Les Pages Jèrriaises

Les vents d'Est


Merrienne ne l's'aime Pas

Moussieu l'Editeu,

J'ai tréjous r'mertchi que quand y nos veint des vents d'Est la Merrienne est têtoigne et roupilleuse comme tout. Ne v'la pûs d'une semaine que j'ai bein d'la peine à l'enduthé.

Ou s'est minse dans la tête, par examplye, qu'un bouon matin, si les vents n'changent pas, nos patates s'sont fricachies. Et don, dans les quatre heuthes, quand y faut ocquo niet, ou m'baille un co-d'pid dans l'dos pour me rêvillyi et m'faithe déshallé pour vais si y'a une bianche gelee. J'ai biau l'y dithe de s'touoné d'bord et de m'laissi trantchille, ou n'me donne pas un instant d'paix si je mets pas mes brais et mes chavethes allé d'hors examiné l'temps. Et j'vos asseuthe, Moussieu, que chais matins nou n'y brule pas, quand y faut deshallé à maintchi nud. Y m'prend une bouonne dem'ieuthe à m'rêcauffé quand j'me r'pique au liet.

Enfin, jusqu'ichin les rapports ont fait favothablyes, et pûs tard dans la journée la bouonnefemme r'deveint un mio pûs normale. Au moment oulle est intérêssie dans la tchéstchon d'la vacance pour Juré-Justicier, et hier au sé ou m'dit qu'oulle tait bein contente d'avé apprint que l'sieur Orange se portait candidat. Ou n'criyait pas tch'y s'sait oppôsé.

"Ch'est un charmant corps," ou dit, "et un vrai Jêrriais. Sûs chais points-là y tcheint de s'n'onclye, tch'y fut si longtemps Député d'Saint-Brelade."

"Ch'est bein vrai," j'l'y dit, "mais tu sais, Merrienne, ch'n'est pas comme aut'fais. Ch'n'est pas tant des bouons Jêrriais tchi nos faut comme des mêssieux tch'ont passé d's'années hors l'île et tch'y sont r'venus ichin avec le rang d'mâjeur ou colonel. Ch'est d's'officiers tch'y nos faut, ma fille, et nou m'a même dit qu'nou pâsle d'une louai par latchelle autchun homme ne pouôrra s'présenté comme candidat s'y n'est pas qualifié d'la sorte. Dans l'temps d'man pèthe, nou chouâississait un bouon citoyen tch'avait servi sa pâraisse comme Connêtablye, et s'il avait corpotha dans la Milice tant mûs, mais ch'n'est pas des ex-Connêtablyes ou des corpothaux tch'y peuvent faithe de nos jours. Y n'est pas même nécéssaithe de pouvé pâslé l'Jêrriais, ou d'savé la difféthence ente une g'niche r'nouv'lé ou yunne tchi n'est pas ocquo mathiée.

"J'ai même ouï pâslé," j'continuit, "d'un général du bord de l'Est tch'y n'dithait pas nânin. Il est dans les souësante et pour au mains vingt ans il a tait parmi les négres je n'sais pas iou. Y cliopinne, y n'entend pas pour dithe, et nou ouait tch'il est drôle toutes les pliennes lunes, mais sans doute y s'sait accéptablyé. S'y prend j'en craindrais pour le Sieur Orange ou pour autchun autre bouon Jêrriais tch'y n'a pas au mains une doûzaine de médailles."

"Ch'est bein triste," ou s'fit, "mais ch'est la faute à nous Jêrriais. Si j'avions la maintchi d'l'indépendance et du couothage de nos anchêtres, j'ne s'saimes pas dans un tait pité ach'teu. Mais, paslent d'autre chose Ph'lip, ne v'la les shows tchi r'veinnent, et j'pensé bein que comme de couôtume tu voudras allé ichin et là perdre tans temps l'tou du ring, épis, quand veindra l'sé j'en éthait pour au mains un couplye d'heuthes à t'écouté tandis qu'tu m'raconte les bêtises que les juges ont fait. Mais j'te dis d'avanche que chutte fais, si tu r'veins comme y s'est arrivé tchiquefais, j't'enviêthai à t'couochi sans même une tasse de tais. J'n'ai pas r'oublié la séthée qu'tu m'dis qu'un certain avait montré une charmante jeune vaque dans la class pour les viers bśux. Ch'est pourtchi, r'garde à té  !"

Je ne savais pas tchi dithe, Moussieu, car ch'tait vrai assez, mais ch'est une chose tchi m'n'arrive pas souvent et chu coup j'm'en vais être bein r'gardant. Y pathait qu'y'a d's'entrées en mâsse, et qu'les clios s'sont à peine grands assez. Eh bein, Moussieu, quant à mé, tant pûs, tant mûs.

PH'LIP
24/4/1954
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises