Les Pages Jèrriaises

Les Pièrres Dé Lé

Les Pièrres Dé Lé

Les auteurs dé ch't articl'ye-chîn peuvent dithe tch'il' ont veu et connu Les Pièrres dé Lé toute lus vie, iun ayant 'té né au Haut d'Lé (françisé officiellement Lecq, tchi, comme bein des aut's noms dé lieu dé l'Île, donne ni l'êpelage ni la prononciâtion du mot en Jèrriais, souvent deux dgides d'la provenance) et l'aut'e à La Ville Bagot. Lus tèrres ancestrales offrent eune mangnifique veue des Pièrres (comme nou dit), spécialement du tèrrain des Houdgettes, éyou, et dans des clios alentou app'lés Les Hougues et La Hougue (du Norrouais "haugr"), y'a des hougues tch' èrsembl'yent hardi ès mondrîns d'entèrrement des Vikings trouvés dans les pays Nordiques. P't-être qué ches "Hommes du Nord" s'êtablyîtent entre Lé et La Ville Bagot y'a pus d'mille ans?

Iun des auteurs sustout a connu les vièrs pêtcheurs d'aut'fais dé La Grève dé Lé, dé Bouonne Niet et d'ailleurs tchi faîthaient sèrvi les vièrs noms tch'il' avaient dé lus anchêtres dé d'pis des chents ans. Ches pêtcheurs étaient Charles et Ph'lippe Èrnon (Renouf), péthe et fis, du Creux Baillot, St. Ouain; Alfred La Marche, dé La Grève; Alfred Lé Couteur Bisson, du Bourg, St. Jean: Ph'lippe Rom'thi (Romeril), du Câtelet, St, Jean, et autres.

Dé nouos jours quâsi touos les noms des Pièrres sont en Angliais et d'aut's ont dêjà 'té pèrdus. Étout, un tas d'gens, dé pus en pus, nomment Les Pièrres "Paternosters", d'après eune souo-dîthant légende ou histouaithe tch' est tout probabliément du niolîn. Pis à ch't heu i' raccourchent à "Pats"! Mais nou peut bein s'asseûther qué les vrais Jèrriais n'ont janmais dit ni connu d'ité.

Les Gris Ventres (les gens d'St. Ouain) et les Ste. Mathiais vont ès Pièrres dé La Grève dé Lé, tch'a un nom d'întéthêt spécial. L'originne du mot "grève' est hardi vielle, rav'nant au Latin Populaithe "grava", au Danouais et au Vièr Français "grave" et à l'Islandais "grafa", singnifiant grève ou hâvre. Mais ch'est l'mot "Lé" tch'a hardi pus d'importance par rapport à l'histouaithe dé l'Île et à nos anchêtres, les Vikings. La pus vielle forme du mot 'tait La Wik, "La" du Norrouais "hlada" (chèrgi un navithe) et "Wik" du Norrouais "vic" (hâvre), et d'même l'Islandais "vikingr" (hanteux des hâvres ou vis). Et don La Wik singnifiait "lé hâvre éyou qu' nou chèrgeait un navithe". Y'a toute raison à craithe qué La Grève dé Lé dait aver 'té typique des attèrrissages chouaîsis par les Vikings pouor lus mangnifiques longs navithes à fond entchiéthement pliat tchi pouvaient v'nîn à tèrre dans dé l'ieau d'eune bein p'tite profondeu. Ch'est en tchi y'avait l'avantage dé surprînse et les hommes à bord pouvaient sauter vite sus l'sablion et avanchi tout drait à l'assaut. Bein vite, i' tâch'chaient d'saisi autchun haut tèrrain à côté du hâvre pouor êtablyi des dgets pouor seurvilyi l's envithons. (En véthité, Lé Câté en d'ssus d'La Grève dé Lé 'tait connu étout comme Lé Mont au Dget.) Gângnant et t'nant d'ités dgets 'tait un prîncipe împortant d'la colonisâtion Nouormande. Laîssant eune arriéthe-garde auve les navithes les Vikings pouvaient faithe eune attaque en vitesse et au vif, et èrtouônner à lus navithes auve lé butîn et s'n aller en mé dé siette.

À ch't heu, i' faut èrvénîn au sujet des vièrs noms du pays d'Lé, tchi, au mains, es'sont r'cordés pouor tréjous. Preunmiéthement, en sortant d'La Grève dé Lé nou pâsse Les Rotchettes (dinminnutif dé "rocque", du Latin Populaithe "rocca", Vièr Français "roc" et Nouormand "roque"), ou Les D'mies (du Latin "dimidius" = d'mi), ch'est à dithe des rotchièrs visibl'yes à mié-mathée. Ches'-chîn ont des noms étout. À l'êst y'a L'Âne (Latin "asinus", Vièr Français "asne" et Islandais "asni"), sans doute dé l'èrsembliance à l'annima, et La Balleine (Latin "balaena"), la forme du Léviathan d'la Bibl'ye. Dans la partie d'mé au ouêst y'a Lé Choutchi, eune greune (du Norrouais "grùnnr") tchi s'mouontre au bas dg'ieau dans eune grand' mathée. Y'a bein des greunes à l'entou des côtes dé Jèrri, mais tch'est qué L'Choutchi veurt dithe? Les greunes ayant pûtôt des têtes pliates commes les choutchets sur tchi qu' nou cope du bouais pouor brûler, y'éthait-i' du rapport à chu nom-là? Ou bein, pus à co qué l'originne es'sait pus près du vèrbe "choutchi", tchi veurt dithe dans chu cas-chîn êt' bostchulé par la mé alentou.

Eune fais pâssé Les Rotchettes pouor crouaisi La Fôsse dé Pliémont (du V.F. du L. "fossa", mais i' n'y'a rein d'cèrtain quant à l'originne du nom Pliémont - p't-être Lé Mont Plié), lé profond ch'na entre La Grève et Les Pièrres, ches jours "Plémont Deep" sus les cartes, nou-s-a La Greune du Dou (V.F, "duit", Nouormand "doui", "douet"), d'après Lé Dou d'La Mé, lé creux d'falaise tout près, éyou qu' un cours dg'ieau, un dou, coule à la mé, et un mio au nord La Greune du Betchet, d'après Lé Grand Betchet et Lé p'tit Betchet, les pointes dé falaise après Lé Dou d'La Mé en allant pouor Pliémont. Betchet est le dînminnutif du Jèrriais "bé" (V F, "bec", L.P. "beccus", d'originne Gaulouaise).

Au nord-vouêt des Pièrres dé Lé nou-th-a Lé Banc des Ormes en lîngne draite d'La Grève dé Lé à Sèr. S'lon La Danme dé Sèr, Madanme Sibyl Hathaway en pâlant à F.L.M, en 1937, les ormes ès Dgéthannes (Latîn Populaithe "warrena", V.F. "varenne", "warenne", Français "garenne", Angliais "warren") en d'ssus d'La Grève 'taient faits sèrvi par les Sèrtchiais, la pliûpart des anchêtres dé tchi 'taient des St. Ouënnais, comme mèr pouor navidgi à La Grève dé Lé en pâssant lé banc (L.P. "banca", Germanique "banki", Norrouais "bakki"), dé-même Lé Banc des Ormes.

À ch't heu, pouor Les Pièrres dé Lé ieux-mêmes:-

1. L'Êtchièrviéthe (du Norrouais"skarfr" cormouothan), lé rotchi ès cormouothans, ou L'Êtché a l'Êst (vaie No. 17).

2. La Rocque du Nord.

3. L'Êtaîse ou L'Êtaîthe, la rocque à l'êst (Norrouais "aust").

4. Lé Bel, du Norrouais "baeli", fèrme ou enclios, dans chu cas dans les rotchièrs. Dans L'Bel, souos les galots, nou prend d's ormèrs.

