Les Pages Jèrriaises

Lé Roquit d'Rocqu'bert

Rocque Bèr

Allons avec mé là-bas sur la miell',
Et d'chu roquit-là j'racontrai merveill',
Si vos piês j'nos assiérons bain ilo.
Ecoutez-mé - j'veux vos pâler un mio:
- Si faut en crair' les viers du temps jadis.
Ch'tai ichin qué v'naient les pervers esprits:
Les r'vénans et les Chorchiers - chais vilains,
Qui n'cessaient d'enchorchéler les anciens!

- Bon, bon, chêqu' tu veux nos l'fair' à craire......
Et, j'ten prie, qui donc qui l'y v'naient faire?

Là, touots les Vendrédis, nou donnait Bal
Au Piton et à sa band' infernal'!
Ch'tait un véritable rendez-vous d'malins;
Satan, Chorchiers, Démons ou Dgiablotins;
Tous sus l'coupé du roc - chose êfriable -
S'êbattaient en dansant les Rond's du Dgiable.
- Ah! pardingue! chêqu' lus guérets agils
Né t'naient, dam, ni à clyous ni a qu'vill's!

- Dé vrai! nen-gua, i n'y a pas d'dout' de chlà;
Mais j'ai d'la pein' à crair' che qu'tu m'dis là!

Chutt' troup' dânale', dans chais tripots maudits,
S'y rencontrait sans caûcheur's ni habits;
Et dans chutt' mod' par yis adoptée,
Faisait des heurl's à goul' dèsmachonnée!
- Ou m'crérais p'têtr' pas - ou allez en rire',
Mais pourtant, chais vrai ché qué j'vais vos dir':
Chêqu' chais mannièr' dé criquets ou bichots
Ont lessi là la form' dé lus ergots!

-Holà! quêqu'tu m'cont', grand doue! Qui d'vis!
Sus chu roquit-la? la merqu' dé lus pis!.......

Oui! nou vé ocquo bain des trac's profond's
Qué firent en sautant chais esprits immond's.
Dé ch'qué j'dis, allons vos en asseurer;
Montons sus l'roquit et v'nez ergarder: -
- Là, viyous! ouêqu'i l'enfoncîrent lus pis!
Dissernous touots chais pâtirons frouquis;
Viyous tout's chais griffes et chais gros ortés?.....
Dé vrai, mes nèrs en sont touots A-J-T!.......

- Ah! j'vé bain, mon dou'! quêqu'ch'est qu' tout chonna!
Mais vair' mâtin! ch'est d'qu'i bain drôll' qué chla,

Dès qu' l'aub' du jeu dissipait la gniet sombr'
La troup' des Willis s'fondait en un ombr';
Dévant qu' quitter la pièch' dé lus ébats
I s'ent'nt consultaient - chais laids sélérats -
A cell' fin de souol'ver quiqu' nouveaux pians
Pour mus t'nin souos lus las chais pouor' èsfans,
Qui n'avaient ni d'fanc' ni d'boud' déhors,
Pour lus r'binfrer et d'fendr' lus corps!

- Est-i possibl'! vlà qui m'afiyz', de vrai.
Ah! vlà qui fait fremi raiqu' d'y penser!

Du roquit i s'n' allaient (s'lon lus routenn')
Courant en touôts sens la campann' vaisinn';
Et r'pendaient partout lus dang'reux vénins,
Augmentant châqu' fais la troup' des malins;
Et nou vit souvant qué l'Bé et la Bell',
Lé Vendrédi v'nant, dansaient à meveill';
Et quand au préchain Bal Satan s'montrait,
Aux sauts des danseurs lé roc r'tentissait!

- I n'y a rain d' êtonnant, nen-gua vraiment...
Ah! chais pouor' chièr's gens du vier St. Cliément!

Mais à ch'teu, - bain-seue, je n'en sis pas mâri,
Nou n'vé pus d'Chorchiers dans l'Il' dé Jerri:
Lé mond' march' la gniet comm' lé jeu sans peux
Et nou n'est pus tint comm' aut'fais, par yeux!
- Car ch'là s'est arrivé: unn' vielll' commèr'
Mé disait l'aut' jeu qué sa grande grand'mèr'
Yavait assisté, qué ch'tait à Rocqu'bert
Qu'l'art dé bain danser à tait découvert!

- En-sa ch' est d'puis! Mais jé sis d'tes idées:
Ah! qué j'somm's bain d'n'êt' pus enchorchélés!

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises