Les Pages Jèrriaises

Les Vieilles Filles

Chanson Jersiaise

Chacun s'moque des vieill's filles!
Iun dit: "Ils ont l'nez pointu!"
L'autr': "I' sont trop difficiles,
Ch'est du vinaigre tout cru!
Quand i' n'sont pon à l'église
I' n'font, pour se passer l'temps,
Qu'inventer quique sottise,
Et pis l'mett'nt sus l'co ès gens!
Nou dit qu'la langu' des serpents
Est pointue
Est pointue
Mais la leur l'est d'abouon pus!"

V'là les biaux discours que font
Gens malins de coeu' pervers,
Et pis, les vilains qu'i' sont,
Ils ajouot'nt: "A qu'est qu'ch'la sert!"
Pour mai, ècoutant ditet,
Outré de tant d'malveillance.
Je m'sis dit: "Lèv'-tai, valet!
Happ' ta plium' pour lus défense!
Ne pouvant pus prendr' la lance,
Comme aut'fais,
Comme aut'fais,
Du temps des preux chevaliers!" -

Que ch'tait là drôl's de temps!
Chacun, voulant fair' la cour,
S'capuchait ov' touos venants
Pour la dame dé s'n'amour!
Cheux qui f'raient ditet à ch't'eu,
Nou n'en f'rait ni iun ni deux
Pour lux mettre un Curateu'! -
P't'êt' ben mêm' que l'Procureux
Dirait, en rouolant les yeux,
"Je conclus,
Je conclus,
A ch'que chés gueux saient pendus!"

Mais r'venon' à nos Brébis,
(Dir' Moutons ne s'rait pas ben,)
Nou les traite avec mêpris,
Disant qu'i' n'sont bouonn's à ren!
Et qui donc fait des bonnets
Pouor les pouôr's èfants touos nus?
Et des quair's si ben brodées
Que nou n'ôs' s'assièr' dessus?
Et pis que nou m'dis' de pus,
Qu'est qu'les cats,
Qu'est qu'les cats,
F'raient si n'y en avait pas?

Car la maison d'la vieill' fille
Est des cats le paradis,
L'cat qui là trouve un asile
Peut quitter touos ses soucis!
Pus d'coups d'pi, ni d'rouâbleries!
Pus d'souoris, ni d'lai cailli!
I' peut passer ses neu' vies
A ronner, ou à s'licqui!
Ben louogi, et ben nouorri,
Et traité,
Et traité,
Mus que jamais roi n'a 'té! -

Es vieill's fill's nou fait affront
De ch'qu'i' n's'appell'nt pon Madame!

Laelius
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises