Les Pages Jèrriaises

Notre P'tite Bachein

 

un bachîn

un bachîn

Oh! mais qu'il étet qu'mode notre petit bachein,
Et vraîment j'pense qu'il est où-quo ichein.
Nou l'à fait servi bein des faies, pour d'la boieyïe,
Tchique faies pour les grands, mais tréjous pour les p'tits.

Je l'viyiais à matein,
Chu chier petit bachein.
V'la qui m'faîzet erpensai,
Quand j'mangais les grattein.

Y yia bein des anneais: Ouè qu'est chu temps là?
Quand j'kouotheais vite le cherchi de peuex du cat.
Chu chieir petit bachein, il est où-quo la;
J'pense qu'il appartenait à man papa.

Combein d'faies qu'il a tet sus l'feu.
Vraîment chest comme si tchet achteu.
Il est où-quo utile ichein,
Chu nobïye notre petit bachein.
Nou z'y tchuit des châtaines dedans
Il est bein qu'mode, il est vrai,
Notre chieir petit bachein.

Probabiément tandis qu'il tet kaouffet,
Le “baby” eimpatient, criyiait et pieuthait.
Combein qu'il a servit, notre petit bachein,
Il tet tréjous sus l'feu, sçai et matein.

Il a tet êtanmet bein des faies,
Et achteu y r'pathais tout frais.
Chu pouour petit bachein, j'aime tant ta l'vais,
Il est temps qui s'erpose sus l'ais.

 

Compozet par
A. Mathilde Le Feuvre (née De Faye)

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises