouïtha pus,
Et nou couort siez un houmme d'affaithes,
Oubliant que, dans les procès,
Ch'est les clients qui paient les frais!

S'nou trouve un creux dans un mouochèt,
On une triache à sa casaque;
Qu'un bouton manque à san blianchèt.
Ou qu'sus ses braies, nou vaie une tacque;
Tout d'suite, nou fait un tas d'combat,
Coumme si ch'tait l'fait d'un scélérat!

Pourtchi, mon doux! se dêrangi?
Pourtchi s'mettre en d'itelles coléthes?
Eche que nou n'peut pon s'arrangi,
Faute de champagne, ov cidre ou biéthe?
Devant vos mettre à bouller l's'yièrs.
Demand'ous don' à tchi qu'ch'la sèrt.

L's'avèrs n'ont pas, pouor' p'tits médjans,
Autant d'avis qu'les grand' persounnes,
S'i' d'pichent un pliat de temps en temps
Se r'graie-t-i' pus vite quand nou grounne?
Et quand la bouanne femme fait d'san mus,
Faut-i' lis faithe un tas d'abus?

A tchi bon groumâchi tout l'temps?
J'crai qu'dans les p'tites choses de la vie,
Coumme dans les grandes, mes pouorres bouannes gens,
Faut avair d'la philosophie,
Et si l'affaithe va trop d'travers
Eh bein, i' n'y'a qu'à frumer l's'yièrs!

 

Elie

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises