Les Pages Jèrriaises

Les d'vis du Bouan'homme George

"Es-tu beintôt finie d'liéthe la gâzette?" j'dis à Mêrayieu l'aut' sé, voulant la vaie mé-mème dévant m'couochi.

"Arrête eune munute," ou m'rêponnit; "I' faut qué j'vaie tch'est qu'est mort. J'n'ai pas ocouo ieu l'temps d'liéthe les naîssances, mathiages et décès, - tu sai bein tch'i' n'y a qu'dgiex munutes que j'veins d'fini laver les vaissieaux. Mais i' n'faut pas que j'm'y tcheinge, à liéthe la gâzette car j'ai un tas d'couotuthe à faithe. I' faut que j'met' un cliu au driéthe des braies à Frankie. Janmais j'n'avais veu un mousse dêchither ses habits comme chu garçon-là."

"Dépis tch'i' s'est mins à jouer ès marbres i' n'fait qu'd'eguedachi les j'n'ouors de ses braies et d'ses cauches! Et l'côté gauche de sa botte drouete est tout usé! Je n'sai pas comment tch'i' s'y prend, à jouer ès marbres. Quand man fréthe 'tait mousse il y jouait étou, li, ès marbres, mais i' n'eguedachait as ses habits d'mème!"

"Enfîn, ch'est pas seulement les mousses tch'i' font l's'affaithes à l'arbours ach'teu - ch'est aîsi d'vaie qu'tout est boul'vèrsé! L's'Etats sont à gaspilli nos sou, - les travailleurs gaspillent lus temps et font souvent pus d'sou qu'les propriêtaithes. La r'forme gaspille not' libèrté et nos vielles couôteunmes. Les poules ne ponnent pon et les vaques ne donnent pas. Nos couochons n'veulent pas d'chours. Les Jèrriais oublient l'Jèrriais. Les fermyièrs craîssent des tonmates à la pliaiche de fèrmer. Les femmes copent lus j'veux et les jannes hommes les gardent longs. Les Brétons n'mettent pus d'chabots et la grand' tchéthue s'fait sans j'vaux. J'avons ieu deux dgèrres pour donner la libèrté à touos les peuplyes - et l'y'a mains d'libèrté dans l'monde aujourd'aniet qu'i' n'y'avait d'vant la dgèrre de mil neu' chent quatorze! Enfîn, tout est boul'vèrsé et nou n'sait pon d'en par iou qu'nou-s en est! Là! Tchein bouan la gâzette, - pour dé mé je n'veur pon la liéthe, oulle est pliene d'annonces et d'mînséthe! Un homme a té s'mêfaithe, ch'est seux tch'il 'tait enn'yé d'sa vie. Les Juis et l's'Arabes sont à lus entr' quétilli; l'Argentine et l'Chili veulent voler l's'îles Angliaiches dans l'Antarctique et l'Guatémala dit que l'Honduras Britannique n'appartcheint pus ès Angliais, viyant qu'l'Angliétèrre a r'donné l'Indes ès Indiens et l'Egypte ès Egyptiens!"

"Quandis qu'les peuplyes d'la maintchi du monde sont à s'entr' chicangni, les Russes sont à gober l'aut' maintchi! Quand nou vai tout chen'na, ch'est assez pour vouos d's'encouothagi et d'vouos faithe rêver la rouoge trie! Ch'n'est pas ravissant qu'un tas d'monde veulent lus en aller en Australie!"

"Eh bein, ma pouorre Mêrayieu," j'lî dis, en prenant la gâzette: "Nou n'sait janmais tch'est qu'i' vouos pend sus la tête! Ch'est eune bouanne chose, p't'êt' bein! I' faut espéther que l'monde s'en va s'érmettre en travâs et oubliyer les dgèrres et tout chu tîntamarre-là. Un villais m'fît l'aut' jour que Hitler n'tait pas mort! A la pliaiche dé mouothi i' pathaît tch'i' crut eune pus grand' moustache et s'en allit à Moscou! V'là tchi montre qu'un villais n'est pas tréjous su bête comme i' pathaît! Mais je n'crai pas que nou s'sait mus en Australie qu'ichîn. quand à mé j'aime ocouo mus rester dans not' p'tit Jèrri et plianter mes patates!"

George d'La Forge
Les Chroniques de Jersey 17/3/1948

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises