Les Pages Jèrriaises

Le Concèrt du Matîn.


Av 'ous tchiquefais oui au matîn,
Dans l'grand poummi du vièr gardîn,
Les mêles et grives vos rêvillyi
Quand ou voudraîtes accouo dormi?

Mais la mûsique est c'menchie,
Preunmiéthement, par dé touos p'tits cris,
Mais bétôt i' veinnent pus hardis,
Lus tête souos l'aile n'est pas muchie.

Lé mêle qui crie à sa mêlesse,
Et la grive qui chante sans cesse,
Linôt et mignonne, ov' lus doux cris,
Nou' s'craithait presque au paradis.

Ch'est bétôt un concèrt supèrbe,
Les viy'ous bein, jusque dans l'hèrbe,
À cherchi pour tchique chose qu'ils aiment
S'sait colimachon, ver ou graine.

Mais pour en joui ch'est au r'nouvé,
Quand tout est vèrt et bé.
S'ou voulez oui lus belle chanson
"Vous! Mes garçons, né les tithez pon!"

 

Elie

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises