Les Pages Jèrriaises

L'OTCHUPATION

Juillet 1,1940 à Mai 8, 1945.
Ou Jerri souas les vertes crabes.

Ch'tet a la fin d'Juin par un vendredi,
Qu'ls'avions Allemands bombardident Jerri.
Les prumié bombes ch'tet sus La Rocque,
Et bein vite après la ville en senti l'choque.

Le samedi et l'dimanche y'eu d's'alarmes
Et nous entendit souvent sounné la sirene;
Et d'bouane heuthe lundi l' prumi d'Juillet
Un avion Allemand laissi couare un patchet.

Y fut ramassé et porté à Moussie l'Bailli,
T'chi bein vite les Etats rasemblyi -.
Lus dit, Messieurs, si l'Ile n'est pas rendue promptement,
Nou nos m'niche d'un bein fort bombardement

Y fut bein du d'aver a decidé,
Mais pour êviter massachre fallait accepté.
L'Angyéterre ne pouait pas nos porté s'cours,
Oul attendit l'invasion d'Jour en Jour.

L'Arlevée même l'enemi arrivi
Et su l'Airport y d's'semberchi.
Dans la sethée n'ou l'viyait en ville
A faithe des cliens a nos jeune filles.

Lé prechain sé sus la gazette appathi
Les ordres t'chi fallait obéi,
Fallait pas sorti avec ses autos,
Ni écouté d'nouvelles sus ses radios.

Donc pour chinq ans notre p'tit Jerri
Resti souas la botte de l' ennemi;
J' fut pour tous une duthe êpreuve
Mais fallet quand même se mettre à l'oeuvre.

Y resti bein des cliosés d'patates,
Fallu abandonner ses belles tomates,
Y nos vint d's'ordres t'chi t'chultiver
Et t'chi plianter dans le r'nouvé.

Pas d'cliosés d'tomates coume autrement
Mais d'l'aveine, du biet et du froment,
Des pais, des ledgumes, pas tant d'patates
Et y'en eu t'chi r'cenmmenchident a garder des vaques.

Nos rations devnaient pus et pus maigres
T'chiquefais du vin coume du vinaigre;
Sus la tablye pas d'biaou Jigot,
Par chance un mio d'lard ou du bichot.

De temps en temps y'avait d'l'extra:
Margarine, macaroni ou chocolat,
Du Camembert t'chiquefais pouarri,
Et p't'être de l'huile pour fricachi.

Notre pain t'chiquefais mêslé d'aveine,
Y'en avet quatre a siez livres la s'maine.
Pas d'lard a trouver dans l'saleux
Que y'ou qui muchais un couachon ou deux.

Même le paisson tet bein écart,
Pas d'mulet ni yieu ni vra ni bar.
D'ormers y'en avait pas tes tas,
Mais "d'verte crabes" y'en ment'chait pas.

Des chents persounnes allaient au lanchon
D'pis les Haises jusqu'a l'Avathizon,
Et bein d'autres qu'allaient es manchos,
Es crabes, es bainis ou es vliquots.

Des ordres signés par Gussek et Schumaker,
Knackfuss, Caspar et Von Helder,
Même par Peltz, chu salle p'tit mâtin
T'chi n'avet pas l'esprit d'un bantin.

Nos bouais et bouaizies futent abbatus,
Car de t'cherbon y'en avet pus.
Si y'en v'net d'France ch'tet pas des tas
Et ch'tet d'la salté t'chi n'brulet pas.

De nos belles fermes y'en eu d'ruinés,
Nos maisons abattus et brulés.
Des tranchies d' creusés dans les clios,
Ch'tet assez pour vos touané fos.

Nos gazettes t'est plyienes de menties
D'pis les lundis jusqu'es samedis;
T'chi honte pour l'Post et la Chronique
T'ch'avaient trejous tet si veridique.

Pour travaillyi sus forts et fortifications,
Y'en euu d'amnés de toutes les nations:
Espagnos, Belges, Russes et Polonais,
Algériens, Hollandais et Français.

Nos radios futent confis't'chis,
Mais y'en eu des chentaines de muchis,
Et quand les amins s'ent rencontraient
Ne f'chin t'chi qui s'ent disaient.

Y'a ti des nouvelles a matin?
Oui, Stalingrad est prins par Stalin,
Tripoli est prins par l's' Angyais,
L's Amethit'chains capuchent les Japounais.

L'Italie d'mende une Armistice,
Y pasle de grandes emutes en Autriche,
Mille avions sus l'haut d'Cologne,
Les Russes sont entrés en Pologne.

Y'en avait qu'oubliaient qui t'est Jerriais
Et avec l' enemi lus associais,
N'ou s'en trouvé parmi grands et p'tits
Et même parmi la pus haute lignyie.

Les nouvelles de pus en pus nos rejouissais:
Les Russes entraient en Roumanie,
En Italie, Rome prins par l's' Angyais,
Le prechain matin, l'invasion en Normandie.

Les Alliés allaient d'success en success:
Bayeux, Cherbourg, Avranches et Falaise,
Rennes, St. Malo, Le Mans, Paris et Calais,
Nou s'entent diset la fin est près.

Mais fallu equot passer le pus du hivé,
Le gas de pis t'chique mais avet mant'chi,
D'electricitet y'en eu pus du mais d'Janvi,
De t'cherbon fallait bein s'en passé.

Le pain vint presque a nos mant'chi,
Mais un jour le Vega nos arrivi
Avec des patchets, de viande, bistchuit et chocolat,
D'la Nouvelle Zelande et du Canada.

Les Allemands betot lus rendaient partout:
En Italie, Hollande, Danmarque et siez y'eux
Et d'vant bein des jours ch'fut notre tout
De t'elles rejouissances n'ou n'avait jamais veu.

N'ou n'viyet pus le vert du Nazi,
Mais partout notre bouan vier khaki,
Et l'Swastika nou n'le viyet pas,
Car notre vier pavillon tet au haut du mat.

 

JACQUES LE ROTCHI.

 

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises