Les Pages Jèrriaises

D'èrtou en Jèrri

Le Ménage ès Feuvres
St Ouën

Lé 3 d'juîn, 1978

Moussieu l'Rédacteu,

Quand j'èrvîns en Jèrri l'année pâssée j'mé dêcliathis chanceux d'pouver continnuer à viagi en Jèrri dans mes vièrs jours. Eh bein, m'y r'vélà acouothe eune fais, un an pus âgi et j'peux acouo exprînmer ma jouaie et l'pliâisi dé pouver r'vaie mes vièrs anmîns et d'èrmarchi les vièrs quémîns ichîn ès Landes qué m's anchêtres ont vressé tant dans l'temps jadis, et sanctifiés par lus duthes vies, lus couothage et îndustrie.

Et comme l'année pâssée j'peux m'ramémouaither qu'en 1955, quatre ans après la foundation d'L'Assembliée d'Jèrriais dé tchi j'eus l'honneu d'êt' lé preunmié Ségrétaithe, des vèrsets întitulés Rafales dé d'Siez Nous mé fûdrent dêdiés dans san dgiexième bulletîn. Né v'chîn iun d'ches vèrsets:-


Man vièr Jèrri -
J'y tcheins -
M'èrvélo, ch'est finni! . . .
Quarante ans hors au large . . .


J'm'en r'veins pour y mouothi.
Jé s'sai l'tou d'La Corbiéthe
Dans tchiques sémaines d'à ch't heu!
Jèrri où'est qué j'sis né-
Mon doue, mais tchi bonheu!


Eh bein, les quarantes ans hors au large sont pus qu'souoxante à ch't heu et né v'là vîngt-trais ans dépis qu' chu vèrset fut publiyé et j'sis r'vénu en Jèrri touos l's ans et j'peux acouo dithe Jèrri, où'est qué j'sis né mon doue, mais tchi bonheu! Mais quant à l'idée d'y r'vénîn pour mouothi, ch'est aut' affaithe! Lé vièr et aimabl'ye Pape Jean XXIII, quand i' lî fut annoncé que sa dreine maladie allait êt' fatale, dît ès cheins ou d'li qué comme autchun jour 'tait bouan à naître, autchun jour 'tait bouan à mouothi. Quant à mé, j'pense qué quand la trompette sonn'na i' faudra patchi mes tailes, qué ché s'sait en Jèrri ou en Améthique, mais si j'avais l'nom du pays ou d'la pliaiche où'est qué j'sis pour mouothi, j'n'îthais janmais là ch'là ch'est bein seux!

Hélas! I' y'a ieu bein des changements duthant ches vîngt-trais ans. Pas tant dans La Route des Palliéthes et La Route des Landes, ouaithe tch'i y'a des maîsons qué lus anciens propriêtaithes n'èrconnaîtraient pon. La maîson où'est qu' Miss Maugi soulait aver eune couôtuthethie et où'est qu'ma tante et marraine d'Aubert (née Annie L'Feuvre) apprînt sa vocâtion par exempl'ye, a hauchi hardi et est dév'nue manniéthement hôtel et aubèrge. La maîson d'fèrme d'l'aut' côté d'la route est embellie. Lé carrefour des Palliéthes a un coupl'ye d'maîsons d'pus. Lé but d'la rue en a ieune étout. Au Pallion, eune maîson a 'té honorée par l'atchisition du nom dé P'tit Châté. L's anciens n'en r'veindraient pon s'i' pouvaent vaie un châté, p'tit ou grand dans lus rue, mais il' éthaient à chèrchi pour lé châté eune fais entrés dans l'bel!

I' trouvethaient du nouvé dans Les Landes, les anciens. I' vèrraient lus vièr châté d' Gros Nez, mais i' sé d'mand'daient tch'est qu'est chute haute tour qué l's Allemands batissîdrent pas liain du châté. Et pis quand i' veindraient d'l'aut but des Landes i' créthaient qué l'Satan a êtablyi un fou là pour garder les chorchièrs cauds au vendrédi au sé lé vendrédi étant l'jour dé lus sabbat. Et pis i' vèrraient un pont à bascule pour bostchuler les tchuthieux attriotchis là par la lueu du feu quand les chorchièrs sont à célébrer lus infèrnals maûfaits.

Pour les gens tchi d'meuthent lé tou des Landes à ch't heu, il est tout probabl'ye qué rein n'lus semblient drôle, car i' n'y'a pon fort dé Jèrriais d'restant. Et y'en a mains touos l's ans quand j'èrvîns. Chutte fais ch'est Fraînque et Eva L'Mèrquand à Gros Nez tchi n'sont pus. Ch'tait pliaîsant d'pouver bavarder en Jèrriais d'St. Ou auve ieux quand j'les viyais dans l'bel en pâssant.

Heutheusement qu' les fossés restent en pliaiche, ornés dé toutes les sortes d'flieurs et d'vèrduthe par la natuthe. J'pense tréjous qu' ch'est danmage d'aver à l's' êmonder quand veint la visite du branquage. Mais i' s'êcroulent, les vièrs fossés, et pèrsonne né pathaît prendre lé temps dé r'mett' les pièrres en pliaiche. La main d'oeuvre couôte tellement qué les fèrmièrs né peuvent pus souangni d'un tas dé p'tits travaux comme dans l'temps jadis. Et né v'là probabliément la raîson pour la dispathition des p'tits troupieaux d'vaques dans la mâjorité des fèrmes.

Tch'est qu' j'en pense, des changements? Eh bein, étant consèrvateur dans l'âme, j'pouôrrais m'graie sans, mais i' faut admettre qué l'pâssage du temps l's apportent, et j'sis r'connaîssant qué man vièr Ménage est situé dans eune partie d'l'Île tchi n'est pon 'couo trop avraûnée par les activités en consequenche du tourisme.

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises