Les Pages Jèrriaises

La farcéthie




L's êdrédons sont hardi populaithes au jour d'aniet, sustout siez les jannes gens, et don y'a probabliément eune mâjorité d'êfants en Jèrri tchi n'ont janmais fait un liet d'env'loppe, ni connu chutte farce faite à ieux nitout. Mais, pouor les cheins tchi font acouo sèrvi des lîncheurs et des bliankets, né v'là au mains eune suggestchion pouor un paîsson d'Avri.

Temps pâssé, lé preunmyi d'Avri 'tait connu comme la journée des coues, pa'ce qué les farceurs soulaient attatchi des coues en papi ès dos des pouôrres innouothants tchi traînaient don lus coues par les c'mîns sans lus en appèrchéver. Nou dithait “pendre eune coue à tchitch'un”. Autrément nou copait un paîsson en papi pouor êpîler sus l'dos d'sa victînme.

Et chein qu'ag'vait pus qu'autcheune chose 'tait quand les garçons dessinnaient un paîsson sus l'dos d'lus parchonnièrs auve d'la craie avant d'lus cârrer hors d'la vaie des paffes des cheins dessinnés. J'ai-t-i' souffèrt d'dessins en craie sus man dos quand j'tais mousse, mé! Mais viyant qu'au jour d'aniet nou fait sèrvi des blianches plianches, à la pliaiche des néthes plianches, dans l's êcoles, j'éthais creu qué né v'là acouo eune farce oubliée.

S'ou voulez faithe eune itelle farce en Jèrriais, ou pouôrrêtes êcrithe “codpise-mé!” sus eune fielle dé papi et l'attatchi au dos d'un collègue au travas - mais jé n'voudrais pon trop encouothagi d'itelles farces bouonnes, sustout auprès méjeu.

Mêfi'-ous don des coues et des paîssons!

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises