Les Pages Jèrriaises

L's Oeufs

l's oeufs

Nou donne d's oeufs à Pâques coumme symbôle d'la Vie. Ch'est la putheté et la pèrfection étout. Achteu, j'mangeons d's oeufs d'Pâques en chocolat.

Les parties d'un oeu sont lé blianc, lé jaune et la cruque.

Mangi l's oeufs, ch'est vraînment un grand pliaîsi - y'a tant d'mouoyens d'les coutchi. Nou peut les mangi bouoillis, fricachis, sus l'ticl'ye ou dans eune omelette. L's oeufs veinnent dans lus propres patchets - les cruques. Tout ch'qu'i' faut faithe pouor l's ouvri, ch'est d'les crutchi et né v'chîn l'oeu prêt à faithe sèrvi dans eune èrchette.

Ch'est eune vielle crianche qué j'daivons bûchi la cruque d'un oeu quand j'l'avons mangi à seule fîn qu'les chorchiéthes né piêssent pon l'faithe sèrvi coumme navithe pouor aller en mé et nier les pouôrres navidgants.

Ch'tait eune vielle couôteunme dé donner un oeu à un nouvieau-né. Si ch'tait l'preunmié présent donné à l'êfant et pliaichi dans sa main, lé mousse s'sait tréjous gardé contre la pouôrreté. Les gens soulaient garder l's oeufs tch'il' avaient èrchu à lus naîssance pouor lus protégi contre lé ma duthant lus vie.

Si tchiquechose - eune boête, eune armouaithe, un appartément.... - est compliètement remplyi, nou dit qu'il est pliein coumme un oeu.

Si tchitch'un est finnailli, nou dit qu'il n'donn'nait pon seulement eune cruque d'oeu.

Un vièr diton nos dit tch'i' n'faut pon mett' touos ses oeufs dans l'même pangni.

Si nou fait tchiquechose deux oeufs et eune preune, ch'na veurt dithe qu'nou l'fait quédaine.

 

 

Les Pages Jèrriaises