5. Lé Longis (L. "longus"), long rotchi (cf. lé nom dé lieu Longis, ou Longy, d'un tèrrain long et pliat en Aur'gny).

6. La P'tite Mathe (L. et F. "marc"). Eune mathe en mé veurt dithe eune êtendue dg'ieau partitchuliéthe comme, par exempl'ye, La Mathe Ste. Cath'rinne.

7. La Grôsse (Latîn Populaithe "grossus"), lé pus grand rotchi des Pièrres. Auve La Vouêtaîse (No. 12) et L'Êtaîse (No. 3) ch'est iun des trais gros rotchièrs tchi n'couvrent janmais.

8. La Grand' Mathe.

9. La Greune dé Lé, ou La Bonnette (L. "bonetus" , V.F. "bonet" ), qué nou n'vait rein qu'à bâsse-ieau dans eune grand' mathée. I' n'y'a pas qu' faithe d'explyitchi la sîngnificâtion des noms dé chu rotchi.

10. La Greune du Seur-Vouêt (Nouormand "surouet", "surouest", du Norrouais: cf Français nautique "suroît" - F, "sud-ouest").

11. L'Orange. D'après tchitch'un du nom d'fanmil'ye, probabl'ye, car les oranges comme fruit n'étaient pon connues à nouos anciens.

12. La Vouêtaîse, Vouêtaîthe, ou La Vouêt'rêsse, la rocque du ouêst (Norrouais "vestr").

13. La Cappe ou Cape (mot maritime Nouormand) - rotchi à l'abri. "En cape" et "à la cape" ont lé sens en mé dé mett' un baté en seûtheté et à tèrre dé s'mettre à l'abri. Ou, ofûche, du mot "cap" (Latîn "caput"), tch'a lé sens dé "tête".

14. La Douoche, fémînîn dé doux (du L. "dulcis") pa'ce qué ch'est eune rocque - où'est qu' la mé est pus souvent calme.

15. Lé Bi ou Byi (Latîn Populaithe "bedum", d'originne Gaulouaise), à tèrre lé canné tchi mène l'ieau au moulîn, mais ès Pièrres de Lé lé russé ou pâssage tchi s'y trouve à bâsse-ieau.

16. La Rocque Mollet, d'après la fanmil'ye dé chu nom.

17. L'Êtché au Nord-Vouêt. Connu comme "barre dé rotchi" en allant êst dé St. Jean en Jèrri, mais pas dans l'ouêst dé l'Île, éyou qué l'êtché est l'êtchivalent du Français "écueil" ou "récif".

Dans eune articl'ye, "Le Sénéquet et l'Antilope", par Guy de Saint Denis, dans la Revue de la Manche, tome 39, 1997, fascicule 153, Janvier, la note neunmétho 2 dit qué lé grand savant, auteur et poète Nouormand Fernand Lechanteur, tchi pâssit l'pas à Caën lé sept dé Mai, 1971, criyait qué Sénéquet (prononcé "S'néquet" au jour d'aniet):

"tirerait son nom du scandinave 'snekkja' (qui a donné snekke en norvégien et esnèque en français) par comparaison entre la forme allongée du bateau (et du monument élevé à la Pointe d'Agon en hommage à F. Lechanteur) et celle du rocher. Frank Le Maistre (Dictionnaire jersiais-français, Jersey, 1966, p. 225) se demande s'il ne faut pas rapprocher 'équet' du français "écueil". Eugène de Saint Denis... coupe Sénéquet non pas en (e) snèque - et (= diminutif) mais en Sen-équet (= écueil, comme F. Le Maistre). Qui dira le sens de 'Sen'? Noter que des rochers, à l'est du Sénéquet, portent le nom de Grand et Petit Sen; y péchait-on à la senne (ou seine)?"

Faut dithe qué Le Sénéquet, "situé à deux milles de la côte de Gouville [au nord-vouét dé Coutances] ,... fait le gros dos sans que sa téte émerge toutefois à mer pleine". Eune tour fut bâtie là en 1857 et un phare ajouôté en 1861.

Mais eune originne p't-étre pus criabl'ye entouor "étché" ou "étchet" est l'mot "eskei" (du Norrouais "skeidh") pouor iun des nombreux types dé navithes qué les Vikings faîthaient sèrvi. Ches noms eskei et esnèque fûtent connus en Nouormandie pouor des chents ans (vaie "Mélanges René Lepelley", Cahiers des Annales de Normandie, Caen, Musée de Normandie, 1995, No. 26, "L'Héritage Maritime Norrois en Normandie", par Jean Renaud, p. 24).

Lé fait qué n'y'a qu' deux étendues d'rotchièrs nommés étché ès Pièrres, et eune autre étendue, Lé Long' Êtchet, à l'ouést dé La Tête dé La Belle Hougue, à La Trinneté, lé long des côtes dé Jèrri, Le Long Equet à Gouville en Cotentîn, un Êquet ès Castchets et des Equets au nord-vouét d'La Pointe de Barfleur, ouaithe tch'i' y'ait bein des barres dé rotchièrs alentou des côtes dé Jèrri et d'La Nouormandie, suggéthe qué les étchets fûtent vraiment nommés d'méme à cause dé l'èrsembliance au navithe Viking eskei.

18. La Galette (dînminnutif du V F, "gal"), un rotchi "pliat coumme eune galette".

19. La Briarde et La Sprague. Rotchièrs ensembl'ye. D'après les fanmil'yes Briard et Sprague, tchi, auve Mollet (v. No. 16), 'taient bein connues aut'fais et établyies à Lé.

20. La Niêthole Jean Jean ou Lé Gouoillot (V F. "neier", Nouormand "nier" , F. "noyer"', V.F. et Nouormand "goule", Jèrriais "dgeule" , F. "gueule"). Un Jean Jean, d'eune vielle fanmil'ye St. Ouonnaîthe étout, dut y'étre n'yé là, nou peut craithe. Lé mot gouoillot veurt dithe un pâssage, dans chu cas où'est qu' la mé rêmeue hardi (en Angliais "overfall" ou "whirlpool"). Entre Sèr et Brecqhou est L'Gouoillot étout, ou bein La Brecque dé Sèr, et ès Mîntchiers i' y'a Lé Grand et Lé P'tit Gouoillot.

Y'a acouo divèrs autres noms qué nou ouïyait aut'fais mais sans pouver détèrminner exactément iou les pliaichi. I' y'avait, par exempl'ye, Lé Ch'na (L. "canalis" , V.F. "chanel"), tchi veurt dithe un pâssage étout et tchi d'vait étre, nou crait, un autre nom pouor Lé Byi. Et pis mais, où'est tch' était La Dague (dé l'originne obstchure, p't-étre du Latîn Populaithe "daca" = F. épée), Lé Gris, La Blianche, La Ruelle (vâriante pouor Lé Rué, passage dans les rotchièrs), Lé Bigard ( Nouormand "bigard", tèrrain en triangle), La Vèrgue (Nouormand, du L. "virga" = spèrre en forme dé crouaix d'vant un mât), La Mîngnonne et Jeannot, ou, comme v'là tchi s'dîthait aut'fais Dgeannot?

Des chents et des chents vièrs noms lé tou des côtes dé Jèrri et des autres Îles - sait-che Dgèrnéthy, Aur'gny, Sèr, Hèrme, Jéthou, Les Mîntchiers, Les Dithouoilles, Les Castchets, et cétéra, sont, ou s'en vont êt', oubliés à tout janmais, hardi d'ieux étant déjà angliaîchis! Eune étude au sujet a 'té faite entouor Les Êcréhos, mais ch'est tout. Nou-s-espéthe en faithe autant iun d'ches jours pouor Les Dithouoilles.

F.L.M. et M. LC.

 

Viyiz étout:  

Les Pages Jèrriaises