Les Pages Jèrriaises

L'homme propose, mais Dgieu dispose

Trenton,Michigan, USA.
Lé 26 d'dézembre, 1981.


Moussieu l'Rédacteu,

"À la vaie, fardée dans touos ses falbalas," nouos disait Manman eune séthée quand j'tions au pid du feu auprès 1'thee quand j'tais mousse y'a quâsi nénante ans, "nou n'dithait janmais qu' oulle a 'té, sèrvante chette-là!"

"Bon!", s'fît Papa, "ch'n'est pon souvent qu' tu nouos donnes tén opinnion d'autcheune femme dé ta connaîssance. Chette-là dait êt' întérêssante! Mais tu connais bein l'vièr diton tchi nouos dit qué ciel gavelé et fil'ye fardée sont des bieautés bein vite pâssées. Et tch'est qu' touos ches falbalas-là sèrvent?"

"I' n'sèrvent à rein", s'fît Manman, "et ch'est si riditchule dans un p'tit pays comme lé nouotre où'est qu' quâsi tout l'monde s'entre connaîssent. Ch'est d'Betté Angot, qué j'pâle. Oulle 'tait sèrvante siez Moussieu Âmice Amiraux tch'avait un fis tch'était ieune des grosses têtes à La Côte pour les Robîns. Quand i' r'vînt siez ses pathents en visite y'a tchiques années, Betté lî d'mandit s'ou pouôrrait trouver du travas à La Côte. 'Oui dgia,' i' lî dit. 'Comme i' s'adonne, l'agent des Robîns pour La Riviéthe ès R'nards m'a d'mandé d'engagi eune sèrvante pour li si j'en trouve ieune qué j'peux r'quémander. J'm'en r'vais dans l' C.R.C. dans un mais d'ichîn, et tu pouôrrais t'en aller à quanté mé. Mais il y fait eune fraid d'tchian dans l'hivé, là-bas, et les gages né sont pon fort miyeurs qu' ichîn, ch'est en tchi prend tan temps à y penser'. (Ch'est Madanme Amiraux tchi m'contit l'affaithe dans l'temps.).

"En bein, Betté s'en fut à La Côte et fut sèrvante siez Mait' Jean Dumathais à La Riviéthe ès R'nards. Oulle 'tait eune assez belle fil'ye, et né v'là-t-i' pon qu' un riche Moussieu Cannadgien-Français fut êprîns d'lyi. Il 'tait veuvyi et bein pus vyi qu'lyi. I' la d'mandit en mathiage s'oulle 'tait prête à adopter sa r'ligion. Ou n'mantchit pon san coup, et la v'là Madanme Alphore François Marie Tabouret, et maitrêsse d'eune belle propriêté à Grande Grève à La Côte.

"Lé bouanhomme né vêtchut pon longtemps auprès l'mathiage. I' lî'avait laîssi san bein et ou vendit la propriêté et s'en r'vînt en Jèrri. J'pense qu' ou d'meuthe dans l'Hôtel dé la Pomme d'Or en attendant d'trouver eune maîson conv'nabl'ye à acater.

"Quand j'tais siez Vouaisîn l'aut' sanm'di à marchander des ridgieaux, ou vînt là et pâssit à côté d'mé, lé nez en l'air et sans dithe ni bouf ni baf, un p'tit blianc tchian d'St. Mâlo à sa braichie et auve eune odeu d'parfum tch'était assez pour êtouffer l'pouôrre tchian et tchi m'fît penser que j'tais dans eune apotiqu'sie. Ou d'mandit pour lé 'gerant' et pus tard j'la ouï dithe: 'Eh bein, j'm'en vais acater quat' vèrges dé chutte souaie-là, mais j'n'ai pon l'temps d'arrêter pour vous à les coper car j'sis prêssie. J'm'en vais payi pour, et env'yez l'patchet à l'Hôtel dé la Pomme d'Or et m'ttez sus l'titchet qu'ch'est pour Madanme Tabouret.' Et ou s'en r'fut comme oulle 'tait v'nue sénon qu'en pêssant ou mé r'gardit du haut d'sa grandeu comme si j'tais à sa vaie!"

'"Eh bein," s'fît Papa, "oulle a ieu la chance, chette-là. Mais au mains oulle a c'menchi sa vie par travailli pour la gângni. Ch'est pus qu' nou peut dithe d'un tas d'gens tchi sont riches. Sans doute v'là tchi n'lî vaut rein d'êprouver à s'mett' du rang des danmes et mêssieux d'naîssance. Par exempl'ye, Moussieu l'Connêtabl'ye d'Auvergne est affabl'ye et pâle à tout l'monde, et Madanme d'Auvergne né s'conportéthait pon comme Betté Tabouret dans la boutique. Noblièche oblyige, et l'chein tchi sait garder sa pliaiche est bein pus heutheux et à s'n aise qué l'parvénu tch'êprouve à s'faufiler là où'est tchi n'a qu' faithe.

"V'là tchi veurt dithe que chutte pouôrre Betté, fardée et riche, né s'sa janmais la beinv'nue dans les parleurs dé la noblièche dé l'Île. Et l'fait qu' ou s'farde d'même et fait la minne d'êt' hautaine est preuve qu' ou n'lé sait pon, la pouôrre fille. Oulle est pus à pliaindre qu' à condâmner, car à mains qu'ou trouve à mathier ou s'en va s'trouver îngnorée et bein seule dans ses vièrs jours. Oulle éthait fait bein mus d'rester à La Côte. Ou n'éthait pon d'peine à trouver un bouan Jèrriais à mathier là, car lé Sieur Le Grand tch'est à Gaspé m'disait l'aut' jour, quand i' vînt en Jèrri, tchi c'menche à n'y'aver pon assez d'Jèrriaises à mathier là-bas et tch'i' y'a dangi qu' des Jèrriais éthont à mathier des Cannadgiennes-Françaises et changi d'réligion!"

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises