Les Pages Jèrriaises

Les Biautés Natuthelles

Des Richesses pour Ph'lip

Moussieu l'Editeu,

Come j'l'ai dit ben des fais, les femmes sont si drôles. Y veulent tréjous savé si chonnechin est vrai, si chonna rst un mensonge, et pourtchi que l'monde font ditet. Et ch'est des tchéstchons sans nombre. J'ai biau dithe à la Merrienne qu'ou dév'thai s'mêlé d'ses affaithes et m'laissi trantchille, mais je n'gâgne rain. Tréjous et touos les jours, même dans l'mitan d'la niet tchiquefais, quand j'voudrais dormi, ou veur savé.

Hier, ou qu'menchit à m'tchéstchonné au sujet d'la louai sûs les Biautés Natuthelles. Nou y'avait dit dans la matinée que l's'Etatstaient fôs d'l'avé passée chutte louai, et qu'l'île s'en r'pentithait d'vant long, et, comme de couôtume ou voulit d's'explicâtions.

"Eh ben, Merrienne," j'l'y dit, "bien seux qu'ch'est une drôle de louai, mais ch'n'est pas la preumié fais qu'nos Etats ont fait une bêtise, et ch'ne s'sa pas la draine."

"Oh, damme, tu peux l'dithe," ou s'fit.

"Je n'm'en vais pas prétendre que j'la comprends d'un but à l'autre," j'continuit, "mais, à ma veue la louai donne ben trop d'pouvé au comité. Nou avait creu que p'tit à p'tit y nos r'veindrait un mio d'liberté, mais ch'est l'contraithe."

"Mais, éxplique don!" ou s'fit impâtientment.

"Donné-mé l'temps, et n't'éxcite pas," j'l'y dit. "A qu'menchi, n'y'a rain d'changi au sujet du bâtissage. Si j'voulais êrigi un poulaillyi dans l'coin du gardin, ou transporté nos lapins de ouèsque y sont ach'teu un couplye d'pérques pûs lien, y faudrait ocquo d'mandé pérmission, et y faudrait attendre, p't'être des mais d'vant avé la visite de tchiques membres du comité dans un biau môteur appartenant à lûs département, et maintin par des imbéciles comme nous. Y' éthait ocquo chais formes à signé, et, pûs qu'probablye, la volaille et les lapins éthaient crévé d'viéillèshe, d'vant que l'Comité nos dithaient oui ou non."

"Mais, ch'est âffreux," ou s'fit, "et l's'Etats s'sont accordés à chonna?"

"Vèthe, ma vieille," j'l'y dit, "mais y'a ocquo pièthe. A l'av'nin, si j'voulons peinfre la maison, je n'pouôrrons pas chouaisi la couleu. Et si j'avons l'idée le rouoge ou l'biu, et que l'Comité veur du jaune ou du bianc, che s'sa d'même, et j'n'éthons pas un mot à dithe. N'y'a pas un bâtisse sûs la férme que j'pouorrons peindre à notre goût."

La Merrienne me r'gardit en fache, ses mains sûs les bras d'sa tchaise. "Ecoute, Ph'lip," ou d'mandit sévèthement, "est-che des sornéttes que tu'ès à m'raconté, parsque je n'veur pas ditet?"

"Nânin," j'l'y dit, "ch'est la puthe véthité. Mais ach'teu j'm'en vaus t'éxplitchi pourtchi qu'tant d'nos membres de campagne votîtes pour la louai. Y'a une nouvelle clause tchi lûs pliaisait hardi, et y'a une chance que té et mé, ma vieille, si j'savons comment nos y prendre, j'pouôrrons en profitavec touos l's'autres."

"Ch'est comme chonnechin," j'continuit. "Yun d'chais jours j'êcrithai au Comité, lûs dîsant qu'j'ai décidé d'accaté une doûzaine de vaques à lait, et que j'veur bâti une neuve êtablye dans l'gardin à pommièrs."

"Achocre que tu'ès," ou s'fit, "quand touos les fermiers disent que lûs vaques ne paient pas."

"Vèthe," j'm'accordit, "mais ils en gardent de pûs en pûs quand-même. Faut dithe, tch'y prospèthent sûs lûs pertes. Laisse-mé fini, et tu comprendras. Le Comité, ben seux, dithont nânin, car nou peut craitre des patates dans l'gardin à pommiers, et d'l'herbe pour les bêtes, sans pâslé des pommes pour du cidre. Mais, souos la clause que j'ai mentionné, j'éthai drouait de d'mandé compensâtion pour la perte que j'ai souffert, et y s'sont forchis d'péyi. Pour la perte de mes douze vaques tch'y m'ont empêchi d'accaté je r'cliâmthai au mains trais chents louis, et quand j'éthai les sous dans la banque, je m'méttrai dans l'idée d'bâti d'nouves cottes en d'vant d'la maison pour une trentaine de couochons que j'veur accaté. Pour la s'conde fais l'Comité dithont nânin, et pour la s'conde fais y m'veindra un chèque. Ch'est tout-à-fait simplye, ma Merrienne."

Mais, ou châtchit la tête. "Man pouôre Ph'lip," ou dit, "ch'nest pas l'Comité tch'y sont simplyes, ch'est té."

"Et ben," je m'fit, "tu me r'dithas."

Ph'lip
1952

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises