Les Pages Jèrriaises

Di fronmage!

du fronmage Les cheins qu'nos couôsîns d'la Grand' Tèrre appellent les “horsains” sont bein souvent surprîns qué j'n'avons pon eune grande tradition d'fronmag'gie en Jèrri. Viyant qu'tout l'monde connaît not' Île pouor ses vaques et lus bouan lait, nou-s'éthait creu qué, tout coumme nos couôsîns Nouormands, j'éthêmes fabritchi des bouans fronmages avaû les siècl'yes.

Quand nou-s'est dans la Grand' Tèrre, ch'est un pliaîsi d'pédaler ou d'cachi par les c'mîns car, bein souvent, les p'tites fèrmes offrent l'opporteunité d'gouôter les produits du vaîthinné, d'en acater, et tchiquefais nou peut vaie coumme tchi qu'ches produits-là sont grés.

Ch'est d'tchi întérêssant d'vaie les manniéthes dé produithe les fronmages Nouormands: lé Pont l'Êvêque est cârré; lé Livarot est rond, orange et haut auve des bandes dé papi à l'entou à seule fîn d'lé garder d'but; et l'Neuchâté est en forme dé tchoeu.

Mais des vîsiteurs en Jèrri au temps pâssé r'mèrtchîtent qu'les Jèrriais né mangeaient dgéthe dé fronmage – mais i' faîthaient sèrvi un tas d'beurre en douothant lus pain auve des couoches êpaîsses dé bieau jaune beurre.

Pouor nos anchêtres don, lé beurre rempliaichait l'fronmage. Mais i' mangeaient l'lait cailli êputhé et chein qu'nou-s'app'lait les caillibottes – un mêlange d'lait cailli, d'lait, d'chucre, d'vîn et d'miettes dé pain.

Achteu, dans l'supèrmarchi nou peut acater toute eune lait'tie d'fronmages, dé yaourts, dé crème et d'fronmage frais, mais l'beurre dé Jèrri - salé, ligiéthement salé ou sans sé - est acouo l'miyeu du monde!


Geraint Jennings

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises