Les Pages Jèrriaises

La Grève au Lanchon


Eune Mathée Du Matîn.

(Par Frainque Le Maistre)


DRAMATIS PERSONNAE et discription des acteurs :-

Maît' Ph'lippe Vibért, homme dé cèrtaine classe est habilyi en braies et veste d'bâthîn, par dessus ch'la eune choutinne (câsaque) et sus la tête un dû chapé ou bôleur; ès pids eune pathe de vielles bottes, un rouoge mouoché l'tou du co, eunne grosse vielle pipe et eune pétite boutillie d'litcheu dans sa pouchette. Il a d'la barbe des deux côtés d'la fache, et porte san râté et sa boête à lanchon en entrant sus la strade.

Laïesse Hamon, pas justément du même rang, a des bliues braies d'drap, eune c'mînse dé flianné, un blianchet en gris drap, vielles bottes et un mo chapé du temps passé (un d'mié bas). Etou, i' porte eune moustache. Quand i' veint sus la strade il a san râté et sa boête à lanchon sus l'êpaule.

Lîsabé Hamon, femme dé Laïesse, a un d'vanté d'coton français par dessus eune rouoge robe, et en d'ssous d'ch'la des longues drâses à dentelle qu'ou montre dé temps à autre, d'vielles chavettes ès pids, eune grise pèrruque sus la tête et un grand chapé à plieunmes du temps passé. Oulle a eune houette (ôti tchi s'fait sèrvi rein qu'sus la Grève au Lanchon à St. Ou) et un pannyi en ôsyi dé d'mié cabot, pis ou porte eune lantèrne à corne auve la chandelle alleunmée.

Mélie Hàcou (Missis Lé Mèrquand), eune salope tch'est habilyie en chiques - vielle robe, d'vanté tout rapiéchi, blianches cauches dé laine, chavettes, capote pèrchie et vielle pathe dé leunettes sus l'but du nez. Oulle a étou un châle dé tapis tout trilli sus l's êpaules, et pis eune boêtée d'sno dans eune pouchette. Ou porte eune frouque.

Fistaud, fis Mélie, un mousse d'eune dgiexaine d'années, a d'vielles bottes trop grandes pour li, des braies tchi lî vont souos l'genou, les cauches bas, vielle c'mînse et câsaque pour l'occasion et castchette sus deux g'veux. I' porte un pannyi à dos et happe lé lanchon souotre sa méthe. Il a eune lantèrne comme Mélie.

Cap'taine Josué L'Greslé, rude vièr mâtîn, entre sus la strade un p'tit brin auprès qué Laïesse en sort et n'est qu'un couplye d'minnutes à faithe sa partie. Quand i' r'est hors Laïesse èrveint, tchi fait qué l'même peut faithe lés parties d'Laïesse et du Cap'taine, dêdgisé difféthement châque fais. Lé Cap'taine a des bliues braies d'drap, et d'vielles bottes comme les autres, un bliu corset d'śuvre (atou ''Patrus'' mèrtchi en grand), un chapé d'naviguant et eune longue grise barbe. Comme Maît' Ph'lippe et Laïesse il a san râté et sa boête, mais i' râtelle en v'nant sus la strade.

---

Lé Lanchon est parféné sus la strade, et il est bouon d'plier les dents des ràtchieaux pour qu'i' n'crochetent pas dans l'plianchais. Les lanchonnièrs happent du lanchon, et l'manquent, quand l'affaithe s'adonne, justément comme v'là tchi s'fait sus la Grève au Lanchon. I' vont et veinnent sus la strade et prennent lus pliaiches selon la convèrsation. Faute dé lanchon, du capelain, ofûche, peut faithe mangnifique. Fistaud porte un gros lanchon dans san pannyi (iun arrangi à l'exprès) prêt à laîssi couorre sus la strade sans être veu d'l'audience, un p'tit brîn auprès qu'sa méthe et li sont à pêtchi. Maît' Ph'lippe, Laïesse et Cap'taine Josué L'Greslé râtellent sus l'driéthe d'la strade et l's autres travâlent en d'vant. A noter qué la pêque du lanchon à St. Ou est tout à fait difFéthente dé la pêque à la Rocque. Les actions et lé d'vis sus la strade sont typiques des lanchonnièrs et r'présentent la scène sus la Grève au Lanchon chaque mathée en êté d'nouos jours comme par lé passé pour probabliément des chents ans. L'êpoque èrprésentée est dans les travèrs dé la fin du drein sièclye, et lé langage est, sans doute, St. Ouonnais.

N.B. - L'Auteur veurt faithe à saver qué touos les caractéthes nommés dans chutte comédie sont absolument immuginaithes et n'ont nullement rapport à autcheune pèrsonne vivante ou morte.

Les cheins tch'ont prîns part dans chutte comédie à la Séthée Jèrriaise dé 1937 sont:-

Maît' Ph'lippe Vibèrt Mess Jean Perrée
Laïesse Hamon Mess Williamme Bliampid
Lîsabé Hamon (fme. Laïesse) Missis Alice Bliampid
Mélie Hâcou (Missis Lé Mèrquand) Missis Ellis (née Alice d'la Haye)
Fistaud L'Mèrquand (fis Mêlie) Mdlle. Eileen Lé Mèrquand
Cap'taine Josué L'Greslé Mess Williamme Bliampid



Maît' Ph'lippe Vibèrt (entre à l'ouvèrtuthe du ridgeaux en chantant, sus l'air du cantique) - Frères, marchons; j'nos'n allons au lanchon!- (R'gardant l'tou d'li) Là, tout seu sus la Grève au Lanchon! J'sis l'preumyi v'nu à matîn, appathemment. Mais n'y'a pas d'doute qu'i' y'en d'val'la un fliotchet beintôt; du temps comme chennechîn, temps ôrageux d'juîn, ch'est là qu'nou-s-a habitude dé pêtchi du lanchon. (Tout en pâlant i' met san râté et sa boête bas et hale sa choutinne ou câsaque, pis i' r'lanche sa boête lé tou d'san co. A li-même i' r'cite lé vièr diton) Quand la feûgiéthe êcale la main, lé lanchon veint au pliein. Hé, ma fé, les deux dreines fais qu' j'y sis v'nu jé n'y'ai ieu rein. J'y vîns la s'maine passée, eune mathée du sé, mais j'n'en remportis pon seulement assez pour lé fichi cat! La bouonnefemme s'en moque; ou dit qu'faut aver dgiâtremement envié dé s'mouoilli l's èrgots pour l'amour dé happer eune démié-douzaine dé p'tits paissons qué nou peut aisiement crutchi souos sa grosse dent. (Il aleunme sa pipe et i' s'met à râteler). Véthe, mais quand j'li'en ai tchiquefais rapporté d'bouonnes pêques, tout d'même, oulle a bein trouvé la maniéthe dé vos fricachi ch'la et d'taper dans l'fricot à toutes dents! (Ergardant d'côté) - Bon, tch'ést qu'né v'lo, qui d'scend par la Pièche Miché? (Laïesse Hamon e't sa femme veinnent sus la strade) . O, ch'est Laïesse Hamon. (A Laïèsse) - Tu vais chèrchi la ville par St. Aubîn, té valet, Laïesse; (en apèrchévant sa femme) - ô, tu'as ta missis auve té; j'ai laîssi la mienne au iet, mé!

Laïesse (en bas, à Maît' Ph'lippe) Hon, j 'n'ai pon chutte chance-là, mé; la bouonnefemme mé siet partout! (Hale sa câsaque et s'met à râteler) Ah, ch'est qu'j'avons d'Valé dans P'tit Pliémont; j'y'avons 'té un quart d'heuthe, mais j 'n'avons pon veu la couleu d'un lanchon.

(Lîsabé houtte)

Ph'lippe - Il est acouo heuse, tu vai. Dgiâtre, ma pipe est dêteinte; bâle-nous eune alleumette, veurs-tu. (Laïesse li passe des alleunmettes) .

Lîsabé (r'gardant au liain) - N'en v'lo eune racachie tchi d'valent par lé Pas d'Grès; j'pense bein qu' ch'est les cheins d'la Huthe et du Vau Bace'yi.

Laïesse (s'touonnant par là étou) - Véthe, ma fé.

Lîsabé (r'gardant à l'entou) - Mes chièrs éfants, y'a du monde, à matîn! J'èrconnais les Vibèrts du Coin là-bas et les Boutillièrs d'la Landelle...

Laïesse (pointant dans l'audience) - Et né v'là Ph'lippot L'Cornu tch'a un'yi tchi dit m'luque à l'autre, Franço Godé et Douard Hamon d'l'Eta et sa femme et ses mousses. Sémnâge en a-t-i' eune couée, tout d'même! Est-che neuf ou est-che dgix?

Lîsabé - Dgix; (en bas) - et acouo iun en v'nant!

(Ph'lippe ràtelle tréjous) .

Laïesse - Ch'est d'tchi qu' jé n'comprends pas mais n'y'a pas un maudit lanchon. Et il' en prennent à la Rocque, pourtant! Et hièr au sé lé Douard Lé Feuvre nouos dit qu'y'en éthait à matîn.

Ph'lippe (secquement) - Tch'est qu'il y connaît, lî!

Lîsabé (pûtôt en bas, à Maît' Ph'lippe) - N'èrvéchîn Mélie Hâcou (Missis Lé Mèrquand), Mélie la salope pour la distîndgi, et san mousse. (A Mélie) - Tu'es du matîn étou, té, Mélie; et Fistaud- - a-t-i' crû!

Fistaud - Eh bein, Missis!

Maît' Ph'lippe - Té v'là, Mélotte! Ouêqu'ést Dardinne - est-i' 'chin-bas étou?

Mélie - O, oui, il est d'l'aut' but d'la grève; il est boudé. J'eunmes du brit hièr au sé, et j'n'avons pon couochi ensemblye la niet passée! (A Laïesse) - Eh bein, couôsîn; comm'est qu'tu'es?

Laïesse - M'est avis qu'y'a pus d'monde qué d'lanchon! (Ergarde dans l'audience) - Né v'là Jacques Syvret là-bas (en d'gannant) - le p'tit Jacques tchi pâle tout douochement, Doaurd Lé Maistre pot à thée, l'offici d'la Grand Tchilliette, Georges L'Cornu nièr boudin, des Landes et Jean Vautchi chorchi, d' Iouville -

Lisabé (r'gardant acouo à l'entou) - Véthe, et Maît' Françouais L' Feuvre d'Grosnez (prononce Feuvre comme nou fait dans les Landes), Philosse Luce du Mathais et Pièrre Alexandre rouoge héthan, du Creux Baillot.

Fistaud (à sa m'mèe) - Ch'est du lindin qu'ou pâle, yi, - ('i' d'ganne Lîsabé) lé Crèe Baillot!

Mélie - Y'en a bein d'autres; Françouais Vibèrt est là, et Dardinne Lé Feuvre. Y'a des gens du Vau d'la Mathée, dé Ste. Mathie et d'St. Pièrre; j'ai pâlé à Pièrre Lé Brun bécasse, et j 'ai veu Stèr Romethi la laverêsse, et Marie Lesbithé -

Lisabé (întérêssie) - Marie Lesbithé? - a-t-alle pon mathié un Bro?

Mélie - Ah nannîn, tu t'trompes; ou mathyit Frainqué dé Gruchy tch'est un fréthe dé la méthe à la femme à Ph'lippe Bisson du Carrefour -

Fistaud (d'un air affronté) - N'en v'là-t-i' un mêlange! - lé fréthe dé la méthe à la femme -

Mélie (m'nichante) - Veurs-tu bein t'taithe! - (à Mélie) acouo d'nouos pathents du bord dé man bouonhomme, tu vai! (Ph'lippe et Laïesse râtellent tout l'temps).

Laïesse (enn'yé d'ouï l'catchet des femmes) - Allons, bouoge'ous, bouoge'ous, sapresti; toute chutte bagoul'lie là n'sèrt dé rein. Travailliz un mio pour vot' dêjeûner!

Ph'lippe - En pêques-tu, Laïot? J'en ai tchitch'un, mé, mais ch'est d'tchi p'tit.

Laïesse - Oui, j'en ai deux'trais, pas pus gros qué d'la v'nise, dgia.

Lîsabé - O, si fait, y'en a acheteu mais i' s'èrpique.

Fistaud - Né vlà l'jour tchi s'fait; nou pouorra dêteindre les lantèrnes acheteu.

(Fistaud dêteint sa lantèrne et Lîsabé la sienne) .

Laïesse - All'ouos-en souos l's Aînéthes, et viyons s'nou-s-étha pus d'chance là bas.

Lîsabé - O vas-y, té; jé n'm'y'en vais pon, mé; j'pêque bein mus quand j'sis toute seule!

Laïesse (s'en va) - Bouonne chance, bouonnefemme!

(Mélie dêfeue l'gros lanchon) .

Fistaud (saute) - O, n'en v'là-t-i' un bé! (I' r'tchule).

Mélis (r'tchule étou) - Attrape-là; don, p'tite mule - en as-tu peux?

Fistaud - O, mais ch'n'est pas un lanchon, Mémèe - j 'crai qu'ch'est eune andgulle!

Mélie - Es-tu eune andgulle, té? Happe-lé dêliément, d'vant qu'i' s'èrpique - dêpêche-té!

(Ou s'en êcarte)

Fistaud (fait l'tou) - Nannin, du dgiâtré, jé n'm'en vais pas touchi ch'la - jé n'veurs pon êt' mordu!

(Lîsabé veint vaie).

Maît' Ph'lippe (appraiche) - Tch'est qu'i' y'a, don? Pourtchi tout chu train-là? Nous vos ouithait d'Portînfer!

Mélie - Ma fingre, jé sis bein d'l'avis du mousse, j'n'y mettrais pon la main n'tou. Dévrai, nou-s-en a r'pugnance. Jé crai qu'ch'est un Orfi, Maît' Ph'lippe!

Ph'lippe (lé happe à sa main) - Ma pathole, ou n'avez jammais veu du lanchon, don! (I' fait l'lanchon gigotter) - Si ch'est qu'j'peux en gliainer acouo deux'trais d'même j 'm'en vais les s'tchi (met dans sa boête)!

Mélie (surprînse) - Mais ch'est man lanchon, ch'est rné qui l'a dêfoui!

Ph'lippe (tout bouonnement) - Véthe, et j 'l'ai happé.

Mélie (marrie) - Voul'ous bein m'donner man lanchon, vièr tout-en-travèrs, ou j'vos enfrouque!

(Lîsabé et Fistaud s'apique pour vaie l'fanne) .

Maît' Ph'lippe (posé) - Douochement, douochement, i' n'est pus pèrmîns d'faithe d'ité souos l'pliein d'mar, valet, vithouarde!

Mélie (f'lée) - O, ou m'appelez vithouarde! Et vous ou n' êtes qu'un vièr mistenfliûte, un reintchivâle, (en s'avolant sus Ma'ît' Ph'lippe atou sa frouque) un peùle, eune vielle quédole!

Ph'lippe (en r'tchulant) - Saperlipopette, tcheins bouon tan lanchon, pour paix aver (i' l'flianque ès pids à Mélie), et fricache-lé à tan vyi - il en a grand bésoin; v'là tchi crève la faim!

Mélie (gaffe lé lanchon et s'en va) - J'en ai ieu assez - însultée d'la maniéthe! J'm'en vais m'pliaindre à la police! Veins-t-en, Fistaud!

Fistaud - O, j'm'en vais rester, mé! (Lîsabé s'èrmet en travas).

Ph'lippe (crie souotre Mélie) - Env'yies-mé l'Chentenyi L'Maistre - jé n'veurs pas l'autre! (Hale san chapé et l'èrmet) - Là, n'en v'là ieune dé mains sus la grève; bouonne débâte! Ah dame, ch'est qu'i' n'y fait pon bé quand chette-là est montée dans san pommyi! Pardîngue, nou-s-en sue! ('essuie la fache).

(Fistaud s'met à genouors et dêhale eune grand' beurrée dé d'dans san pannyi) .

Fistaud (tout tristément) - Hélas, tchi tchéthue à tchians! Mémèe est tréjous en dgèrre, yi; jammais n'a eune minnute d'èrpos. Mais s'ou n'est pas en brit auve tchitch'un, ch'est là qu'jé m'dêcarre, mé - car si j'reste souos ses las j'sis seux d'aver des talmouses! Et pis, dame, ch'n'est pon eune patte dé v'lous qu'oulle a, la bouonnefemme!

Mélie (crie) - Fistaud, veins-t-en, ouai-tu!

Fistaud (affrontêment) - Femme qui gronne et poule qui pond, font du brit dans les maisons!

Mélie (èrveint couothant) - Faut-i' qué j'veinge té qu'si? Allons, file l'avant à mé! (Ou fait sèrvi san pid).

Fistaud (scode en heurlant, sa m'mée souotre.) - Mé tape pas, mé tape pas!

Lisabé (en confiance) - J'ai ouï qu'oulle eut du brit auve ses nouvieaux vaisîns la s'maine passée; sale langue, qué yi, ou viyiz, Maît' Ph'lippe! (Ph'lippe râtelle) .

Ph'lippe - Si j 'avais eune feumelle dé même, j'la mettrais dans eune pouque et sans dithe un p'tit mot j'la lèrrais couorre dans la citèrne à êpu!

(Cap'taine Lé Greslé veint sus la strade, râtelant).

Lîsabé - Et ou venge la vie à san pouorre vyi; ch'est yi tchi porte les braies!

Ph'lippe - Hé, y'en a d'autres! S'oulle avait affaithe à mé, dé-ouelle -! (s'touonnant d'bord) - Bonjour, Cap'taine - vos v'là par-chîn étou!

Cap'taine Josué L'Greslé (d'eune vouaix d'ôrage) - Salut! (S'en va, ràtelant, d'l'aut' but d'la strade).

Lîsabé (en bas à Maît' Ph'lippe) - O, lâ - j'en ai peux, mé, dé ch't homme-là; est-i' rude! (Ou r'garde Cap'taine Lé Greslé d'travèrs).

Ph'lippe - Ah, ch'n'est qu'sa maniéthe; ch'n'est pas un mauvais vièr dgiâblye - si nou sait comme tchi l'prendre (pèse sus ses patholes) - Mais n'allez pas par chance lî dithe eune pathole dé travèrs; chutte fais-là ous éthez mal à parti!

Lîsabé - Eh bein, jé n'l'aime pon, mé. Ch'est un drôle dé vièr péhon; quand i' pàle i' n'a qu'dé vouos avaler, maniéthe dé roupilleux - et pis il a si laie minne! (Maniant sa houette et décidêment) - Qu'i' n's'en veinge pas par-chîn m'êlourder, car j'lî flianque ma houette dans la cahueûle! (Pour un p'tit brîn y'a un silence, Cap'taine Lé Greslé et Lîsabé appraichant iun d'l'aut' dos à dos; pis tout à co y'a eune collision).

Cap'taine Lé Greslé - Ou n'pouvez pon r'garder ouêqu'ous allez, don? Emânue! Achocre! (I' s'en r'va, râtelant; Lîsabé est êpouvantée).

Maît' Ph'lippe (tout riant) - Eh bein, Lîsabé - as-tu don tressauté!

Lîsabé (trembliante) - O, la vielle trouême, j'l'achouêmithais si j'pouvais!

Ph'lippe (bein amusé) - Véthe, comme tu dis, si tu pouvais! (I' pêquent un p'tit brîn, pis Mait' Ph'lippe èrentamme la convèrsation) - Eh bein, nouos v'là touos seurs dé chu but-chîn d'la grève acheteu. (I' pêquent trantchillement un p'tit brîn, pis Lîsabé prend avantage du fait qu'i' n'y'a pèrsonne à l'entou pour tâchi d'haler des vèrs du nez à Maît' Ph'lippe, tch'est aussi malîn comme yi).

Lîsabé - Dites-mé, Maît' Ph'lippe - av'ous ouï pâler d'l'affaithe à Cliém d'la Huye?

Ph'lippe - Pas grand' chose -

Lîsabé - Ah, j'savais pas; nou m'en pâlit hièr au matîn, en bédgun, mais j'n'en ai pon ouï un bouon r'êffet. J'pensais p'têt' qu'ous éthiez entendu tchique pétite chose, d'meuthant tout près.

Ph'lippe (châtchant la tête) - Noufait - nan!

Lîsabé - Et pis sav'ous les dreines pour les aut' dé vos vaisîns, entouor lé train tch'il' ont ieu pour la chapelle?

Ph'lippe - Tch'est-che? (I' pêque tout l'temps, et Lîsabé entre les bordées).

Lîsabé - Hé, ou savez bein - mais est-che qu'i' n'y'a pon tort des deux bords? Y'a-t-i' pon un mio d'jalousie dans tout ch'la?

Ph'lippe (à li-même) - Oulle est en train dé m'pomper, la garce!

Llsabé (continnue) - Criy'ous pon, vous, Maît' Ph'lippe?

Ph'lippe (tcheint bouon) - Sai pas; j'n'y connais pon grand' chose.

Lîsabé - Nan, ni mé n'tou, mais j 'l'ai tréjous dit, les choses allaient trop bein pour un temps. (En mantchant un lanchon) - Dgiâtre, n'en v'la deux'-trais qué j'manque, tout d'même!

Ph'lippe (en bas) - H'm, pas ravissant - ch'n'est pon en baillant d'sa bec qu'nou happe du lanchon!

Lîsàbé (auprès tchiques ségondes èrquémenche qué d'pus bé) - Eh don, la bouonnefemme Sélous est morte, à la fin!

Ph'lippe - Véthe dgia!

Lîsabé - Tch'est qu'héthite ila. Y'a deux'trais propriêtés et un couplye d'chents quartchièrs dé rente, i' pathait. Jé n'sai tch'est qu'étha la pus belle plieume?

Maît' Ph'lippe (lève les êpaules) - Sai pas!

Lîsabé - J'sai bein qu'ch'n'est pus mé, tréjous; mais, éti'ous pon 'couo un mio pathents, Maît' Ph'lippe?

Ph'lippe - P'têt' bein - !

Lîsabé - Hé, j'criyais bein qu'j'avais eune cèrtaine idée d'aver ouï dithe qué ch'tait acouo acouo eune pétite miclotte pour vous! Mais comme sus la grand' maison à L'Eta, y'a-t-i' rein d'deu d'ssus?

Ph'lippe (en bas auve un soupi) - Dgieu mèrcie, n'èrvélo Laïesse! (Laïesse èrveint, râtelant).

Lîsabé (êprouve acouo) - Avait-alle pon eune bouonne pouongnie dans les Ouâre Lône-?

Maît' Ph'lippe (n'êcoute pus dé ch't'ouothelle-là) - Eh bein, Laïot, y'en a-t-i' là-bas; as-tu trouvé eune bouonne taque?

Laïesse (montrant sa pêque) - Ma fé, nannîn, pon grand chose-là!

Lîsabé (veint vaie étou) - J'té disais bein ta chance, grand babaine! J'en ai pus qu'té, mé!

Laïesse - Hon, ch'n'est jammais té tch'a pêtchi tout ch'la; tchitch'un t'ont aidgi!

Lîsabé (îndingnie) - Eh bein étou, lé ouiy'ous, ch't ôti-là? Pourtchi qu'tu m'prends, bégaud? J'peux pon gliainer du lanchon aussi bein comme té, don, maniéthe dé lobre!

Maît' Ph'lippe - Allons, allons, n'vos lôviez pas-la mathée s'en va bein vite en r'faithe. (Fistaud r'veint et va senti dans chaque boête à lanchon et dans l'pannyi à Lîsabé).

Laïesse - Véthe; et j'avons un fort jour aniet siez nous. - (S'èrmet à râteler).

Ph'lippe - Etes-ous avanchis d'défoui? (Râtelle acouo).

Laïesse - Oui assez, mais j'sommes hardi driéthe auve d'aut' choses; les raves sont pèrdues d'sèrclye, et ou dévthait r'être au fain. (à Fistaud) - Bon, t'èrvélo, té, Fistaud! Et mémèe?

Fistaud - O, la bouonnefemme? Ou m'a fliantchi eune chatourne là-bas et m'a lanchi un co d'pid dans les fêsses assez pour m'êstropier! J'ai fichi l'camp et j'li'ai dit qu'j'm'en allais pas r'vénîn!

Laïesse - O, ou veindra t'èrquéthi - ou t'aime bein quand même, tu vai.

Fistaud (secquement) - J'crai bein - oulle aime mus l'rhomme! (Les aut' lus êgouffent à rithe).

Lîsabé (est pitchie par un vithelîn et fait des heurles) - Ah! o! o! - ch'tait un vithelîn; i' m'a ieu au ponché, la vilaine bête. O! l'affaithe mé ramonte amont l'bras - ô, j'ai-t-i' ma! (Les aut' arrêtent tout court à r'garder Lîsabé, mais Maît' Ph'lippe s'èrmet aussitôt à râteler).

Laïesse (sans sympathie) - Ecopies d'ssus, v'là tchi souôlage!

Lîsabé (tcheint san ponché et pliaint) - O, mais Laïesse, tu t'en moques - j 'crai qu'j'm'en vais m'êvanni.

Laïesse (sans pitchi) - Eh bein, va-t-en pus liain; n't'êvannies pas 'chîn! (Ou s'êvannit; tous mettent les ôtis bas et tcheuthent à la s'couothi, pis Maît' Ph'lippe va qu'si sa p'tite boutelle tch'est dans sa câsaque).

Maît' Ph'lippe - Deux p'tits d'gouts d'litcheu, missis. (I' li'en vèrse un lèrmîn avau l'gosyi) - Là, êtes-ous mus? Ou r'a dêjà 'prîns d'la couleu! (Lîsabé s'assied et s'lique les babinnes; Fistaud reste au pid d'yi, à la souôlagi).

Mait' Ph'lippe (à Laïesse) - Ch'est souvérain, tu vai; jammais jé n'sis sans.

Laïesse (tch'en a l'ieau dans la bouoche) - Sai-tu bein, jé m'trouvthais pûtôt un mio failli et m'en êpaîn'nais-tu un lèrmîn? Sai pas tchian, Ph'lippe! (Lîsabé s'estchîve, sans être veue; Fistaud happe la houette et joue atou deux minnutes). (Maît' Ph'lippe èrgarde sa boutelle et est tchique temps à s'décider d'vant la donner à Laïesse; ch'tî-chîn n'a qu'dé la viédgi).

Maît' Ph'lippe - Va douochement, va douochement!

Laîesse (en r'donnant la boutelle) - Pas mauvais, valet! En as-tu fort d'aut' dé même?

Maît' Ph'lippe - Hé, j'en ai acouo tchiques pots d'restant dans l'ch'lyi siez nous. Ch'est acouo d'tchi tch'était v'nu au Creux Gabouothé y'a tchiques années; d'la fraude, vai-tu! (S'touonnant d'bord) - Bon, ta bouonnefemme a dispathu -

Laïesse - O, ou n'tait pon bein mal - ou sentait ta p'tite boutelle!

Fistaud (enn'yé) - Eh bein, j'm'en vais siez nous, mé, car j'èrai grand faim! (I' s'en va).

Maît' Ph'lippe (crie souotre Fistaud) - Fai mes complyiment à la bouonnefemme et dis-li qu'ou mette du pêvre au lanchon; j'espéthe qu'on n'n'étha ma dans l'corps! (Râtelle acouo un p'tit brîn).

Laïesse - Eh bein, faudra r'filer, j'pense bein. (Met san râté sus s'n êpaule et s'prépathe à s'n aller) - Faut qu'j'âge qu'si man bliantchet, j 'l'ai laîssi là-bas. - (En s'en allant) - I' s'en va faithe caud beintôt, Ph'lippe. (En s'èrtouonnant) - La préchaine fais n'oublyies pas ta p'tite boutelle! (Chante en sortant) - Etes-ous par-là, Missis, vos pliaît-i' du lanchon-!

Maît' Ph'lippe (lève san râté et s'prépathe pour s'en aller) - Là, j'tais l'preumyi v'nu sus la grève et j'sis l'drein à m'n aller. (I' châque sa boête) - Et j'n'en ai pon eune mauvaise ppêque - deux'trais pots. (I' gliaine sa câsaque et met san râté sus s'n êpaule) - J'm'en vais en laîssi un p'tit fricot en passant à la boutique, et j'éthai acouo deux p'tits d'gouts à bouon marchi! (Chante en s'n allant, sus l'air du cantique) - Soleil de justice, j'nos'n allons siez nous!

RIDGEAU.


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises