Les Pages Jèrriaises

Légende de la Hougue Bie.


 

La Hougue Bie
La Hougue Bie
Il y-a une êtonnante histouaire
Que je sis prêt à raconter,
Si ch' est qu'ous voulez bein vouos taire
Et prendre la peine d' êcouter,
Je n'sairais vouos dire l'annèe
Dans qui que chonna arrivit;
Mais je sais où-est qu'vla qui s'passit,
Il y-a une diverse volèe.

En Jerri il y a une paraisse
De qui le nom est Saint Louorains;
Pourqui qu'nou li-a dounè je laisse
A pus savant, j'm'en lave les mains:
St. Louorains a pus d' une vingtaine
Que je pouorrais bien vouos nommer,
Mais pour mainnagir men haleine
De iune i' suffira d' pâler.
Il y-a dans le bas d'la Vallée
Un grand béquet nommè l'Marais;
Je dis il y-a mais je devrais
Dire il y-avait en temps passès:
De nos jours tout change si vite,
Et pour me j'en sis si marri,
Que j'ai pensè à m'faire ermite
En viyant chein qu'nou fait d'Jerri.
Autfais nouz y-allait à la chasse
Dans la vase parmi l'jajeu;
Nouz y tirait de la bécasse
Et nous y-avait quiqfais biau jeu:
Parfais quand tout était souos ll'iaue,
Et qu'i s'adonnait à g'ler du,
Les patineurs sus le gros bu
Quiyaient en faisant lus biaubiaus.

Mais pour venir à notre histouaire,
Ch' est une aussi grand' véritè
Que les crottes qui dans l' armouaire
Montrent que souoris y-ont 'tè.
Dans le Marais on l's alentours
D'meurait un terrible dragon;
Non n'en vait pas d'itès d'nos jours,
Il était craint comme un démon:
Comme ous allez bétôt l'apprendre
Che n'tait vraiment pas sans raison,
Car il aimait bein la chai tendre
Et en mangeait en toute saison.
Afin de s'rempllir la bédaine
Et faire en dormant rille de gras,
Ch'était d'la propre chair humaine
Qu'il avalait à touos les r'pas:
I' n' se souciait pas d'vieille fumelle,
I trouvait chonna trop chincheux,
Mais quand ch'était quiqu' jeane hardelle
Le morcé était délicieux:
Comme i' s'en liquait les babinnes,
Il y trouvait l'goût de r'vas-y.
I' b'vait aut' chose que de ll'iaue finne
Et ne junnait pas l'Vendredi.
I' n'est pas besoin que j'vos dise
Que tout l'monde était au msesper
Et qu'les gens allaient à l' égllise
Prier Gueu de les délivrer.

Un brave seigneur de Hambie
A qui nouz en fit le récit,
Jurit qu'il y perdrait la vie
Ou en cllairgirait le pays.
Sa femme en fut hardi gênée
Et fit ch'qu'ou put pour le garder.
Mais li refusit de céder,
Voulant garder sa fé jurèe,
Et afin qu'oulle eut du couorage
A endurer la s'paration,
I' li donnit une belle image
Et de pus sa bénédiction:
I' print ov li ses milleus armes,
Hache, sabre, lance d'acier,
Et pis pour calmer ses alarmes
I' li rcaimendit de prier:
I' donnit des sous pour la messe
Au prêtre qui en eut du ji;
Comme un bouan chrêtqien à confesse
I' fut et en r'vint tout béni;
Car le prêtre atou d'lliaue bénite
En barbelueutant l' arousit,
Et ch'est que v'la qui-a du mérite
Quand l' entreprinse réussit.

Quand ch'est qu'il entreprint le viage,
Il emmnit comme sen écuyer,
Pour le servir et l' assister,
De la baronne un ancien page:
Il était comme fait au moule,
Ch' était, perdingue, un biau valet
Qui pouvait baillir de sa goule,
Sa langue n'avait pas l'filet.
Pour deux jours i'chvauchirent ensemblle,
Ach'-t-heu nouz irait en baté,
Mais dans chu temps là, i'me l'semblle,
Nou ne traversait qu'un russé.
Le jour d'auprès lus arrivèe
I' restirent à prendre du r'pos
Pour se trouver la grand journèe
Alertes, frais, prompts et dispos.
Le lendemain, espiant lus marèe,
I' s'en furent guetter l' ennmin,
Et des hauteurs de la Vallèe
I' l'virent s'landrant par le cmin:
Ch'était l'étre l'pus effriyable
Que la terre ait janmais porté.
I' n'y-a pas un seul Connétablle
D'en approchir qu'airait osè:
Tout brave qu'il 'tait l'Sieur de Hambie
En r'sentit quasi un frisson,
Et quant à sen porte-êcusson
Il en eut vrainment la pépie:
Le sieur de Hambie était brave,
I' n'était pas homme à balanchir
Et bein que che fût de qui grave
I' n' pensit pas même à flléchir:
Ch'est là que nou rconnait un homme,
Quand facho à fache ov le dangi,
Ferme et tranquile i'reste comme
S'i' n' s'agissait qu' d'un jeu pour li.

I' portait tréjous une grand cône,
Je n'veurs pas li faire d'affront,
Pendue au co, d'une demi aune
Ou de viron une verge d'long:
I' la donnit à sen stafière
Ov l'ordre d'côner par Biaumont,
Tandis que li de la Bllanche pierre
Descendrait tout douoch'ment dans l'fond -
L'dragon était aupres d'la Cave,
Touannè du bord qu'i' ouiyait l'son,
Et à sa goule une roouoge bave
Montrait sa grande mârisson:
Hambie s'apprechant par scouotrise
Dans la noque du co l'aderchit
D'un cop d'sa lance et le couochit
Comme l'méritait sa traitrise;
Et pis aupres, à coups de hache,
Il s'dépêchit d'acver l'dragon,
Qui vnait de quaîr drait sur sa fache
Et guérottait comme un mouton.
Le brave Seigneur de Hambie
N'eut pas seulment un êgrinfllas;
Mais il eût la fache êcllaquie
De sang, d'chervelle et d'aut' tracas
Auprès chonna qu'est qu'osrait rire
De ll'iaue bénite et d'sa vertu:
Si aucun voulait l' contredire
Nou dirait qu'il en a mentu.

Je voudrais vouos êpainguir l'reste,
Rein qu'd'y penser j'en ai trimeu;
Mais i' faut bein finir men texte
En provoquant une sainte horreu.
Le Guiablle en connait d'pus d'une sorte,
Et i' n'se tint pas pour bassqui;
Quand i' n'peut entrer par la porte
I' pénêtre par le solli:
Pour se vengir de chu brave homme
Ainchin souotnu par le bouan Gueu,
I' s'mint à songir à la pomme,
Ll'iaue bénite li t'nait au coeu:
Il était dans une envieuse rage
Et s'dit-i', "serai-je battu"?
"Viyons si de chut ancien page
"Nou n'peut corrompre la vertu"?
Là d'sus i prend l'valet à tâche,
Du monde expose les grandeurs,
De sa maitresse i' l'amouorache,
Li promet toute sorte d'honneurs:
Le moyen i' li fait paraître
D'obtenin vite tout chonna;
Ch'est de s'dêbarrasser du maitre,
Le reste à sen tout seu veindra.

Est-i besoin que je vouos dise
De qui mangnere qu'i' s'y print?
Ch'était près d'une ancienne devise
Pllaichie là pour merquir les cmins:
Tandisque se r'posant d'sa peine,
En r'venant de l'expédition,
I' dormait à l'ombre d'un quêne,
Car i faisait une grande arsion,
Le valet s'en vint comme un traitre
Qui n'a ni pitqi ni merci;
D'un cop de hache i'tuit sen maitre
Et à la pllaiche l'enterrit;
Et pis s'en rtouannant à Hambie,
A la baronne i'fit un r'cit,
Que s'n homme avait perdu la vie,
Que le dragon l'avait occi;
Mais qu'il avait vengi sen maitre
En tuant d'sa main l'maufait dragon,
Et pis aupres le malin traitre
Li dit qu'en mouorant le baron
L'avait chergé pour sa maitresse
D'une certaine commission:
De tout dire la Dame le presse,
Du Guiablle i' rcite la leçon:
Ch'est que pour une récompense
Des services par li rendus
I' d'sirait qu'oulle eut l'oblligence
De li donner chinq mille escus,
Et d'consentir en outre à l'prendre
En mariage pour sen êpoux
Et par chu moyen là li rendre
De sa vie les moments pus doux.
En entendant un itè m'sage
La dame êcalit de grands yiers:
Autan oulle admirait sen page;
Oulle eut une attaque de nerfs:
I' li ramontit dans la gorge
Un lopin qui n'pouvait passer;
Nou li fit prendre de ll'iaue d'orge,
Car ou n'avait que d'êtouffer:
A la fin des fins la nature
A qui souffre apporte secours;
Pour lli la peine fut bein dure
Devant que les plleurs eussent cours:
Comme nou n'peut pas tréjous rire
Nou ne peut pas tréjous plleurer;
Je n'ai pas besoin de vouos l'dire,
Nou finit par se consoler:
Ainchin fut de la noblle veuve,
Sen amour avait 'tè profond
Pour sen prumi, en vchin la preuve,
Ch'est que oulle en print un second:
Vrainment oulle avait une excuse,
Une excellente, j'en conveins;
Ne criyiz pas que je l'accuse,
I' n'y-a rein à qui j'pense mains.

Il arrivit donc que la chose
Touannit au grè de chu fripon
Et tout parut couleur de rose,
Mais la rose n'eut qu'une saison,
Car devant longtemps sa conscienche
Erdarguèe li donnit du r'mord;
A chu ma là que peut la scienche?
Ch'est la pénalitè du tort:
Sa conscienche tréjous troublèe
Le pourchassait à touos instants;
I' n'se passait pas de journèe
Qu'i' n'y pensît à touos moments:
Nou l'entendait parfais en songe
S'accuser d'la mort du baron
Et en demander à Gueu pardon,
Preuve qu'che n'tait pas un mensonge:
La justice en fut informèe,
Sen crime par li fut avouè;
En conséquence une à-r'levèe
I' fut pendu à un gibet.

L'ètat dans qui s'trouvi, la veuve
Je vouos laisse à immaginer:
Oulle acatit une robe neuve
Et d'profond deu s'mint a porter.
Sus la tombe du Sieur Hambie
Un monticule fut êlevè,
Et de nos jours il est applè
Prince's tower ou la Hougue-bie.

 

P. L.

 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises