Les Pages Jèrriaises

Actes des Apôtres, Chapitre 1

Vèrsets i-xi

Et quand i' lus avait dit chenna et souos lus ièrs, i' montit et dispathut dans eune nuée.

J'êcrivis pouor té, Théophile, man preunmié livre entouor chein qu'Jésû fit et ensîngnit dès lé c'menchement

jusqu'au jour quand i' montit ès cieux, ayant donné d's ordres par lé Saint Esprit ès apôtres tch'il avait chouaîsis.

I' lus appathut après sa Pâssion, vivant et auve toutes les preuves possibl'yes, s'mouontrant à ieux duthant quarante jours et pâlant dé tchi entouor lé rouoyaume dé Dgieu:

Quand i' s'trouvait auve ieux, i' lus dit dé n'pon tchitter Jérusalem mais d'attendre chein qu'lé Péthe avait promîns, chein, i' dit, qu'i' lus avait annonchi.

Pa'ce qué Jean baptîsait auve dg'ieau, mais ous s'sez baptîsis du Saint Esprit dans les jours tchi veinnent.

Quand les apôtres s'rencontraient, i' li d'mandîtent: Seigneur, est-che bein ach'teu qu'tu r'êtabliéthas lé rouoyaume d'Israël?

I' lus rêponnit: Ch'n'est rein d'vos affaithes dé connaître les heuthes ou les nuaîsons résèrvées à l'autorité du Péthe.

Mais ous èrchév'thez eune piêssance. Lé Saint Esprit veindra siez vous, et ous s'sez mes têmoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samathie et jusqu'ès buts d'la tèrre.

Et quand i' lus avait dit chenna et souos lus ièrs, i' montit et dispathut dans eune nuée.

Et coumme i' r'gardaient lé ciel où'est qu'il allait, né v'là deux hoummes habilyis en blianc tchi appathûtent à côté dg'ieux.

I' dîtent: Hoummes dé Galilée! Pouortchi qu'ous r'gardez lé ciel? Chu Jésû tchi est monté dans l'ciel, r'veindra d'la même manniéthe qu'ous l'avez veu aller au ciel.

 

Vèrsets 6-11

Quand i' lus fûdrent rassembliés don, i' lî d'mandîdrent, "Seigneu, ch'est-i' achteu qu'tu'es pouor èrpouoilli l'rouoyaume à Israël?"

I' rêponnit, "Ch'n'est pon à vous d'saver l's heuthes et les tèrmes qu'lé Péthe a tèrmié atout s'n autorité. Mais ou r'chévthez du pouvé quand l'Saint Esprit étha d'valé sus vous, et ou s'sez mes têmouains à Jéthusalem, dans toute la Judée et la Sanmathie, et jusqu'ès buts d'la tèrre."

Un co qu'il avait dit chennechîn, coumme i' l'dgettaient, i' fut ramonté à pèrte d'lus veue dans eune bliâse. Coumme i' s'n allait et i' r'gardaient acouo l'ciel, d'un embron né v'là tchi géthîdrent deux hoummes habilyis en blianches robes aupi dg'ieux. Ches'-chîn dîdrent, "Hoummes dé Galilée, pouortchi qu'ous êtes mâtés d'même à r'garder l'ciel? Chu Jésû, tch'a 'té ramonté liain d'vous au ciel, èrveindra d'même qu'ou l'avez veu monter au ciel."

 

Vèrsets 12-26

Épis i' lus rattithîdrent à Jéthusalem du Mont ès Olivièrs tch'est aupi d'Jéthusalem, cârré d'un viage d'un jour d'Sabbat. Quand i ' fûdrent entrés dans la ville, i' lus en fûdrent à l'appartément à haut où'est qu'i' louogeaient, Pièrre et Jean et Dgémîn et André, Ph'lippe et Thonmas, Bartélémîn et Matchi, Dgémîn fis Alphée et Simon l'Entchéthinné et Judâ fis Dgémîn. Touos ches'-chîn 'taient tréjous d'hait d'la priethie, et auve ieux cèrtaines femmes, et chenna auve Mathie méthe Jésû, et ses fréthes étout.

Ches jours-là Pièrre s'mâtit parmi les fréthes (tout cartchulés, l'fliotchet d'monde 'taient dans les chent vîngt pèrsonnes) et dit: "Mes fréthes, la pathole dé Dgieu 'tait pouor aver san r'êffet, qu'lé Saint Esprit avait dit d'vant, par la bouoche dé Dâvi, entouor Judâ, tchi 'tait l'dgide des cheins tchi gaffîdrent Jésû; ch'est en tchi i' 'tait d'not' dgaîngue, et chârait dans not' travas (Assa ch't houmme-chîn, auve chein qu'i' gângnit pouor sa maûvaîtchi, acatit un clios et drotchit à pliate mague et d'un co fut êbieilli, et touos les cheins d'Jéthusalem en ouïdrent pâler et ainchîn l'clios avait nom dans lus langue Akel-dama, ch'est à dithe lé clios au sang.) Car dans l'livre des Sieaumes ch'est êcrit: Qu'sa maîson sait d'sèrtée, et qu'fis d'âme n'y d'meuthe; et: Qu'sa pliaiche sait prînse par un aut'. Né v'là pouortchi, d'entré l's hoummes tch'ont 'té acanté nous tout l'temps quandi qu'lé Seigneu Jésû allait et v'nait parmi nous, à c'menchi d'la bâptîs'sie d'Jean entréchîn qu'i' ramontîsse d'entré nous, y'étha iun tch'étha à têmouongni acanté nous coumme tchi qu'i' fut souôl'vé des morts."

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises