Les Pages Jèrriaises

Ph'lip attrape un cod'pid dans l'dos

Moussieu l'Editeu,

Tchi temps à la fin d'la s'maine! Sam'di la niet je n'pouvais pas dormi, et dans les trais heuthes la Merrienne, tch'y n'avait fait qu'gilotté d'pîs l'moment qu'ou s'était minse au liet, m'fliantchit un co-d'pid dans l'dos, et m'dit d'allé bein vite à bas, car oulle avait oublié d'freumé les f'nêtres du grand parleux et ou n'tait pas trop seuze que la porte d'drièthe tait à la clié. Je d's'cendit pour trouvé que tout tait en ordre, et j'l'y fit des rouaux en grimpant souos les lincheurs.

Dîmanche matin j'dêshallit d'bouonne heuthe, et chein que j'vit m'fit pas seulement mal au tchoeu mais à l'éstomac, de tchi que j'eut bein d'la peine à allumé l'feu pour faithe une tâsse de tais à ma pouuorre bouonnefemme. J'l'y racontit m'n'histouaithe et bétôt la v'là l'vée, mais ou soupithait en b'vant san tais et j'avais bein d'la peine à l'y hallé une pathole. Pour vos dithe, Moussieu, ou fut d'même tout l'jour jusqu'au sé, quand, ayant liut un des sérmons à John Wesley tchi disait qu'un vrai chrétien pouvait s'attendre à bein d'la minséthe sûs la têrre, mais tch'y ne d'vait pas s'plaindre, san vîsage se cliérgit, et ou s'mint à prépathé un bouon soupé.

Pour vos dithe, Moussieu, la tempête avait couochi man p'tit bétchet d'grain au râs d'la têrre, et l'avaine tait ocquo pièthe, si possiblye. Une grôsse branque avait tchais sûs l'poulaillyi, et toutes les poules 'taient à-banon, et les siénes que j'pouvais vais n'avaient cértainement pas bouonne mine. Quant au vier coq, j'l'apérchut dans la tchérquethie à maintchi mort. Bein seux y n'se gênait pas d'ses femmes à chu moment-là. Mes minséthablyes tomates 'taient nèthes comme une chim'née, et pour agvé tout une bouonne vingtaine de tuiles avaient tait arrachies du d'sûs d'l'êtablye, et ma bouonne géniche, tchi n'a qu'trais s'maines, à allé tait trempée. J'm'attends tchi y'arriv'tha d'vant long.

Enfin, Moussieu, n'en v'là asséz pour la tempête et les d'gats qu'ou nos a causé. Chein tchi nos intérêsse ach'teu, la Merrienne et mé, chais la tchéstchon du rât dans les difféthentes pâraisses.

"Ch'est une chose que nou n'peut pas comprendre," j'l'y dîsais hier au sé. "Dans la campagne y'a une réduction, mais en Ville le rât a hauchi. Pourtchi, chonna?"

"Ch'est facile à comprendre," ou dit. "Dans les pâraisses de campagne y'a d's'êconomies, mais en Ville, les sous n'comptes pour rain. Si les Villais avaient un homme comme le John Baudains pour Connêtablye, lûs rât n'éthait pas hauchi. Ch'est la même chose à Saint-Brélade et à Sainte-Mathie, ouêsque le Sieur Chévalyi et l'Sieur Dallain n's'en vont pas dêpensé deux sous quand yun peut faithe. A Saint-Louothains, bein seux, y'a d's'hommes là, d'bouons Jêrriais, comme nou n'trouve pas ailleurs, et ch'est pour chonna que l'rât est à un ch'lin et siez sous."

"P't'être bein, Merrienne," j'l'y dit, "mais avec chonna y faut adméttre que y'a tréjous pûs d'couotage en Ville que dans autchunes des pâraisses de campagne."

"Pas à chu dégré-là," ou dit, "mais enfin, sis les Villais sont satisfaits tch'y s'ramâssent. Ach'teu, ichinS Saint-Ou, tchêsque tu'en pense?"

"J'n'y connaît rain," j'l'y dit, "mais avec un Connêtablye comme le Frainque Le Boutilyi l's'affaithes ne peuvent pas allé mal. Pâslant d'autre chose, Merrienne, est'che que tu n'crais pas que l'Comité général de la Bataille de Flieurs eurent bein d'la chance d'avé une belle arlevée, considéthant l'temps qu'nous avait yeu l'jour de d'vant."

"Ch'tait un mithaclye," ou dit, "et j's'y pérsuadée que ch'tait parsque y'eut bein des prièthes offértes Mêcredi au sé par des gens tch'avaient prèsque oublié comment s'mettre à g'nors."

Ph'lip
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises