Les Pages Jèrriaises

Une visite entre deux vaizins oprès la dernièze élection de Juge

A M. l'Éditeu de la "Nouvelle Chronique."

Mousieu, - Si ou créyiz que chès deux ou trais lignes faisches pliaisi à vos nombreux lecteurs, aiyiz la bontai de les publier dans vot préchain numéro.

Une visite entre deux vaizins oprès la dernièze élection de Juge.

Le vaizin Charles tappe tréjous devant entrer, en disant: quèst qui se cauffe? - Les pus préchains du feu; entre vaizin.

Bonjour, vaizin Abréhan

Eh! bonjour Charles, qui bouanne nouvel nos apportes-tu? Nancy, apportes un siège pour le vaizin. Assieds-té.

Eh bain! vaizin Abréhan, en allant m'né le poulain au clios, j'em sis dit i faout que j'crie en passant à vaie quèsque tu chante de bouan oprès l'élection; fus-tu donné ta vouaie Mardi? - oui gia, man garçon, et voti pour M. W. Bisson, raide comme un cliou; et té i fus-tu?

Mais nenni gia, j'en étais bain guézi par une chiquette d'erfedeuze qui m'empêchi de coulé ma botte, aoutrement, j'ézais étai votao pour M. Bisson étout; mais il a ieu bain des vouaies Mardi; il en ézait ieu bain dautres s'il avait été sus les rangs; qu'èst la raison vaizin Abréhan qui n'fut pon proposai au dernyi meetin, èst-che viyant qui n'a pon deux R à san nom? - Ah! my good, nennin, vaizin Charles, tout chonna est du stuff; il est aussi bouan qu'aucun d'yieux, aussi honorable, et, pour en dize le mains, aussi clever; mais tu sais-bain, vaizin, que M. W. Bisson est un gaillard qui vé bain clié, trop clié au goût de certains membres des ruines de la Collette et qui a mins bain de qué au jaour par le moyen de ses lettres, et qqui n'ont pon peu être contredites; né v'la pour qui il ont objection qu'il ait un siège sus lus banc; ne v'la le mystèze, comprends-tu vaizin Charles.

Ah! oui gia, vaisin Abréhan, t'uas dit vrai. a la préchaine élection de Juge, touos les vrais Jerriais devraient allé en mâsse voté pour chet homme-la qui s'est donnai pus de peine qu'aucun aoutre homme dans le pays pour dêcouvri not' pouore état. Eh bain, vaizin Abréhan, j'espèze qu'a la préchaine élection je pouorrai coulé ma botte, et qu' j'izons ensemblle voté pour M. W. Bisson, l'anmin de san pays.

Je vous salue, Mousieu l'Editeu,
Un Electeu.
Mont-Mado, Mars 28, 1878


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises