Les Pages Jèrriaises

Quand l's hôlouoges changent…..


hôlouogeQuand lé mais d'mar arrive et l'jour pouor avanchi l's hôlouoges appraiche, ch'est un sîngne qué nos v'là à la fîn dé l'hivé et qué l'èrnouvé n'est pas liain. Et pouor touos les cheins tchi n'sont pas matinnas ch'est damage qué y'étha eune heuthe dé mains au liet dînmanche tchi veint!

Quand nou pale du changement d'hôlouoges, v'là tchi mé ramémouaithe dé pus en pus d'la rapidité d'la pâss'sie des années. Comme êfants, i' nos sembliait qué Noué n'arriv'thait janmais mais, à m'suthe dé vieilli, les années s'entré-suivent à grands pas.

Lé temps tchi nos est donné est précieux et nou ouait tant d'gens lus pliaindre tchi sont à court dé temps. L'Abbé Michel Quoist êcrivit un articl'ye au sujet du temps pouor nos encouothagi dé faithe bouonne usage dé châque jour. Il est si aîsi pouor lé p'tit êfant tchi joue dé dithe “J'n'ai pon l'temps à ch't heu”; lé garcon à l'êcole a du travas à copier – i' n'a pon l'temps; l'êtudiant a ses cours; lé janne homme a san sport; lé nouvieau mathié a sa femme et sa maîson et pis ses mousses; les grands-pathents ont lus p'tits-êfants; les anciens sont malades et……… trop tard. Lé temps est hors!

Véthe, j'avons tous l'temps – les années dé notre vie, les jours dé nos années, les heuthes dé nos jours, les minnutes dé châque heuthe. Tchi qu' j'allons en faithe?

Brian Vibert
 

Viyiz étout:

 

Les Pages Jèrriaises