Les Pages Jèrriaises

Les D'vis du Bouan'homme George

"Acheteu qu'j'allons aver des Sènateurs dans l's'Etats," m'disait Mêrayieu l'aut' sé, "J'n'avons pas bésouain d'nouos gêner, car ch'est seux que j'n'éthons pon d'rât à payer, et qu'l'impôt sus l'èrvenu s'en va dispathaître !" "Eh bein, Mêrayieu," j'li dis: "A m'n'idée, ch'est l'contraithe, tchi s'en va s'arriver, - le rât et l's'impôts ès'sont hauchis !"

"Bon ! Mais tchi niolîn qu'tu' es à nouos chanter ! " ou' mrêponnit : "Tu n'est pas dans tes bouans sens, man pouorre homme ! Les Membres d's'Etats tchi taient responsablyes pour ches împôts-là n'savaient pas tch'est qu'i taient à faithe, - ch'est pour chla tch'i' s'en vont êt' envyiés lus faithe quatorze ! Achteu qu'j'allons aver des Sénateurs et eune racachie d'nouvieaux Députés, tout chein qu'les vièrs avaient fait dans l's'Etats s'en va êt' fichi hors bord, et la vie ès'sa pus aisie pour tout l'monde en Jèrri !"

"Mêrayieu," j'lî rêponnis: "J'voudrais qu'j'es'sait la véthité, qu'tu'es à nouos dithe; - mais ch'n'est pas d'mème que nou peut r'met' l's'affaithes en ordre dans chu monde. Touos les peuplyes civilisés souffrent des d'gâts faits par deux dgèrres, - et ch'est dans eune êpoque comme chette-chîn que l's'hommes tchi prêchent les réformes et l'changement d'gouvernément ont lus chance, car i' promettent un tas d'tchi au monde pour rein, et les gens sont achocres assez de l ‘s'êcouter !"

"Les temps ont changi dépis que j'tions jannes et les gens ont changi auve les temps. Ils ont bein pus d'conforts, acheteu, - et tant pus tch'ils en ont, tant pus ils en veulent. I' travâllent mains d'heuthes par jour et gagnent pus d'sou par heuthe. Tant pus qu'les gages hauchissent, tant pus i' couôte à vivre, et l'affaithe n'en finie jamais. Lé travailleux gagne de bein pus hauts gages, mais i' li couôte tant à vivre tch'i n'a pas autant d'sou dans sa pouchette oprés qu'sa bouannefeme a té à la boutique au Samedi comme i' soulait aver quand les gages taient a dgiex-huit chelîns la s'maine !"

"L'temps-passé, quand l's'anciens n'pouvaient pus travailli lus êfants s'faisaient un d'vé d'en souongni. Aujourd'anniet l's'êfants aiment mus haller sus les vièrs que d'lus aidgi. I' lus mathyîssent quand ils ont acouo les talons jaunes et s'en vont d'meuther siez p'pèe ou m'mée."

"Si l'bouan'homme a un moto, les jannes veulent le faithe sèrvi pour aller au Cinéma pour faithe de lus tchian auve lus hardelles a la pliaiche de sauver lus sou pour en acatter iun ieux-mèmes !"

"Les gens d'acheteu n'craient ni a Dgieu ni a dgiablye. Là ouesque nou viyait chent personnes a l'égise ou a la chapelle le temps-passé, si nou-s en vait eune vingtaine aujourd'anniet ch'est à bein prés tout. I' n'y'a qu'quand i' sont prêts à mouthi tch'i' pensent au Bouan Dgieu. Nou vait bein tch'i' veulent mème l'Etèrnité por rein !"

A m'n'idée, ch'n'est pas des gâs auve des drôles de titres dans l's'Etats et un tas d‘nouvieaux députés tchi n'lus connaissent pas pus à faithe des louais pour le monde que l's'hommes-de-louai n'lus connaissent à traithe des biches, tchi s'en vont r'met' le pays sus ses pids ou donner pus d'pain ès mousses à mangi !"

"Ch'n'est pas l's'Etats touos seurs tchi peuvent nouos apporter l'bonheur et la prospéthité. I' faut qu'tout l'moide prenge la vie pus séthieusement et s'met' à t'nîn la tchéthue – et i' faut que l'ouvriyi veinge à comprendre que ch'est l'travât et l'industrie tch'apportent la rêcompense."

"La forche d's'Etats est la sagesse et l's'efforts de ses membres, et ch'est la qualité des membres tchi conte – ch'n'est pas lus titres de députés ou d'Sénateurs. Si j'voulons d'bouans rêsultats i' faut voter pour des braves et honnêtes hommes pour nouos r'présenter, - pas pour le preunmyi tchi nouos dit qu'la leune est faite de fromage !"

George d'La Forge
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises