Les Pages Jèrriaises

L'Otchupation et l's annimaux


 


Dans l'pagas chu mais d'Mai si important, j'avons trouvé des p'tites sornettes dé l'Otchupation et eune histouaithe dé la Libération.

J'avons bein êcouté les souv'nins des siens d'entre nous qui 'taient ichin duthant chès années là et j'avons l'pliaisi de vos en raconter tchiques eunes, principalement entouors des animaux.

Les deux p'tites fil'yes 'taient à jouer dans l'bel dé driéthe éyoù que les p'tits picots 'taient à gratter sus la mais d'feunmyi et éyoù que les cottes à couochons 'taient rangies tout l'long du bel.

Les mousses deciditent de couorre lé long du d'vant des cottes et i' lus mintent à sauter de ieune à l'autre, ne faisant pas d'brit en cas de rêvilyi les tries qui 'taient couochies au solé.

Ev-chin un janne picot tch'arrive - saute dans 1'tro et s'met à betchi. La trie se l'vi trantchilement, s'en fut envers lé picot, l'gaffit et dans deux-trais goulées ou l'avait mangi. Les mousses n'en 'rvenaient pas et i' couorritent toute suite pouor dithe à lus péthe.

I' va sans dithe qu'i' n'les criait pas à c'menchi, mais i' s'mint à penser que trais des p'tits picots mantchaient et toute la fanmille enfreunmitent le restant des ouaisiaux car i' lus en allaient avait un maigre Nouë si la vielle trie s'en allait mangi touos les picots.



Les femmes qui travaillaient dans les clios dé la ferme né 'taient janmais payies en sous, mais il' avaient du lait, un miot d'beurre et autcheune chôse, comme i' disaient, pouor emplyi le boudin dé lus fanmil'yes. Ieune dé ieux gardait eune dgiexaine dé poules et un cotchet et, après que les clios d'avaine et d'grain avaient 'te copés et mint en tas, les travailleurs soulaient glienner les êpis tchi restaient et pus tard il' allaient aver tout chenna dé battu et ils avaient du grain qu'il' moullaient pouor faithe du pain et des gâches.

Quand tout l'gliennage 'tait fait i' 'tait “temps d'envyer les poules à l'êcole”. La femme les cachait jusqu'au clios et i' restaient là tout l'jour et i' lus en r've­naient avec lus falles plieines. Ch'tait là l'temps dé les mettre dans des bathis et dé l's entrer dans la maison en cas que tchi que malfaiteux les volisses dans la niet.



Davi et Alice avaient fait du glien­nage et Davi avait ieu un pèrmint pour aller à la machinne à battre. I' s'en r'vint siez li avec trais grand's poutchies d'grain et, pacequ'i' demeuthait pas bein lien d'un endrait tchi 'tait couosu d'Allemands, i' pensait que ch'tait mus de muchi l'grain en cas que la maison fûsse cherchie par le militaithe.

Alice eut eune idée. Ou couosi deux viers lincheurs en telle pouor faithe eune grand' pouque et i' mintent le grain dedans. Quand l'mousse fut s'couochi chu sé là i' fut bein surprint dé trouver qué san liet avait hauchi - le grain 'tait souos l'liet d'plieume à lus fis.



Eddie 'tait menteux et i' s'ventait. Il avait tout l'temps fait des miracl'yes, sélon li-même, mais personne n'en avaient veu la preuve. Il avait un chier p'tit brun tchian qui 'tait maigre coumme un chent d'clious.

Un jour i' vit Frainque dans la ruette et en pâlant dé chennechin et dé ch'na. Eddie li dit que san tchian happait des tas d'lapins - 'Man garçon,' i' s'fit à Frainque, 'ch'est qu'il est en bouon êtat - il est comme un loup!'

Dépis chu jour là, toute la fanmille à Frainque, quand i' vaient un mai­gre tchian, i' disent qu'il est exactement comme le loup à Eddie.

 

Viyiz étout:

 

 

Les Pages Jèrriaises