Les Pages Jèrriaises

La Forme dé célébrer l'Mathiage

s'lon la Litourgie Anglyicanne Française dé 1663

Preunmiéthement, il est d'mêtchi qu'les Annonches dé touos les cheins tchi veulent lus mathier saient publiées dans l'Églyise trais Dînmanches ou jours dé Fête, à l'heuthe du Divîn Sèrvice, tout drait d'vant les sentences tchi lus liêsent pouor l'Offèrtouaithe, lé Minnistre dîthant en la manniéthe dé couôteunme.

Jé publyie l's Annonches dé Mathiage entré N. dé ......... et N. dé ......... S'i' y'a autchun d'vous tchi sache tchique raîson ou tchique annicroche pouortchi qu'ches deux pèrsonnes né piêssent pon êt' jouaintes en Saint Mathiage, ou d'vez l'dêcliather. Chette-chîn est la preunmiéthe, la s'gonde ou la traîsième Annonche.

Et si les cheins tchi veulent lus mathier d'meuntent en difféthentes pâraisses; l's Annonches s'sont publiées en toutes les deux pâraîsses; et l'Minnistre dé ieune des pâraisses n'les mathiêtha pon sans aver eune attestâtion d'l'aut' Minnistre qu'les Annonches ont 'té publiées trais fais.

Au jour tèrmié pouor la célébrâtion du Mathiage, les cheins tchi veulent lus mathier veindront en l'allée d'l'Églyise acanté lus anmîns et lus vaîthîns. Et mâtés là l'iun au ras d'l'aut', l'houmme à la main dêtre, la femme à la main s'nêtre, lé Prêtre ditha:

Êv'chîn Christ a approuvé chu saint Êtat et l'a honothé d'sa présence et du preunmié mithacl'ye qu'i' fit en Cana en Galilée. Mes chièrs et bein-aimés, j'sommes ichîn assembliés en la présence dé Dgieu et d'chutte assembliée à seule fîn d'jouaindre ch't homme et chutte femme ensembl'ye au saint Êtat d'Mathiage; tch'est un êtat honothabl'ye grée par Dgieu dans l'Paradis au temps d'l'înnouothence dé l'homme, et tchi r'présente l'Unnion mystique tch'est entre Christ et s'n Églyise. Êv'chîn Christ a approuvé chu saint Êtat et l'a honothé d'sa présence et du preunmié mithacl'ye qu'i' fit en Cana en Galilée. Et Saint Paul l'èrquémande coumme honothabl'ye entré tous. Né v'là pouortchi qu'nou n'dait pon entréprendre d'y'entrer téméthaithement, ligiéthement, ou d'sordonnêment pouor satisfaithe ès affits et ès envies d'la chai; mais auve révéthence, auve discrétion, auve prudence, auve tempéthance, et en la crainte dé Dgieu; considéthant meûthement les raîsons, pouortchi qu'lé mathiage a 'té ordonné.

La preunmié raîson est d'aver d's êfants pouor l's êl'ver en la crainte et la disciplyinne du Seigneu, à la glouaithe dé san Nom.

La s'gonde est pouor sèrvi d'èrmiède contre lé péché, et pouor cârrer la paillardise; à seule fîn qu'touos les cheins tchi n'ont pon l'don d'cont'nanche piêssent lus mathier, et lus garder d'êteuth'thie, coumme étant membres du Corps dé Christ.

La traîsième est pouor la sociêté, pouor l'aîgue et pouor l'entré-souôlag'gie qu'l'homme et la femme daivent aver l'iun d'l'aut', tant en prospéthité qu'en advèrsité. Ch'est pouor êt' jouaintes achteu en chu saint êtat qu'ches deux pèrsonnes sont v'nues ichîn. Né v'là pouortchi qué s'i' y'a tchitchun tchi sache tchique juste annicroche pouortchi qu'i' n'piêssent êt' légitînmement jouaintes ensembl'ye, qu'î' l'diche dêliêment, ou qu'à l'av'nîn i' s'en taise à janmais.

Épis pâlant ès pèrsonnes tchi daivent êt' mathiées, i' lus ditha:

J'vos oblyige et j'vos enchèrge coumme ous en d'vez rêpondre au jour d'la jug'gie, quand touos les s'grets d'touos les tchoeurs s'sont dêmuchis, qué si l'iun ou l'aut' des deux d'vous sait tchique annicroche pouortchi ou n'piêssêtes êt' légitînmement mathiés ensembl'ye, ou l'confêssêtes. Ch'est en tchi asseûth'-ous qu'touos les cheins tchi sont conjouaints autrément qu'la Pathole dé Dgieu né l'alloue et n'l'approuve, né sont pont conjouaints dé Dgieu, et qu'lus Mathiage n'est pon légitînme.

Si tchitchun lève eune cliâme qu'i' y'a tchi annicroche pouortchi qu'i' n'piêssent êt' mathiés s'lon la louai dé Dgieu, et s'lon les louais d'chu Rouoyaume, et s'il est content dé s'oblyigi envèrs les parties auve caûtion suffisantes (ou s'i' veurt dêpôser un gage jusqu'à la plieine valeu des dêbours et des dêpens qu'les pèrsonnes à mathier pouôrront faithe) qu'i' prouv'tha s'n atchûsâtion: en chu cas l'mathiage s'sa ajourné entréchîn qu'la véthité sait dêmuchie et prouvée; s'i' n'y'a pon d'annicroche, lé Minnistre ditha au Bruman:

N. veurs-tu aver chutte femme pouor ta Bouonnefemme et Bru, et vivre auve lyi s'lon l'ordonnance dé Dgieu, au saint êtat d'Mathiage? Veurs-tu l'aimer, chiéthi, honother, et garder en temps d'maladie et d'santé? Et r'nonchant toutes aut's femmes, veurs-tu t'amather à lyi seule tant qu'ou vivthez touos les deux?

L'Houmme rêponn'na:

Jé l'veurs.

Épis l'Prêtre ditha à la Femme:

N. veurs-tu aver ch't houmme pouor tan Bouonhoumme et Bruman, et vivre auve li s'lon l'ordonnance dé Dgieu au saint êtat d'Mathiage? Veurs-tu li'obéï, l'sèrvi, aimer, honother, et garder en temps d'maladie et en temps d'santé, et r'nonchant touos aut's hoummes, veurs-tu t'amather à li seu tant qu'ou vivthez touos les deux?

Et la Femme rêponn'na:

Jé l'veurs.

Épis l'Minnistre ditha:

Tchi qui bâle chutte femme en Mathiage à ch't houmme?

Épis i' lus bâr'ront la fouai l'iun à l'aut' en chutte manniéthe.

Lé Minnistre èrchévant la femme d'la main d'san Péthe ou d'ses anmîns, la f'tha prendre à l'houmme par la main dêtre, et lî f'tha dithe chein tchi sied:

Mé N. j'té prends N. pouor ma Bouonnefemme et ma Bru, sait qu'tu sais miyeuthe ou piéthe, pus riche ou pus pauvre, promettant dé t'aver et dé t'garder maîsouîn chu jour et à l'av'nîn en maladie et en santé, dé t'aimer et t'chiéthi s'lon la saint ordonnance dé Dgieu, entréchîn qu'la mort nos s'pathe; et sus chenna j'té bâle ma fouai.


Épis i' lâqu'thont les mains et la femme prannant l'houmme par la main dêtre, ditha étout auprès l'Minnistre:

Mé N. j'té prends N. pouor man Bouonhoumme et man Bruman, sait qu'tu sais miyeu ou piéthe, pus riche ou pus pauvre, promettant dé t'aver et dé t'garder maîsouîn chu jour et à l'av'nîn en maladie et en santé, dé t'aimer et t'chiéthi et t'obéï s'lon la saint ordonnance dé Dgieu, entréchîn qu'la mort nos s'pathe; et sus chenna j'té bâle ma fouai.

Auprès chenna i' lâqu'thont lus mains, et l'houmme bâr'ra à la femme eune Bague, la m'ttant sus l'livre auve chein tch'est deu au Prêtre et au Coûteu, et l'Prêtre prannant la Bague, la bâr'ra à l'houmme pouor la mett' au quatrième dé d'la main s'nêtre d'la femme, et l'houmme ditha auprès l'Prêtre:

J't'mathyie atout chutte Bague, j't'honothe atout man corps, et j't'accorde touos mes beins d'chu monde, au Nom du Péthe et du Fis et du Saint Esprit. Âmen.

Achteu l'houmme laîssant à la fmme la Bague au quatrième dé d'la main s'nêtre, et touos les deux lus agenouoillant, lé Minnistre ditha:

Prions Dgieu. Dgieu Êtèrnel, Criateu et Consèrvateu du genre humain, Donnateu dé toute grâce spirituelle, Auteu d'la vie Êtèrnelle, vèrse ta bénédiction sus ch't houmme et chutte femme tan sèrveux et ta sèrvante, qué j'bénissons en tan Nom, à seule fîn qué coumme Isaac et Rébecca vêtchûdrentlouoyalement ensembl'ye, d'même ches'-chîn piêssent vraînment accomplyi et garder les vouêthies et alliéthies qu'i' lus sont entré-faits l'iun à l'aut' (dé tchi chutte Bague réciproquement baillie et r'chue est l'sîngne et l'gage) et qué d'même i' d'meuthent tréjous dans eune fèrme paix et dans eune parfaite amiêtchi l'iun acanté l'aut', vivant s'lon tes saints c'mandements, par Jésû-Chri not' Seigneu. Âmen.

Achteu l'Prêtre jouaignant les mains dêtres, ditha:

Les cheins qu'Dgieu a conjouaints, qué l'homme n'les s'pathe pon.

Viyant qu' N. et N. sont d'avis ensembl'ye d'lus saint Mathiage, et qu'il' ont têmouongni l'avant à Dgieu et l'avant à ch't' Assembliée, et qué pouor ch't êffet il' ont bailli et engagi lus fouai l'iun à l'aut', et qu'il' ont étout dêcliathé tant par la jouaindrie d'mains qu'par la donnâtion et par l'acceptâtion d'eune Bague: j'dêcliathe qu'i' sont Bruman et Bru, au Nom du Péthe, et du Fis, et du Saint Esprit. Âmen.

Et l'Minnistre ajouôt'ta chutte bénédiction:

Dgieu l'Péthe, Dgieu l'Fis et Dgieu l'Saint Esprit vos bénisse, vos consèrve et vos garde; lé Seigneu par sa mînséthicorde lanche sus vous l's ièrs d's faveu, et vos rempl'ye tellement d'ses grâces et d'ses bénédictions spirituelles qu'auprès aver ichîn vêtchu ensembl'ye en l'respectant ous piêssêtes à la fîn joui d'la vie êtèrnelle. Âmen.

Épis l'Minnistre, ou les Coûteurs, allant à la Tabl'ye du Seigneu, dithont ou chant'tont l'Sieaume tchi sied:

Sieaume 128


L'chein tch'a du respé pouor l'Êtèrnel et marche dans ses c'mîns, est-i' beinheutheux! Tu'en mang'geas du frit du travas d'tes mains, tu s'sa beinheutheux, et tout îtha bein auve té. Ta femme s'sa au d'dans d'ta maîson, coumme eune vîngne chèrgie d'frit, et tes êfants coumme des jets d'olivyi à l'entou d'ta tabl'ye. Êv'chîn dé vrai s'sa bénîn l'chein tch'a du respé pouor l'Êtèrnel. L'Êtèrnel té bénitha d'Sion et tu vèrras l'bein d'Jéthusalem touos les jours d'ta vie, et tu vèrras l's êfants à tes êfants et la paix sus Israël.

Glouaithe sait au Péthe, et au Fis, et au Saint Esprit, coumme i' 'tait au c'menchement, coumme il est achteu, et coumme i' s'sa ès âges des âges. Âmen.

Ou chu Sieaume:

Sieaume 67


Qué l'Bouôn Dgieu ait pitchi d'nous et nos bénisse et qu'la lueu d'sa fache lithe sus nous, à seule fîn qu'lé monde vaient cliaithement tan c'mîn sus la tèrre et tan salut entré les nâtions. Qu'les peupl'yes té louangent, Oh Dgieu, qu'touos les peupl'yes té louangent! Qu'les nâtions lus rêjouissent, et chantent auve d'la jouaie, car tu jug'geas les peupl'yes en justice et dgid'das les nâtions d'la tèrre. Qu'les peupl'yes té louangent, Oh Dgieu, qu'touos les peupl'yes té louangent! La tèrre a offèrt ses récoltes et l'Bouôn Dgieu, not' Bouôn Dgieu, nos bénit. L'Bouôn Dgieu nos bénitha - qu'nou l'respecte jusqu'ès buts du monde.

Glouaithe sait au Péthe, et au Fis, et au Saint Esprit, coumme i' 'tait au c'menchement, coumme il est achteu, et coumme i' s'sa ès âges des âges. Âmen.


Chu Sieaume finni, l'houmme et la femme étant agenouoillis l'avant à la Tabl'ye du Seigneu, l'Prêtre s'mâtant à la Tabl'ye du Seigneu et s'touônnant vèrs ieux, ditha:

Seigneu, ai pitchi d'nous.

Rêponse:

Christ, ai pitchi d'nous.

L'Minnistre:

Seigneu, ai pitchi d'nous.

Nouotre péthe, tch'es dans les cieux, qué Tan nom sait saint, tan règne veinge, ta volanté sait faite sus la tèrre coumme au ciel. Donne-nous aniet nouot' pain dé touos les jours et pardonne-nous nouos péchés, coumme j'pardonnons ès cheins tchi nouos ont offensés; et né nouos laîsse pon tchaie dans la tentâtion. Mais d'livre-nous du ma. Âmen.

L'Minnistre:

Oh Seigneu, sauve tan sèrveux et ta sèrvante.

Rêponse:

Tchi mettent lus fouai en té.

L'Minnistre:

Oh Seigneu, envyie-lus s'cours dé tan saint lieu.

Rêponse:

Et maintchein-les tréjous.

L'Minnistre:

Sai-lus eune tou et eune fortérêsse.

Rêponse:

L'avant à lus enn'mîns.

L'Minnistre:

Êtèrnel, êcoute not' démande.

Rêponse:

Et qu'not' cri veinge à té.


L'Minnistre:

Oh Dgieu d'Âbréhan, Dgieu d'Isaac, Dgieu d'Jâcob, béni tan sèrveux et ta sèrvante ichîn présents, et sème la s'menche d'la vie êtèrnelle en lus tchoeurs, à seule fîn qu'chein qu'il' apprendront d'ta sainte Pathole à lus utilité, i' l'mettent en êffet. Èrgarde-les du Ciel, Seigneu, en ta mînséthicorde et les béni. Et coumme tu donnis aut'fais ta bénédiction à Âbréhan et à Sara, à lus grand souôlagement, veurs étout aveindre ta bénédiction sus tan sèrveux et sus ta sèrvante, à seule fîn qu'obéïssant à ta volanté, i' saient tréjous asseûthés d'ta protection, et qu'i' continnuent d'êt' toute lus vie en t'n amour, par Jésû-Chri not' Seigneu. Âmen.

La priéthe tchi sied s'sa laîssie horte quand la femme n'es'sa d'aut' d'âge d'porter d's êfants:

Oh Seigneu minséthicordgieux et Péthe Céleste, tchi fais par ta grâce qu'lé genre humain craîsse et multiplyie, j'té supplions d'vouler béni d'eune lîngnie ches deux pèrsonnes, et d'lus bailli d'vivre si longtemps honnêtement et en eune sainte amiêtchi l'iun auve l'aut', qu'i' piêssent vaie lus êfants êl'vés en la piêté Chrêtchienne et en la vèrtu, à ta louange et à ta glouaithe, par Jésû-Chri, not' Seigneu. Âmen.

Oh Dgieu par ta piêssance înfinnie as grée toutes choses dé rein, et tchi, auprès aver mîns l's aut's criatuthes en lus ordre, a voulu qu'la femme ait prîns s'n originne dé l'houmme formé à t'n înmage et à ta sembliance, et tchi en les jouaignant ensembl'ye, nos a bailli à comprendre par chenna qu'i' n'est pon alloué dé s'pather les cheins qu'tu'as unni et conjouaint par Mathiage; tch'as étout consâcré chu saint êtat, et ne as fait un Mystéthe si excellent qu'i' nos r'présente lé Mathiage spirituel, et l'unnion mystique dé Christ et dé s'n Églyise: Èrgarde, oh Dgieu en ta mînséthicorde tan sèrveux et ta sèrvante ichîn présents, et fai qué ch't houmme aime sa femme s'lon ta Pathole, coumme Christ a aimé l'Églyise sa Bru, s'baillant sé-même pouor lyi, en l'aimant et en la chiéthissant coumme sa propre chai; et étout qu'chutte femme sait aimabl'ye et compliaîthante à s'n houmme, qu'ou lî sait fidèle et obéïssante, et qu'oulle înmite les saintes et pieuses femmes en toute douocheu, en toute prudence, et en toute pâcienche: oh Seigneu béni-les touos les deux, et fai-les héthitchièrs dé tan Rouoyaume Êtèrnel, par Jésû-Chri, not' Seigneu. Âmen.

Épis l'Prêtre ditha:

Lé Dgieu Tout-Piêssant, tchi du c'menchement griyit nos preunmié Pathents Âdam et Êve, et tchi les sanctifyit et les jouaignit en mathiage, êtrueûle sus vos les richesses dé sa grâce, vos bénisse et vos sanctifyie, à seule fîn qu'ou piêssêtes li'êt' agriabl'ues tant en vos corps qu'en vos âmes, et vivre ensembl'ye en eune sainte amiêtchi touos les jours d'vot' vie. Âmen.

Auprès chenna, s'i' n'y'a pon d'Sèrmon, dans tchi lé d'vé du Bruman et d'la Bru ait 'té r'présenté, l'Minnistre ditha chein tchi sied:

Touos vous tch'êtes mathiés, ou tchi sont pouor entret au saint êtat d'Mathiage, êcoutez chein qu'la Sainte Êcrituthe dit, entouor lé d'vé des hoummes envèrs lus femmes, et entouor lé d'vé des femmes envèrs lus hoummes.

Saint Paul au chîntchième Chapitre dé l'Êpitre ès Êphésiens bâle chu c'mandement à touos l's hoummes tchi sont mathiés: "Hoummes, aimez vos femmes, dé même qué Christ aimait l'églyise et s'donnit pouor lyi, à seule fîn qu'i' l'sanctifyîsse un co qu'i' l'avait netti atout la lav'thie dg'ieau par la pathole, et qu'i' la prînsse à lî-même, eune églyise remplyie d'glouaithe sans tatchet ni ohi, et sans êt' autrément enteuthée mais qu'ou fûsse sainte et d'charme. Dé même il est d'mêtchi qu'les hoummes aiment lus femmes coumme lus propre chai. Lé chein tch'aime sa femme aime sé-même. Véthe, n'y'a pon ieu d'houmme tch'a détesté sa chai, mais i' la nouôrrit et la souongne, dé même qué Christ fait pouor l'églyise, par cause qué j'soummes des parties d'san corps. Et né v'là pouortchi qu'un houmme tchitt'ta san péthe et sa méthe pouor s'èrjouaindre à sa femme, et les deux dg'ieux s'sont eune chai. Chennechîn est un grand s'gret, mais j'pâle entouor Christ et s'n églyise. Mais touos vous, aimez vos femmes coumme ou vos aimez vos-mêmes."

Et l'même Apôtre Saint Paul étout êcrivant ès Colossiens, pâle ainchîn ès hoummes tchi sont mathiés: "Hoummes, aimez vos femmes, et n'séyiz pon amièrtis contre ieux."

Êcoutez étout chein qu'Saint Pièrre, l'Apôtre dé Christ, tchi 'tait étout lî-même mathié, êcrit à touos l's hoummes tchi sont mathiés: "Et vous hoummes, considéthez vot' manniéthe dé vivre auve vos femmes, en honothant la femme tch'est l'pus faibl'ye vaissé, mais tch'a eune châre êgale dans l'héthitage d'la grâce d'la vie; à seule fîn qu'vos priéthes né saient pon cliogies." D'en par 'chîn ous avez ouï lé d'vé du bouonhoumme envèrs la bouonnefemme; achteu vous Femmes, êcoutez et apprannez étout vot' d'vé envèrs vos Hoummes, s'lon chein tch'est cliaithement proposé en la Sainte Êcrituthe, né v'chîn chein qu'Saint Paul en la même Êpitre ès Êphésiens vos ensîngne:

"Femmes, vououy'-ous à vos hoummes, coumme au pouver du Seigneu. Ch'est en tchi l'bouonhoumme est l'chef d'la bouonnefemme, coumme Christ est l'chef d'l'églyise, étant lî-même lé saûveux du corps. Et coumme l'églyise est dans l'pouver d'Christ, qu'les femmes saient gouvèrnées par lus hoummes en toutes choses," et i' dit acouo qu'la Femme honothe sén houmme. Et en l'Êpitre ès Colossiens, saint Paul vos donne chutte pétite léçon: "Femmes, séyiz gouvèrnées par vos hoummes, s'lon chein tch'est vrai dans l'Seigneu."

Saint Pièrre vos ensîngne saintement palant d'chutte manniéthe: "Femmes, séyiz gouvèrnées par vos hoummes, à seule fîn qué, même si tchiqu's'uns d'entré ieux n'êcoutent pon la pathole, lus tchoeurs saient amendés par l'comportement d'lus femmes, quand i' vèrront vot' saint comportement dans l'respé du Bouôn Dgieu. N'vos attînf'-ous pon atout l's ornéments du corps coumme la poff'thie des g'veux, ou l'habil'lie en bijout'tie ou en bieaux fros; mais qu'vos ornéments saient les cheins d'l'houmme muchi du tchoeu, l'ornément tréjous lithant d'un doux et trantchil'ye esprit, tch'a grande valeu dans l'ièrs du Bouôn Dgieu. Et ches'-chîn 'taient l's ornéments des saintes femmes du temps pâssé, dé tchi l'espé 'tait en Dgieu, étant gouvèrnées par lus hoummes. Coumme Sara 'tait gouvèrnée par Âbréhan et l'app'lait seigneu, dé tchi ous êtes les êfants s'ou faites du bein et n'sont pon êffritées par autchun dangi."

Il est conv'nabl'ye qu'les nouvieaux mathiés faichent lé Souper quand i' lus mathyient, ou à la preunmiéthe occâsion tchi s'adonn'na auprès lus Mathiage.


 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises