Les Pages Jèrriaises

La salle dé bain

Le Ménage ès Feuvres,
St. Ouën.
Lé 6 d'octobre, 1973.

Moussieu l'Rédacteu,

I' pathaît qu'l'affaithe amende, point d'veue d'confort, dans les maiethons en Irlande du Sud. Pierre Tourgis a un vièr oncl'ye là-bas. I' s'y'en fut tout janne quand i' mathyit eune Irlandaise. Oulle 'tait la seule êfant. Ses pathents 'taient fèrmièrs. Il' avaient des vaques Jèrriaises et i' s'y'en fut pour aîdgi à faithe valer la fèrme.

L'aut' jour, Pièrre èrchut eune lettre dé s'n oncl'ye. "J'sommes riche, à ch't heu!", i' lî dît dans sa lettre. "J'avons mîns assez d'côté pour nouos vièrs jours, et j'm'en vais garder seulement deux-s'trais vaques pour aver du bouan lait sus la tabl'ye et m'aîdgi à pâsser l'temps. Ch'est en tchi j'avons 'té à la grand' boutique acater eune salle dé bain pour nouos mett' au ras des grand's gens.

"Quand tout l'bataclian arrivit j'nouos mînmes à l'mett' en pliaiche dans l'appentis à côté d'la maîson d'offices. Dé mème, j'éthons les deux c'modités ieune à côté d'l'autre. Tu n'créthais janmais tchi drôles dé choses tch'i' y'a à ameublier eune salle dé bain d'mème. d'un côté, y'a eune longue blianche affaithe comme eune auge allouangnie. Oulle est longue assez pour eune pèrsonne à s'allouangni tout san long d'dans. jé n'sai pon comme tchi qu'nou-s-appelle ch't affaithe-là en Jèrriais. J'l'appelle eune auge viyant qu'nou-s-en vait dans les clios pour abréver j'vaux et vaques. J'pense tch'i' sont tchiquefais faites en fé couvèrt d'êmail, et tch'iu' y'en a dé difféthentes couleurs en améthique, et y'en a en blianche tèrr'rie. Ch'en est ieune dé mème qué j'avons acaté ouaithe tch'i' couôtent un p'tit pus, car ta tante est d'avis qué v'là tch'îtha mus auve les pots d'chambre. Ou veurt les garder là à ch't heu a la pliaiche dé les mett' souos l'liet, mais j'crai qu'ou chang'gea d'idée quand la fraid veindra ch't hivé!

"D'l'aut' côté d'la salle y'a un manniéthe dé p'tit lavabo, en blianche tèrr'rie étout, cliuté contre l'châchais à hauteu d'taille. Lé clèrcot d'boutique tchi nouos a vendu tout chenna nouos dit qu'ch'est appelé un 'Zinn'que' et qu'ch'est fabritchit en Angliétèrre, en 'Port Célaine'. Un drôle dé nom pour d'la tèrr'rie, mais il est Irlandais, l'clèrcot, et i' nouos dit tch'i' n'avait pon 'couo ieu la chance d'apprendre l'Jèrriais. J'mé d'mande si ch'est qu'chutte tèrr'rie vient d'chu port là, mais j'n'en ai janmais ouï pâler, dé ch'ti-là, ouaithe qué j'connais les ports dé Wêmue, d'Hamptonne et d'Porchémue. Enfîn, ch'est grand assez pour sé laver les mains et s'pâsser la fache, mais eune bouanne grand' bouqu'tée dg'ieau vaut mus qand faut s'dêbarbouoilli comme i' faut en rentrant du clios.

"Quâsi dans la carre y'a un long riban d'fîn papi - j'pense bein qu'ch'est du papi à êcrithe - vié l'tou d'un manniéthe dé p'tit êsseu ou rouôleux (ch'est comme un gîndas) tch'est vissé contre l'châchais, étout à hauteu d'taille. À côté y'a eune aut' affaithe en blianche tèrr'rie pliaichie dans l'aithe. Ch'est comme si ch'tait un gros 'vase', disons dgiez-sept ou dgiez-huit pouches dé haut. Il est p'tit dans l'fond, mais grand et manniéthe dé bêlong au haut. Nou peut laver ses pids d'dans, iun à la fais, et nou peut changi l'ieau châque fais. Y'a un tuyau en dréthe, attachi contre lé châchais, tchi monte quâsi jusqu'au pliafond et tch'entre dans l'bas d'eune pétite citèrne en fé, vissée au châchais. et pis eune chaîne èrdévale d'la citèrem, et i' n'y'a qu'à haler d'ssus pour changi l'ieau et laver l'aut' pid. Ch'est mèrveilleux, quand nou-s-y pense, comme tchi tch'il' înventent des choses dé mème en Angliétèrre pour sé laver les pids!

"Mais ch'est pon tout. En d'ssus du vase y'a eune frême et un couvèrcl'ye, en êbène vèrnie, sus des fiches, qué nou peur l'ver pour s'en sèrvi et r'freunmer pour s'assiéyje dessus pour stchi ses pids. eh bein, ta tante est d'avis qué l'couvècl'ye est utile pour chenna mais tch'i' n'est pon bésoin d'y laîssi la frême, ch'est en tchi j'allons la haler et ou s'en va la faithe sèrvi pour enfrêmer l'portrait d'san grand-péthe, et l'pendre dans l'parleux!

"Ch'est eune bouanne chose qué j'sai l'Jèrriais, car lé clèrcot dans la grand' boutique voulait nouos vendre acouo un aut' mio d'butîn pour mett' dans la salle dé bain. I' nouos dit qué ch'tait un 'bidet'. Ta tante en 'tait tout-à-fait êprînse. Ou m'dit qu'oulle en avait veu iun et qu'nou pouvait s'laver les pids d'dans étout. i' pathaît qu'ch'est d'tchi înventé en France, ou m'dît. Mais comme tu l'sai bein, les femmes craient qu'la leune est faite dé fronmage. Jé n'sis pon si bête comme jé l'pathaîs, mé. J'sai bein qu'un bidet et un j'va, et ch'n'est pon eune êtabl'ye qué j'voulais acater, ch'tait eune salle dé bain! Tu pouorras la faithe sèrvi quand tu veindra vaie t'n oncl'ye et ta tante!"

George d'La Forge
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises