Les Pages Jèrriaises

Cocolincheux


Dans l'été dès sign' de jeu
D'vant qu'nou vaie rein du solet,
Dès qué l'prumié mio-d'couleu
S'montre au d'sus du haut fossè
D'vant que l'ombre d'la nièt s'sait horte
J'l'entends chanter d'sa vouaix forte
Cocolincheux

La brise, en faisant trembl'yer
L'herbe qu'a cru dans l'vier gl'yi
Ne manque pas d'en rapporter
L' êcho d'pus d'un poulaill'yi
Car quand l'z'êtelles dispathaissent
Les co's chantent la prumié messe.
Cocolincheux

Le v'la, grimpé sus l'jutcheux
Révill'yi lé prumié d'tous,
l' se r'dèche en cl'yin'tant d's'yeux
Ses pl'yumes erlisent comme du v'loux.
l's'crainche et lë v'lo qui chante
Entendous sa vouaix perchante
Cocolincheux

Ach'teu ch'est un vrai concert,
Y'a des réponses de toutes parts
D's' êtourniaux dans les tchierthiers
Et des mouessons dans l'hôgard
De châque bouais et d'châque épine
Mais la vouaix du co' domine
Cocolincheux

Fermi, fermièthe, et valets,
Dêhallent, enfin, s'frottant l's'ièrs,
Le bri des cannes et boutchets
A vite êmotchi, l'z'avièrs
Qui galopent neux pids dans l'aithe,
Tandis qu'lus gens sont à traithe.
Cocolincheux

Pustard quand la fille s'en veint,
Pour soigni glinnes et poulets
Avec san d'vanté plien d'grain
R'gardez si l'co sait tch'est qu'ch'est,
Dès qu'ou crie "Petit-Petit"
l' l'y' amène t'ses poules vite
Cocolincheux

 

Elie

 

un co

un co

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises