Les Pages Jèrriaises

Chiétheté et disette vont d'ensembl'ye

Fort Lauderdale,
Florida,
U.S.A.

Lé 5 d'avri, 1975

Moussieu l'Rédacteu,

La gâzette du 20 d'févri m'fait penser à un craque-nouaix, grand comme eune cranne dé d'ssus la cauchie, tchi veurt êcrâser les finnances dé divèrses entréprînses. À c'menchi, ch'est la Chambre des Communes en Angliétèrre tchi veurt êcrâser la bourse des Angliais tchi veulent démeuther en Jérri. Et pis y'a les banques Angliaîches tchi considéthent que s'i' garantissent les banques du mème nom en Jèrri, i' s'sont envisagies comme vraies "succursales" pour paiement d'împôts sus l'èrvénu au au gouvèrnément Angliais - et ch'là s'comprend.

À ch't heu nouos v'la à l'annonce tchi nouos dis qué L'Associâtion d'Usagers du Port objecte vigouotheusement à la renchiéthe des drouaits tch'il' ont à payi pour l'ûsage du havre, prîncipalement aussi vite auprès la renchiéthe du preunmyi d'janvyi dé ch't' année. L'Président Robb démande où'est qu'les trais chent mille louis apèrchus pour l'année s'en vont faithe déver, et pourtchi tch'il en faudrait un aut' chent mille? Y'a un vier diton tchi nouos dit qu'les sou sont ronds pour rouôler, happe-les tchi peut, mais l'Conmité des Havres et Chaussées, sachant qu'un aut' diton nouos dit tch'i' n'faut pon aller pus vite qué ses j'vaux, a probabliément eune rêponse raîsonnabl'ye.

La gângne dé Dgi veint souos les dents du craque-nouaix étout. Lé pain quotidien comme nouos l'dit l' "Nouotre Père", a subi eune aut' renchiéthe. Et ch'est seux qué l'couôtage des m'suthes extraordinnaithes dé seûtheté tchi s'en vont êt' adoptées ès aérodromes dévant s'embèrtchi dans l's avions, sé trouvetha ajouôté au prix du billet d'pâssage. Et toute chutte renchiéthe, faite et m'nichie, est sus la preunmié page dé la gâzette!

Et y'a eune întérêssante articl'ye dans chutte gâzette entouorre lé temps qu'les Juges 'taient dans L's États. J'ai iun des p'tits livres mentionnés, întitulés "Nos Îles", dans ma bibliothèque au Ménage ès Feuvres à St. Ouën, et j'm'en vais m'donner l'pliaîsi d'lé r'liéthe ch't êté. J'mé d'mande si la souô-dîsante réforme d's Êtats à ieu l'rêsultat qu'les mêssieux réformateurs espéthaient. Ch'tait-i' sage d'empêchi les Juges et les Recteurs dé siégi? Sans doute lé calibre dé ches deux "Êtats" là a changi. Pour un temps lé Siége dé Justice avait quâsi l'air d'un "Tribunal Militaire", mais i' pathaît pus Jèrriais à ch't heu. Et acouo, combien tch'i' y'en a sus les douze tchi pâlent lé Jèrriais? Et les Recteurs 'taient Jèrriais dans l'temps tch'i' siégeaient dans la Chambre Législative.

Eune chose est probabl'ye: Si l'vièr système d'aver Juge et Recteurs dans L's Êtats avait continnué y'a des chances qué l'Île né sé s'sait p't-êt' pon embrouoillie dans l'système socialiste tch'a ruinné l'Angliétèrre et tch'est en train dé ruinner l'Améthique étout. Ou-s-allez sans doute mé dithe qué l'conmerce dé l'Île est si allié au conmerce dé l'Angliétèrre tch'i' n'y avait pon mouoyen d'pèrpétuer un système îndépendant, et qué dans touos les cas nou n'peut pon arrêter l'progrès. Ou-s-avez probabliément raîson, mais quand j'vai l'apèrchu d's Êtats d'nouos jours jé n'peux sénon qu'penser tch'il est acâbliant pour eune pétite île comme Jèrri, et l'avis souvent donné par lé Sénateu Cyril Le Merquand d'aller douochement et d'couoyer, m'fait penser qu'j'ai p't-êt' raîson.

Les Sénateurs ont rempliaichi les Juges. Heutheusement y'a des bouans Jèrriais parmi ieux, mais j'n'ai janmais veu tchi difféthence dé fonctions tch'i peut y'aver entre ieux et les Députés.

Lé p'tit but entouorre eune probabl'ye deuxième réforme d's Êtats à l'av'nîn est intéressant. Mais j'tchestchionne la sagesse d'aver des membres entchiéthement salariés. Comme l'affaithe est à ch't heu les membres sont lá viyant tch'il' ont lé d'si et l'întention d'sèrvi lus p'tit pays, et l'fait tchi peuvent y'affaûrder est preuve tch'il' ont ieu assez dé p'tits boudîns dans la tête pour faithe lus c'mîn dans la vie et tch'i' sont capabl'yes. Si L's Êtats adoptent lé prîncipe dé payi ses membres, i' voudront mett' lé paiement haut assez pour attriotchi d's hommes dé capacité. Mais autchun îndividu peut s'mett' sus les rangs comme candidat et peut être êlu par un mouvement politique tchi n'est pon d'sithabl'ye pour lé bein d'tout l'monde. Et un gros salaithe peut attriotchi des pèrsonnes tchi n'avaient autcheune idée d'sèrvi l'publyi mais tch'i' vaient eune chance dé gângni lus vie aisiement.

L'idée d'eune lînmite de chîn membres par conmité est fanmeuse. Jé s'sais contre l'idée (s'i' y'en a ieune?) d'aver l'Êtat Civil ("Civil Service") gouvêrner l'île, car v'la tchi pouorrait créer eune bureaucratie couôteuse et formidabl'ye.

Quant à la tchestchion d'aboli la présence dé Connêtable'yes dans la Chambre Législative, ch'est vrai qu'la grand partie d'ieux n'dit pon grand chose autrément qué l' "Pour" ou l' "Contre" mais il ont quand méme eune connaîssance des affaithes dé pâraisse et v'la tchidait êt' d'même en conmité.

George d'La Forge

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises