Les Pages Jèrriaises

Ma Vieille Cas'trole


“Lé vièrrh dit-on
Du Mardi Gras,
Ch'est faïth des crêpes
Et tu'en' éthas.”

Lé vièrrh dit-on du Mardi Gras,
Ch'est faïth des crêpes èt tu'en' éthas:
Mais nous v'là d'biyieaux, car j'n'avons pas
Une seule cas'trole.

Un bouan matin, mé dis “Nancy”
Mais i'l'y'en a d'bouannes siez Mëissèrrhvy,
Ch'est pour t'chi va vite mé chèrrhchi
Une neuve cas'trole.

J'mins men chapé, èt j'ai'm' sauvi
A vëis Maît'e Ph'lippe, men vièrrh ami,
Dans chins minutes j'avais choiësi
Une belle cas'trole.

Pis bein vite siez nous i' l' m' l'env'yi,
Et d'belles crêpes dont j'ai'm'rigali,
Dans p'tit d'temps fûdrent faïthes par “Nancy”
Dans la cas'trole.

J'en avons y'ieu d'pis chu temps là,
Des fricots d'dans chutte cas'trole la,
Lé nêzh en r'teur-r-r d'y pensé, va –
A ma cas'trole.

T'chi blow-outssteak auv' dé z'ouan'yions,
Et pis t'chiqu'fèis deus'trëis rignions
Bein n'êtuivêhs ès champignions,
Dans not'e cas'trole.

En êtèh l'matin, du lanchon
Et d'zoeus dé siez Missis Jeandron
Touos frais ponnus èt du jambon
Pour dêjuné.

Du bubble-an'-squeak, èt des z'hagis,
Dans l'temps du v'rèh dé bouans beinnis,
Et des tas d'ormèrrhs frécachis
Dans chutte cas'trole.

Et des p'yiat'lêhs dé gros gras-dos
Des langues dé mouothue èt des nos
Minchis: oh! lah!! qué d'bouans fricots
Dans ma cas'trole.

Dé bouannes grandes frécachies d'f'yiabeux,
Dé v'râs, dé raïe, d'and'gule èt d'llieux,
Pèrrhsonne n'ont jamais y'ieu j'sis seux
Miyieuthe cas'trole.

Et t'chiqu' faïs pour not'e thê au sé,
Du horfi ou bein du macqu'sé;
Ah! dites-mé, bouannes gens, ou'est qu'n'ou'sait
Sans une cas'trole.

Quand j'avons tuèh dans l'arlévêh,
Du t'choeur, du faïe, èt d'la quothêh
Pour soupé, une bouanne êtuivêh
Dans not'e cas'trole.

Tout l'monde n'l's'aiment pon – y sont si riches –
Mais t'chêqu'n'ou f'thait d'toutes les saus'chisses,
S'n'on' avait pon, ma pouorre Missis
Une bouanne cas'trole.

Dans un mëinage, entre vous èt mé,
Car sans dé biyieaux grivoiës n'ou s'ait,
La prumié chose ch'est d'acaté
Une bouanne cas'trole.

J'ai tréjous trouvêh, qui n'y'a rein,
Quand n'ou z'est prëissis, savous bein,
Dans une t'chuîzine prête à la main,
Coumme une cas'trole.

Saît pëisson, viande, ou podin d'Noué,
Aut'chune chose frëide pour rêcauffé,
Ch'est si handy, vite dé happé
Chutte qu'mode cas'trole.

Les cas'troles s'usent coumme toute aut'e chose,
J'vous contais ch'là pus vite en prose,
La nôtre avait: j'vîmes i'l'y'a une pose,
Un creux dans l'fond.

Avec un miyio d'chit'chèitte p'tit vieux,
J'en êtoupîmes bein vite lé creux,
Mais on' n' duthi q'une s'maine ou deux,
Not'e vieille cas'trole.

J'la fîmes sèrrhvi tout d'même longtemps,
Pour rôti tout not'e café d'dans,
Et j'n'aim'thais pas savous êt'e sans,
Une vieille cas'trole.

Pour le “Rags-and-Bones,” sans doute pus tard,
Sans manche ach'teu dans not'e hautgard,
Ou sèrrt d'auge pour les p'tits canards,
Not'e vieille cas'trole.

Et l'manche dans l'âtre dé poker sèrrt,
Quoiëqu'lé but sait un miyio d'travèrrh,
Bon jour, j'soummes au dèrrhnié des vèrrhs
D'ma Frying Pan
D'ma Vieille Cas'trole.


Ch'là S'peut

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises